leral.net | S'informer en temps réel

DISTRIBUTION DE PRODUITS AVARIÉS À DES ENFANTS: LA RESPONSABLE DE SOS GAZELLE INTERPELLÉE

La responsable de l’association « SOS Gazelle » est, depuis hier mercredi matin, entre les mains des éléments de la gendarmerie de Somone. Elle a été interpellée pour distribution de produits impropres à des enfants issus de la Petite Côte. En effet, dans le cadre d’une opération qui s’appelle « Noël Teranga », ladite association a mobilisé les anciens footballeurs Patrick Mboma, Amara Simba pour distribuer des cadeaux aux enfants démunis. Mais, au lieu de leur donner des cadeaux dignes de ce nom, elle leur a servi des « poisons ».


Rédigé par leral.net le Jeudi 5 Décembre 2019 à 14:22 | | 0 commentaire(s)|

Les enfants se sont retrouvés avec des produits impropres à la consommation, des chaussures sans lacet, des serviettes usées, entre autres.

C’est Gabrielle Kane, productrice extérieure du groupe Emedia-Invest qui anime l’émission "Ici et ailleurs" sur ITV, qui a découvert le pot aux roses et s’en est ouverte aux autorités policières et judiciaires. Elle raconte : « On est venu à Dakar pour donner des cadeaux à des enfants du Sénégal après avoir donné des cadeaux à des enfants malades en France. Il se trouve qu’il y a eu des couacs. Ce ne sont pas des cadeaux qu’ils ont ramenés de la France. C’est plutôt de la poubelle qu’on a ramené d’Occident, pour venir la déverser chez nous, au Sénégal ».

A l’en croire, ce sont des vêtements, des chaussures, des jouets utilisés qui ont été distribués aux enfants. Ils ont donné aux enfants, alerte-t-elle, des choses que personne ne voulait. Alors que des sociétés comme Air Sénégal, Lonase ont sponsorisé l’association.

Chaussures sans lacets, vêtements troués, boissons et cacahuètes périmées...

« Je trouve dommage que l’association offre des cadeaux neufs aux enfants de la France et, elle donne aux enfants sénégalais, des serviettes trouées, des chaussures sans lacets », décrie la productrice externe, qui a refusé de participer à la manifestation. Et, c’est elle-même qui a alerté les autorités judiciaires.

« Je me suis rendue compte qu’il y avait des denrées alimentaires notamment des boissons et des cacahuètes qui sont périmées depuis deux ans qui ont été importés de la France en très grosse quantité et qui ont été distribués à des enfants. Donc, j’ai saisi les autorités locales, notamment le commandant et le procureur, en leur disant qu’il y avait une atteinte à la santé de nos enfants », explique-t-elle.

Selon elle, le véhicule qui transportait les produits a été immobilisé et les gendarmes ont fait le constat, avant d’interpeller la responsable de l’association Sos Gazelle.




Emedia



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page