leral.net | S'informer en temps réel

Coumba Diagne : "Le procureur spécial ne peut pas poursuivre mon frère et me faire la cour"

Sénégalaise vivant aux États-Unis, Coumba Diagne a été nommée directrice de la société Daport, une des entreprises attribuées à Karim Wade, avant d’occuper le poste d’administrateur de ladite société sur proposition de Pape Mamadou Pouye alias Albert Paye. Estimant avoir été « manipulée » et « utilisée », elle a décidé de saisir le doyen des juges d’instruction d’une plainte contre Pape Mamadou Pouye, la société Afriport et Daport. Dans cet entretien, elle revient aussi sur ses supposées relations avec le procureur spécial adjoint Antoine Diome.


Rédigé par leral.net le Samedi 21 Février 2015 à 12:47 | | 0 commentaire(s)|

Coumba Diagne : "Le procureur spécial ne peut pas poursuivre mon frère et me faire la cour"
Vous avez été citée en qualité de témoin dans le dossier de Karim Wade. Qu’est-ce qui vous lie à Karim Wade ?

Coumba Diagne : Je ne connais pas Monsieur Karim Wade, je n’ai jamais travaillé avec lui. Par contre, j’ai eu à travailler avec Pape Mamadou Pouye. Il m’avait sollicitée en disant qu’il connaissait des gens qui cherchaient une personne bilingue, qui parle anglais et français. Il m’a envoyée travailler avec les Allemands dans le cadre de la société Daport. En fait je les accompagnais et leur servais de traductrice.

Pourquoi vous avez décidé aujourd’hui de traduire en justice Pape Mamadou Pouye, Afriport et daport ?

Parce qu’en fait ce sont des sociétés auxquelles j’ai été liée. Pape Mamadou Pouye m’avait offert un poste d’administratrice dans la société Daport. Et par la suite, il m’a appelée pour me faire comprendre qu’ils avaient enlevé mon nom temporairement et que dès que les choses redémarreront à la société, il allait remettre mon nom. Sur ce point, j’attendais qu’il me contacte. Ce qui n’a pas été fait. En réalité, ils avaient maintenu mon nom sans que j’en sache quelque chose. Daport a continué à fonctionner avec mon nom à mon insu. Je peux dire que c’est en 2013 que j’ai vu dans la presse, comme tout le monde, que j’étais citée comme prête-nom de Karim Wade et j’ai été très surprise.

Qu’est ce que cela vous a fait ?

J’étais choquée. Et après, j’étais très en colère contre la personne que je connaissais sous le nom de Albert Paye. Donc le même jour, j’ai pensé à porter plainte. A l’époque, j’avais même appelé Me El Hadji Diouf, il m’avait dit de le rappeler. Mais avec mes occupations aux États-Unis j’ai tardé à le faire. Et ensuite, quand la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a commencé ses investigations, j’ai préféré attendre que tout soit terminé.

Pape Mamadou Pouye dit qu’on l’appelle Albert, mais qu’il n’est pas Albert Paye

Il est libre de dire qu’il n’est pas Albert Paye. Mais moi je l’ai reconnu.

Qu’est-ce que vous ressentez aujourd’hui ?

J’ai été utilisée. Je pensais que j’avais affaire à des gens honnêtes. Devant la Cour, il a montré qu’il est de mauvaise foi, en niant me connaître, en niant être Albert Paye.

Connaissez-vous Karim Wade ?

Non ! Je ne le connais pas. Je ne l’ai jamais vu ; son nom n’est jamais apparu dans nos conversations. D’ailleurs, je n’ai jamais pensé qu’il était impliqué dans cette affaire. Quand j’ai entendu dire que j’étais prête-nom de Karim Wade, cela m’a étonnée. Je n’ai jamais rencontré Karim Wade, je n’ai jamais rencontré Bibo Bourgi. On n’a jamais travaillé ensemble. Même dans la presse j’ai lu un article qui disait que j’étais la secrétaire de Bibo Bourgi, ce qui est totalement faux. Je ne le connais pas.

Êtes-vous apparentée à Alioune Samba diassé ?

Oui, c’est mon beau-frère.

Que répondez-vous à ceux qui disent que le Procureur Antoine diome est votre copain ?

Je ne comprends pas l’attitude de Monsieur Karim Wade sur ce point précis. Je ne connais pas bien Monsieur Diome. Je l’ai rencontré pour la première fois en 2013, quand je suis arrivée pour me faire auditionner. Je crois que la deuxième fois c’est en 2014, devant la Commission d’instruction de la Crei; et la troisième fois c’était mercredi dernier à l’audience et on ne s’est même pas rencontré, j’étais à la barre. Je pense que Monsieur Diome ne va pas mettre sa carrière en jeu pour une relation avec une femme. Il ne peut pas poursuivre mon beau-frère et me faire la cour en même temps, ça ne tient pas la route. Donc c’est un gros mensonge ; c’est archi-faux !

On dit aussi qu’il vous a envoyé un chauffeur à l’aéroport à votre arrivée des États-Unis

Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent, moi je sais qu’il n’y a rien entre nous. Donc les gens peuvent penser ce qu’ils veulent.

Vous pensez que c’est un moyen de défense de la part de Karim Wade ?

Je ne sais pas ! Je ne connais pas Karim Wade, je ne connais pas ses intentions. C’est peut-être pour attaquer Monsieur Antoine Diome. Mais il m’a attaquée aussi. Il était sur une mauvaise piste. Il n’y a absolument rien entre Monsieur Diome et moi.

Vous est-il permis de voyager actuellement ou vous êtes coincée au Sénégal ?

Non ! Je n’ai jamais été interdite de sortir du pays. Là je retourne aux États-Unis et s’ils ont besoin de moi, je reviens. Je suis à leur disposition. Depuis le début j’ai dit ce que je savais. Moi, je peux venir toujours. Mais là, ce qui me met en colère le plus, c’est le fait que cette affaire dure depuis deux ans voire trois ans. Mes activités aux États-Unis en ont pris un sérieux coup. Je suis obligée de venir avec mes enfants à Dakar alors que j’ai mes activités aux États-Unis. Pour quelle raison ? A cause de Monsieur Mamadou Pouye alias Albert Paye.

L'As



Cliquez-ici pour regarder plus de videos