leral.net | S'informer en temps réel

Conquête de Kaolack: Convoitise autour d’une des vraies forces économiques du Sénégal

La commune de Kaolack polarise à elle seule, 130.000 électeurs, soit plus de la moitié de l’électorat départemental (237.000 votants), et aussi plus que le quart des électeurs de la région éponyme, qui en compte 425.000. Suffisant pour comprendre l’âpreté de la compétition entre les 7 listes qui briguent la municipalité et les 76 autres en compétition pour le département. Pour saisir tout cet engouement, il suffit de rappeler que la ville de Kaolack roule avec un budget de 4 milliards de francs Cfa et dispose d’un foncier très prisé. En plus de ces atouts, aussi bien la ville que la région, au regard de leur position géographique, polarisent d’énormes potentialités économiques. "Le Témoin"


Rédigé par leral.net le Mercredi 12 Janvier 2022 à 09:13 | | 0 commentaire(s)|

Avec ses 425 mille électeurs et son millier de bureaux de vote, la région de Kaolack fait partie des plus importants viviers électoraux de notre pays. D’où le désir de toutes les forces politiques de la contrôler.

C’est pourquoi tous les régimes qui se sont succédé à la tête de ce pays, ont placé la bataille de Kaolack au cœur de leurs stratégies politiques et électorales. Les prochaines élections municipales n’échappent pas à cet enjeu. Le pouvoir en place a bien compris cela, en mettant plusieurs fers au feu pour cette compétition présentée comme « la mère des batailles ».

C’est pourquoi, le président de la République, patron de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY), a jugé plus prudent de disqualifier la maire sortante, c’est-à-dire le ministre de la Fonction publique, Mariama Sarr, ainsi que d’autres prétendants au fauteuil appartenant pourtant à la mouvance présidentielle.

En lieu et place, Macky Sall a béni la liste de « And Nawlé And Liguèye » de l’homme d’affaires Serigne Mboup, à qui il aurait promis son accompagnement et son soutien en cas de victoire, après avoir investi Mamadou Ndiaye Rahma, qui n’est autre que l’ex-mari de Mariama Sarr, comme candidat officiel de Benno.

Autrement dit, et comme l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, il dit « je gagne ou je gagne ». Ça en a tout l’air. En tout état de cause, la perte de Kaolack n’a jamais était bonne pour un régime, qui a besoin de partenaires sûr dans cette ville, qui est aussi la capitale du Bassin arachidier en même temps qu’un nœud important pour desservir la sous-région

Kaolack : une vraie force économique

Cette importance économique de la ville du génie tutélaire Mbossé, les hommes d’affaires « politiciens » comme le milliardaire Serigne Mboup, en sont bien conscients.

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Kaolack, patron de la holding CCBM (Comptoir commercial Bara Mboup), proche du Président Macky Sall et patron de la coalition « And Nawlé And Liguèye », cherche vaille que vaille à devenir maire de Kaolack. En tant qu’homme d’affaires avisé, il a vu tout le potentiel de Kaolack. Surtout au niveau du foncier.

D’ailleurs, lors de la précampagne pour les Locales, le candidat de Benno, et principal rival de Serigne Mboup, a été accusé d’être au cœur d’un « deal » foncier.

En effet, Modou Ndiaye Rahma a été cité dans une affaire de détournement d’objectif du foncier du marché de Médina Baye, qu’il aurait hypothéqué pour lever des fonds en son nom, alors que le terrain qui abrite le nouveau marché de Médina Baye, est un titre foncier au nom de cette localité. Ce même Rahma est indexé par les ouvriers déguerpis de leur site de « Garage Nioro ».

A les en croire, ce même site aurait été attribué au candidat de Benno qui y aurait d’ailleurs déjà construit des bâtiments. Répondant à ces accusations, le camp de Benno, par la voix de son candidat pour la mairie de la ville, crie au scandale dans la gestion du marché dit « Cœur de ville de Kaolack ».

A l’en croire, son adversaire Serigne Mboup se serait permis de vendre des pas de porte sans en avoir le droit, étant donné que le foncier ne lui appartiendrait pas. Des accusations et contre-accusations qui en disent long sur les enjeux liés au foncier dans cette campagne électorale pour les municipales du 23 de ce mois de janvier


Un budget de 4 milliards de nos francs pour la ville de Kaolack

Par ailleurs, bien que le bassin arachidier ait perdu de ses performances dans cette spéculation, il n’en demeure pas moins que Kaolack conserve toujours sa place de plus grand producteur d’arachide du Sénégal, avec ce qui tourne autour en termes d’avantages socio-économiques. Il s’y ajoute qu’elle est une grande collectrice de recettes municipale qui polarise plusieurs localités, qui ont le poids économique d’une commune à part entière comme Médina Baye par exemple.

Son budget s’élève à 4 milliards de nos francs. Au plan politique, le département de Nioro compte 149 mille électeurs, Guinguinéo près de 50 mille électeurs, Kaolack département plus de 237 mille électeurs. Le département de Kaolack se retrouve avec plus de la moitié de l’électorat régional. Quant à la ville de Kaolack proprement dite, elle dispose de 130 mille électeurs soit la moitié de l’électorat départemental. D’où l’âpreté de la bataille dont elle fait l’objet…


Titre de votre page Titre de votre page