Crise de leadership dans « Macky 2012 »: des leaders de la coalition se donnent en spectacle devant la presse

La crise de leadership que traverse la coalition « Macky 2012 » a failli virer, hier, en une bataille rangée entre les deux camps opposés, devant des journalistes médusés.


Rédigé par leral.net le Samedi 17 Juin 2017 à 11:23 | | 0 commentaire(s)|

Crise de leadership dans « Macky 2012 »: des leaders de la coalition se donnent en spectacle devant la presse
La coalition « Macky 2012 » est minée par une terrible bataille de leadership. Une bataille que des leaders de cette entité politique ont transposée, hier, devant la presse. La conférence de presse que la coalition avait convoquée au siège de « Benno Bokk Yakaar », a, par moments, été une tribune de règlement de comptes entre les deux caps qui se crêpent le chignon pour le contrôle de la structure.

Le malaise s’est fait sentir dès l’entame de la rencontre avec les journalistes. Babacar Guèye, chargé de la communication de « Macky 2012 », a commencé par préciser que c’est une conférence de presse et que c’est Moustapha Fall « Che » qui allait lire la déclaration liminaire en français avant de reprendre en wolof. Des propos qui ont irrité l’autre camp qui estime que c’est une manière de les priver de parole.

C’est ainsi qu’Abdoulaye Faye, un des leaders qui réclame le départ de « Che » de la tête de la coalition, s’est saisi du micro pour déclarer : « c’est une conférence de presse et c’est ouvert à tout le monde ». Après quelques échanges de propos aigre-doux, les deux parties ont marqué une pause en entendant la lecture de la déclaration liminaire.

Mais, juste après la déclaration de Moustapha Fall « Che », le président de la Commission stratégies et orientation s’est levé pour prendre la parole, mais il en sera privé. « Vous n’avez pas droit à la parole. Taisez-vous », lui lance Babacar Guèye. C’est sans compter avec la détermination d’Abdoulaye Faye. Ce dernier de marteler : « Nous sommes dans une instance politique, nous donnons notre point de vue. On a convoqué la presse pour les informer ».

Suffisant pour que Babacar Gueye revienne à la charge : « Si vous avez à prendre la parole à un instant T, prenez-la. Mais, soyons disciplinés. Nous sommes des leaders. On ne peut pas inviter des gens, ici, et couper la parole. Je prends les questions. Point final».

Adji Mergane Kanouté d’entrer dans la danse : « Prenez les questions et arrêtez de lui adresser la parole. Ils sont trois personnes, ils ne peuvent pas perturber la rencontre. Prenez les questions, après on fait les interviews ». D’autres leaders favorables à « Che » de demander à la sécurité d’exclure les insurgés de la salle.

Babacar Guèye tente alors de calmer le jeu en indiquant : "Ceux qui ont envie de parler avec la presse le font en interview. L’enjeu est important. On ne s’attarde pas sur des détails". Un « rebelle » de lui rétorquer : « Il n’y a pas de détails ici ». Il s’en est suivi un brouhaha qui durera de longues minutes.

Le calme revenu, Moustapha Fall « Che » refusa de répondre aux questions relatives au malaise. « La scène qui s’est passée tout à l’heure ne m’engage pas. Je ne l’ai pas commandée. Je ne le veux pas, je la condamne, et je ne veux pas en dire plus », s’est-il contenté de dire.

Avant d’ajouter : « j’avais bien dit que cette conférence de presse n’a pas pour objet de traiter du malaise. C’est tellement important cette conférence pour nous, qu’on ne doit pas y mêler des problèmes de malaise, de frustration ou autres. On peut le faire ailleurs, sur un autre terrain (…) ».

Après avoir répondu aux questions des journalistes ; le camp de « Che » a refusé de donner la parole aux insurgés en levant la séance. Après leur départ, ces derniers ont improvisé une autre conférence de presse.

« Nos camarades qui n’ont pas d’arguments, veulent déplacer un débat de fonctionnement de Macky 2012 à un débat de renouvellement de confiance. Ce n’est pas la même chose. Ce qui se passe à             « Macky  2012 », c’est un problème de fonctionnement. On a élu un coordonnateur ; et depuis lors, on a constaté un malaise dans le management. Plus de la moitié des leaders de la coalition ne vient plus en réunion », a asséné Abdoulaye Faye.

Et de poursuivre: "Au-delà de cet aspect, nous avons noté trois listes parallèles issues de nos rangs. Ils attendaient qu’on les associe et la coordination n’a rien fait".

Selon M. Faye, lorsque le Président Macky Sall les a reçus, il y a deux mois de cela, il leur a lancé : "ça, ce n’est pas ma coalition . Il nous avait recommandés de travailler à son unification ", a- t-il confié.

Lui emboîtant le pas ; Assane Dia, porte-parole de « Macky 2012 », de marteler : « Moustapha Fall « Che » ne peut pas manager la coalition. Tout le monde est parti. Ibrahima Abdou Nguette et Ali Camara ont fait leurs liste.

Comment peut-on, en tant que coordonnateur, assister à l’effritement de « Macky 2012 » et vouloir coûte que coûte rester à la tête ? il est inapte à diriger la coalition. Il n’est pas un rassembleur. Nous ne considérons plus Moustapha Fall ‘’Che’’ comme notre coordonnateur. Il a atteint ses limites
».

Depuis le départ de Ibrahima Sall de la tête de « Macky 2012 », la coalition est minée par des querelles de positionnement. Le leader du Model faisait le consensus autour de sa personne.

Vox Populi