leral.net | S'informer en temps réel

Décryptage Leral : Le Lion, Balla Gaye est "mort", Vive le Lion, Modou Lô


Rédigé par leral.net le Mardi 15 Novembre 2016 à 20:52 | | 0 commentaire(s)|


Balla Diouf a été surnommé cœur de lion et Balla Gaye 2 le lion de Guédiawaye, mais, Modou Lô mérite ses deux surnoms à a fois. Avec 18 victoires et deux défaites 2 défaites face aux rois des arènes Balla Gaye 2 (21 mars 2010) et Bombardier (25 juillet 2015) et un 1 nul face Lac de Guiers 2 (4 avril 2011), Kharagne Lô avec sa taille et son poids force le respect. Le vrai lion, c’est lui dans sa noblesse et son courage.
 
Kharagne Lô : endurant, physique et teigneux, c’est le fighting spirit incarné
 
Il est le lutteur qui incarne le plus Moustapha Guèye, le 2ème Tigre de Fass. Il aura perpétué la légende du lutteur, pas très grand, trop technique, très pugnace et aussi vindicatif qui a ébloui de tout son talent et de son courage les arènes sénégalaises. C’est lui certainement le vrai lion, l’authentique roi des arènes, si on sait qu’en plus, il est le lutteur le plus populaire du Sénégal avec Balla Gaye 2, certainement le plus hardi aussi…avec Baboye. Sans Modou Lô, quelque chose aurait manqué aux arènes sénégalaises. D’ailleurs, son courage, son palmarès, sa popularité, sa valeur marchande font de lui actuellement le lutteur le plus prisé des sponsors et des amateurs.
 
Pour Iba Kane, le rédacteur du quotidien spécialisé en lutte, Sunu Lamb qui a suivi toute sa carrière, «Modou Lô surnommé le Roc des Parcelles reste un lutteur endurant, physique et teigneux. Malgré sa taille, il donne du fil à retordre à ses adversaires. C'est un lutteur qui aime ouvrir les hostilités, déclencher la bagarre pour avoir une ouverture. Il est très à l'aise avec les poids lourds. En témoigne, il n'a concédé que deux défaites et était à deux doigts de s'emparer de la couronne de Roi des arènes contre Bombardier, qu'il a malmené».
 
On le pensait être un lutteur surestimé, chouchou des médias, mais, dans le fond, Modou Lô a tout gagné dans l’arène à la sueur de son biceps à son intrépidité et surtout son courage de Lion. Lui, c’est un vrai battant. Comme le disait Moustapha Guèye : «le principal défaut de Modou Lô est que quand tu lui assènes un coup, il veut coute que coute riposter, alors qu’un lutteur doit apprendre à encaisser pour mieux gérer son combat». A part cela, Modou Lô a toutes qualités requises pour un sportif de combat, de surcroît un lutteur. Kharagne Lô, c’est le fighting spirit incarné.
 
Celui qui voulait des conseils de Yékini et non lutter avec lui, est assurément un vrai street-fighter (combattant de rue), excellent dans la bagarre, spécialistes des coups en rafales, et espiègle et vicieux dans le corps à corps.
 
Autre particularité du lutteur, c’est son côté mystique craint avec le fameux «seeki». Cette «légende» selon laquelle, Modou Lô, malgré ses petites mensurations, devient plus grand quelques secondes avant d’affronter son adversaire dans l’arène. On n’y croit ou on n’y croit pas. Mais dans le fond, son mythe du seeki a quelque part édulcoré son succès, puisque à voir ses combats, on y décrypte des palettes techniques et des facettes d’attaques et de ripostes les plus épiques de l’arène sénégalaises. 

Un «David» contre des Goliath
 
D’ailleurs un amateur avait décrit le combat Bombarder-Modou Lô comme un être humain (Bombardier) qui affrontait un coq (Modou Lô) tellement au vu de leur masse physique, le combat était inégal. Mais cela a démontré à souhait combien le lutteur Modou lô reste atypique, courageux et surtout insondable. Kharagne Lô dégage non seulement la noblesse du héros «David» face des Goliath plus forts physiquement que lui, mais aussi et le courage d’un gladiateur dans le Colisée.
 
