leral.net | S'informer en temps réel

Crise aux Impôts et Domaines: La CNTS et le Staf dénoncent la « mise à mort » de leur SG, Dr. Alassane Bâ

La « mise à mort » du Sg du Syndicat des travailleurs de l’administration fiscale (STAF), Dr. Alassane Bâ par le ministère des Finances et du Budget, a été vivement dénoncée par la CNTS et des travailleurs du STAF. Au cours d’une conférence de presse, ils ont demandé l’annulation de l’arrêté d’affectation du SG, mais aussi l’ouverture de négociations sérieuses autour de la plateforme du STAF. "Le Témoin"


Rédigé par leral.net le Vendredi 24 Septembre 2021 à 09:54 | | 0 commentaire(s)|

Crise aux Impôts et Domaines: La CNTS et le Staf dénoncent la « mise à mort » de leur SG, Dr. Alassane Bâ
Les travailleurs du STAF savent qu’une affectation de leur SG en dehors du Bloc fiscal des Impôts et Domaines de la Rue Thiong, est synonyme de décapitation de leur syndicat.

En date du 10 septembre dernier, le ministre des Finances et du Budget Abdoulaye Daouda Diallo avait pris un arrêté d’affectation du SG du STAF Dr. Alassane Bâ, à la Cellule de l’Evaluation et de la Performance de son ministère.

Dans la foulée, une attestation de cessation de service a été notifiée au concerné en date du 15 septembre 2021 par le directeur de ‘Administration et du Personnel, adjoint au directeur Amadou Anta Fall. Des actes vus au niveau de la CNTS et des travailleurs du STAF? comme une machine mise en branle pour liquider Dr. Alassane Bâ, qui aurait commis une crime de lèse-majesté en s’attaquant à la puissance communauté des inspecteurs et contrôleurs des Impôts et Domaines, à travers le dépôt d’un préavis de grève déposé le 6 septembre dernier.

L’objectif est clair. C’est de décapiter le STAF, car en quittant la DGID, Dr. Bâ perd aussi la qualité de membre. C’est un fonctionnaire qui cumule 27 années de services effectués dans la Fonction publique, dont 13 à la DGID.

Le mercredi 22 septembre 2021, la CNTS et le STAF ont sonné la grande mobilisation. Mor Diongue? SG adjoint du STAF, de dire que « ce qui était une lutte syndicale normale dans une administration, a rapidement tourné en une volonté manifeste d’humilier, d’avilir des mères et pères de famille, le SG en premier.

Rien de nouveau, car tout au début de la lutte, l’arme était brandie : quiconque fait du bruit ici, sera affecté en dehors de la DGID, où il ne gagnerait pas grand-chose. Autrement dit, la DGID est leur propriété et non une administration du Sénégal
».

Il ajoute que « l’instruction 0009/MEFP qui octroie 63% des avantages à 300 agents et 37% aux 1400 autres, continue de plonger des familles dans la précarité, car ayant contacté des prêts avec le système précédent de répartition. L’arrêté numéro 10012 du 14 juin 2017 portant organisation de la DGID, est venu anéantir nos perspectives de carrière à la DGID ».

Mor Diongue de rappeler que leur plateforme qui expire le 06 octobre prochain tourne autour de l’annulation de l’arrêté qui affecte le SG du syndicat, la mise en place d’un système équitable de rémunération, la gestion équitable des carrières des agents sans discrimination de corps et le maintien des acquis fonciers.

Surtout que Pape Mamadou Seck du STAF ne comprend pas « le wakh wakheet » du DG de la DGID, Bassirou Samba Niasse, qui était favorable à des négociations avec les travailleurs. Un revirement à 190 degrés au vu de l’attitude du patron de la DGID.

Le soutien de la CNTS, Ndiouga Wade, SG adjoint, a purement exigé l’annulation de l’arrêté affectant le SG du STAF, puis la réintégration de ce dernier à la DGID. Cet acte, à ses yeux, est tout simplement « inacceptable, intolérable et ne vise qu’à humilier un SG d’un Syndicat. Nous ne le tolérerons pas du tout. Alors pas du tout », dira-t-il. Le syndicaliste ne comprend pas que les autorités continuent à faire la sourde oreille, parce que refusant jusqu’ici d’ouvrir des négociations sérieuses avec le STAF.

Face à une telle situation, Ndiouga Wade dira que la CNTS pourrait hausser le ton et qu’à la fin du préavis de grève, si les autorités du ministère des Finances et du Budget adoptent la même posture, il n’est pas écarté qu’une grève soit déclenchée au niveau des Impôts et Domaines. C’est pourquoi la CNTS appelle le président de la République à s’impliquer dans le dossier.





Le Témoin



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page