leral.net | S'informer en temps réel

Décryptage Leral : Yaya Jammeh, parrain des «rebelles» de Casamance, mythe ou réalité ?


Rédigé par leral.net le Lundi 5 Décembre 2016 à 10:51 | | 0 commentaire(s)|

La journaliste gambienne en exil aux USA Fatou Show Camara, elle, a, accusé vertement et directement le président gambien déchu dans une interview accordée au « Le Point Afrique ». «C'est un homme qui a des contacts avec les rebelles de Casamance, il est très dangereux», a-t-elle accusé.
La journaliste gambienne en exil aux USA Fatou Show Camara, elle, a, accusé vertement et directement le président gambien déchu dans une interview accordée au « Le Point Afrique ». «C'est un homme qui a des contacts avec les rebelles de Casamance, il est très dangereux», a-t-elle accusé.
 
Avec la chute de Yaya Jammeh, beaucoup d’analystes, dans la simplicité et la naïveté, croient dur comme fer que le conflit casamançais pourrait trouver une brèche dans sa tentative de recherche de solution, puisqu’on a toujours prêté à Yaya Jammeh des velléités d’accointance et de parrainage de la rébellion du Mouvement des Forces démocratiques de la Casamance (MFDC). Mais, quelle est la part de vérité et d’importance de Yaya Jammeh dans le problème casamançais ?
 
La journaliste gambienne en exil aux USA Fatou Show Camara, elle, a, accusé vertement et directement le président gambien déchu dans une interview accordée au « Le Point Afrique ». «C'est un homme qui a des contacts avec les rebelles de Casamance, il est très dangereux», a-t-elle accusé.
 
Mais, Yaya Jammeh a-t-il joué un rôle dans la rébellion de Casamance ou ce n’est juste qu’un mythe amplifié ? Le cas chéant, quel a été son rôle dans la rebellion? En tout cas, Abdoulaye Baldé, le maire de Ziguinchor, himself, a déclaré sur Rfm Matin aujourd’hui, que le problème casamançais est plus compliqué que ça, et qu’il a eu, du temps d’Abdoulaye Wade, été un émissaire du régime libéral, afin de discuter stratégiquement avec Yaya Jammeh de ce problème de rébellion.
 
Aujourd’hui, la question est de savoir si la chute de Yaya Jammeh va avoir une incidence sur le problème casmançais.
 
Récemment, on a assisté une levée de bouclée médiatique de la part de Nouah Cissé et Robert Sagna par rapport à ce problème. ces leaders d'opinion de la Casamance ont ainsi encouragé plus d’ouverture d’esprit de la part des «rebelles» en ce qui concerne le processus de paix enclenché par l’Etat sénégalais.
 
D’ailleurs les dernières révélations de l’ancien ministre d’Etat, Robert Sagna font état que trois des quatre factions du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, rébellion) seraient dans les dispositions de se réunifier pour s’engager dans un dialogue avec l’Etat du Sénégal, en vue de trouver une solution définitive à la crise qui sévit dans le sud du pays, a révélé dimanche
 
"Nous avons franchi une étape importante avec l’unité des trois maquis sur les quatre que compte la Casamance. Ces trois sont prêts pour aller au dialogue. Cette unité est en train de faire son chemin. Elle permettra aux combattants d’engager un processus de réconciliation inter-MFDC au bout de laquelle des négociations avec l’Etat pourraient être envisagées’’, avait informé Robert Sagna, coordonnateur du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (GRPC).

Robert Sagna présidait alors à Birkamanding, dans la commune de Djinaky (département de Bignona), une rencontre jugée ‘’inédite’’ avec plusieurs combattants du MFDC, les populations de la zone des palmiers et d’autres acteurs concernés.
 
Aujourd’hui qu’Adama Barrow est au pinacle gambien, le Sénégal et la Gambie, à l’unisson, espèrent un début de  solution à ce conflit qui est plus transcendant et englobant. Essayer de circonscrire ce conflit historique à un simple parrainage de Yaya Jammeh releverait de la simplicité intellectuelle, tout en oubliant le moteur et les faits de l'histoire depuis Abdou Diouf, en passant par Abdouaye Wade et aujourd'hui Macky Sall.
 
Toutefois, après avoir été félicité au téléphone par le président Macky Sall, Adama Barrow a été formel sur le micro de RFI en déclarant des mots pleins de sens : «Très, très important. C'est un voisin proche, le Sénégal entoure la Gambie. Notre meilleur ami au monde devrait donc être le Sénégal. Et nous ferons de cela une priorité, de cimenter notre relation pour que les deux pays en tireront profit». Et là c'est très clair que la relation bilatérale entre la Gambie pourrait être exemplaire et agissante. Mais, va-t-elle pour autant régler, d'un coup de bagiette magique, le conflit casamançais. That's the question. Wait and see.
 
Massène DIOP Leral.net



Cliquez-ici pour regarder plus de videos