leral.net | S'informer en temps réel

Comment Canal + a perdu les droits de la Ligue 1

Le futur pactole de 1,153 Md€ promis à la Ligue 1 grâce à la renégociation des droits TV, a bien évidemment fait des heureux, à commencer par Mediapro et les clubs de L1. Du côté du diffuseur historique du championnat de France, Canal +, le réveil est difficile mais la décision est assumée. Explications.


Rédigé par leral.net le Mercredi 30 Mai 2018 à 11:06 | | 0 commentaire(s)|

La Ligue de Football Professionnel n’avait cessé de le clamer haut et fort. La Ligue 1 vaut 1 milliard d’euros et l’appel d’offres mis en place devait permettre dès 2020 de mettre le championnat de France au niveau de ses concurrents européens. Le directeur général de la LFP Didier Quillot n’a pas menti et grâce à un habile système d’enchères inspiré du modèle qui existe pour les droits de la Premier League, le montant des droits TV pour la période 2020-2024 s’est littéralement envolé, passant de 762,5 M€ à 1,153 Md€ soit une hausse de 60 %. À ce petit jeu, c’est le surprenant Mediapro qui raflé la plupart des lots devant BeIN Sports, et Free.

Et quid de Canal + ? Le partenaire historique du football français, celui qui a été le premier à proposer un match de D1 en 1984, est le grand perdant de ces enchères. La chaîne cryptée perd tout au terme d’une journée où les choix et les stratégies mis en place par la direction de C+ par rapport à ses concurrents tout au long de la distribution, en ont surpris plus d’un, à commencer par Didier Quillot lui-même comme il l’a expliqué au micro de France Info ce matin. « Tout au long de la journée, les choix de Canal + nous ont étonnés », a-t-il expliqué.

Selon le directeur général de la LFP, C+ s’est bel et bien placé sur chacun des lots, mais à chaque tentative, son offre n’était pas la meilleure. « Canal + a répondu sur chacun des lots. Mais sur chaque lot, son offre n’était pas la meilleure. Je le regrette pour eux », a-t-il précisé sur les ondes de RMC.

Ce matin dans les colonnes de l’Équipe, on en apprend plus sur la manière dont la chaîne créée par André Rousselet s’est comportée mardi. Sur le premier lot (dimanche soir 21h00 + magazine dimanche 19h et 23h), C+ a offert 260 M€. Une somme importante, mais finalement bien loin de celle de Mediapro qui a raflé la mise pour 330 M€. Sur le lot 2 et 3, Canal se braque et n’offre que 10 M€, histoire que le prix de réserve globale ne soit pas atteint.

C’était sans compter sur le groupe espagnol et sur BeIN Sports qui ont récupéré respectivement les lots 2 et 3. Échaudé par ces trois échecs, Canal + repasse à l’offensive pour le lot 4 (magazine du dimanche matin, match du dimanche à 13h00, multiplex 4 matches du dimanche à 15h00), mais son offre de 170 M€ est encore une fois battue par Mediapro qui remporte la mise pour 190 M€.

Canal + pas mis en péril par la perte des droits de la L1 selon Maxime Saada
Le résultat de cette journée cauchemardesque pour le groupe Canal + est terrible et le constat est éloquent. La Ligue 1 ne sera plus du tout diffusée sur la chaîne cryptée dans deux ans. Stratégie assumée ou véritable couac ? Du côté de Maxime Saada, on est forcément déçu. Mais le président du directoire l’assure sur Europe 1, ce choix de ne pas surenchérir sur les droits de la L1 ne va pas faire couler Canal +. « Je suis déçu, mais à ces prix-là, c’était déraisonnable. Le 10 août, le championnat revient sur Canal Plus et la Ligue 1 y sera pour deux ans, je le rappelle. Deux années, c’est long, attendons. Regardez ce qui se passe en Italie. On verra. Il leur faut 7 millions d’abonnés à 15 euros… beIN Sports n’en est qu’à 3,5 millions d’abonnés. Je suis certain que Canal Plus vivra parce qu’il n’a pas investi un milliard par saison sur le football. Il n’y a pas eu d’erreur dans notre raisonnement. »

Avant d’en remettre une couche sur France Info. « Nous, on a une logique, c’est celle de la pérennité du groupe et d’éviter de le mettre en péril en misant des montants complètement déraisonnables sur des droits sportifs. J’ai vu TPS en mourir, j’ai vu Orange perdre des centaines de milliers d’euros dans les droits sportifs pour en sortir, j’ai vu les difficultés économiques de Bein Sports au point de signer un accord d’exclusivité avec la chaîne et enfin j’ai vu le cours de bourse d’Altice décrocher sévèrement après ses acquisitions coûteuses de droits sportifs. » Quoi qu’il arrive, tous les abonnés de la chaîne cryptée, adeptes de Jour de Foot et du grand match du dimanche soir, sont forcément sonnés ce matin. Et comme souvent pour Canal +, ce sont les abonnements qui diront si la stratégie de sécurisation de la chaîne mise en place par le nouvel homme fort de C+ était la bonne… Premiers éléments de réponse durant l’été 2020.



Cliquez-ici pour regarder plus de videos