En réalité,  Modou Lô n’a ni les mensurations d’un «colosse» comme «Tyson» ou d’un titan comme Yekini, mais, il a la témérité du loup solitaire qui sait endurer le pire aux entrainements difficiles pour venir à l’arène, toujours au top physiquement. Certains spécialistes avancent même que Modou Lô est l’un des rares lutteurs qui ne s’essoufflent pas dans leurs combats et après.
 
Son courage, il l’a prouvé durant toute sa carrière pour se forger une image de guerrier et d’un adepte de la formule «Impossible n’est pas Kharagne Lô». Contre Bombardier, tout le monde savait qu’athlétiquement, il n’y avait pas photo entre les deux lutteurs. Malgré tout, sa prestation courageuse a encore davantage conforté ses supporters sur le fait que Modou Lô a toujours honte de faire honte à ses fans. C’est pourquoi, il donne toujours ce qu’il a jusqu’au bout avec intelligence et courage avec les moyens physiques du bord.

La saga contre lourds et supers lourds
 
Kharagne Lô n’est pas très grand, il n’est pas aussi un super lourd, mais, il arrive à se sortir d’affaire pour se construire un des plus propres palmarès de l’arène. Impétueux, sa carrière a pris une autre tournant lorsque après avoir battu ses pairs de sa génération comme Tapha Boy Bambara, Papa Sow, Paul Maurice et Balla Diouf, Modou Lô était entré dans la cour des lourds pour y semer ma zizanie.
 
Il avait crevé l’écran en battant d’abord Issa Pouye qu’on présentait comme le nouveau Tyson et qui avait aussi déjà battu Balla Gaye 2 à ses débuts…et en se payant ensuite le scalp d’autres lourds comme Baye Mandione, Gris Bordeaux et Eumeu Sène
 
La saga avec les lourds a commencé avec Issa Pouye. Modou Lô, n’est pas grand, mais, comme Kirikou il est vaillant et surtout très populaire, sans oublier son talent en lutte pure incontestable et sa force et sa rapidité de frappe. D’ailleurs, Issa Pouye et le «vieux» Boy Kairé l’ont appris à leurs dépens, en allant illico presto directement chez Ardo.
Ainsi, depuis qu’il a battu Issa Pouye le 26 avril 2009, par «ko» debout qu’il a juste poussé à terre, Modou Lô a jeté son dévolu sur des lutteurs qui, physiquement, sont largement au-delà de sa catégorie.
 
Tour à tour, il s’est attaqué à Baye Mandione qu’il a battu le (9 août 2010) par quatre appuis, puis, Gris Bordeaux aux points, le 15 juillet 2012. Toutefois, sa plus belle prouesse technique reste le fameux «tegueul chaise» qu’il a subtilement faite à Eumeu Sène, un ex membre de l’équipe nationale, le 31 janvier 2014.
 
Modou Lô est aussi revenu pour dicter sa loi, encore une fois, à Gris Bordeaux, le 31 juillet 2016. Auparavant, il avait fait un match nul héroïque, en faisant tout pour battre Lac de Guiers 2 qui avait opté pour la stratégie défensive, alors qu’il était de loin plus balèze de Kharagne Lô. C’était le 4 avril 2011. 

Deux défaites face aux rois des arènes
 
En définitive, Modou Lô n’a comptabilisée que deux défaites dans sa carrière et il était plus question de force physique que de technique de lutte. Contre Balla Gaye, le 21 mars 2010, ce fut expéditif en 37 secondes, mais, Modou Lô aura montré sa technique de déplacement et de frappe, avant de tomber les armes à la main. Pour le «mastodonte», Bombardier, le 25 juillet 2015, c’etait juste une formalité pour le «colosse» de Mbour, malgré ml témérité du lutteur des Parcelles.
 
Même en concédant des défaites contre Balla Gaye 2 et Bombardier, la popularité de Modou Lô a continué d’exploser est resté intacte. Tandis que ses exploits contre Eumeu Sène, Issa Pouye, Baye Mandione l’ont propulsé davantage dans le cercle fermés des VIP des arènes.
 
Et c’est pourquoi depuis son combat Eumeu Sène (31 janvier 2014), Gris Bordeaux (31 juillet 2016), la valeur marchande de Modou Lô a flambé et il est certainement l’un des lutteurs les plus chers de l’arène.
 
Avec seulement deux défaites contre les deux derniers rois des arènes en date Balla Gaye 2 et Bombardier, Modou Lô a, aujourd’hui, tellement prouvé dans l’arène qu’il éprouve le même le besoin condescendant de snober Balla Gaye 2. Le Chef de file de l’écurie Rock Energie n’est plus un phénomène surmédiatisé, mais, plutôt une référence technique et esthétique des arènes sénégalaises.

Modou Lô : les facettes d’un «bad boy» sournois
 
Son seul hic serait son côté bad boy, mais, le mariage l’a certainement assagi, si on sait que son combat contre Balla Gaye 2 avait révélé des choses pas très catholiques.
Vu sous l’angle de son comportement, Modou Lô affiche de la politesse, la sérénité, avec un visage d’enfant, presque angélique, qui lui a attiré beaucoup de sympathie de la part de l’imaginaire populaire sénégalais qui aime ce genre de «personnage». Malgré tout, Modou Lo ne serait pas un enfant de chœur.
 
La preuve,  lors de son combat contre Balla Gaye 2 mars 2010, Bécaye Mbaye avait révélé avoir entendu des paroles entre les deux lutteurs qu’il ne raconterait jamais sur la place publique, tant la vulgarité avait atteint son paroxysme. Malgré tout cela, le constat est là, Modou Lô est probablement le lutteur le plus populaire de l’arène, et aussi un des plus prisé des sponsors avec Balla Gaye 2, son éternel rival.
 
Le parcours de Modou Lô a été tout simplement fulgurant et aujourd’hui ses photos, les accessoires à son effigie sont aussi bien vendus. Il suffit de contempler l’intérieur des «cars rapides» et des «Ndiaga Ndiaye» pour se faire une idée de la popularité de ce lutteur parti de rien. «C’est la volonté de Dieu, je ne suis ni le plus grand, ni le plus fort, mais, c’est Dieu» , expliquait-il avec philosophie, il y a quelques années.
 
La plus belle anecdote de son ascension, c’est quand Modou Lô, alors jeune espoir anonyme défiait Bathie Séras et que ce dernier de lui rétorquer qu’il ne boxait pas dans la même catégorie que lui. Mais, aujourd’hui, Bathie Séras n’existe plus, et c’est Modou Lô qui snobe un certain Balla Gaye 2.
 
Ce crime de lèse-majesté a même fait sortir le «Lion de Guédiawaye de ses gonds qui déclare que Modou Lô va tôt ou tard lutter à nouveau avec lui.  «Je ne répondrai pas aux attaques d’un lutteur que j’ai battu en 37 secondes. Modou Lô a certes battu Eumeu Sène, mais est-ce qu’il a vaincu les adversaires que j’ai dominés? Un lutteur que j’ai battu en 37 secondes, je ne suis pas son égal et je ne parle pas de lui».
 
Mais, comme dit l’adage, autres temps, autres mœurs. Aujourd’hui, le vrai Lion, c’est Modou Lô et il habite les Parcelles Assainies…pas à Guédiawaye.
 
Massène DIOP Leral.net
 
Palmarès Modou Lô
 
18 victoires
 
Pape Sène 2 (4 février 2006), Alioune Sèye 2  (11 février 2006), Pape Bouba Diop (2 avril 2006), Serigne Diouf (14 mai 2006), Khadim Diallo (15 juillet 2006), Laye Bèye (3 décembre 2006), Double Less 2 (22 avril 2007), Cheikh Niang (12 mai 2007), Tapha Boy Bambara (6 janvier 2008), Papa Sow (25 mai 2008), Paul Maurice (6 juin 2008), Boy Kaïré (27 juillet 2008), Balla Diouf (8 février 2009), Issa Pouye (26 avril 2009), Baye Mandione (9 août 2010), Gris Bordeaux (15 juillet 2012), Eumeu Sène (31 janvier 2014), Gris Bordeaux (31 juillet 2016)
 
2 défaites
 
Balla Gaye 2 (21 mars 2010), Bombardier (25 juillet 2015)
 
1 nul
 
Lac de Guiers 2 (4 avril 2011)




Cliquez-ici pour regarder plus de videos