leral.net | S'informer en temps réel

Double meurtre à Kounoune: Le récit glaçant du taximan, témoin oculaire du drame


Rédigé par leral.net le Jeudi 15 Février 2018 à 10:39 | | 0 commentaire(s)|

Double meurtre à Kounoune: Le récit glaçant du taximan, témoin oculaire du drame
Une vive altercation qui vire au double meurtre de deux amis de longue date : Makha Basse et Mamadou Collé Diakhaté, tous deux entrepreneurs de profession. Au cours d’une vive dispute, Makha a abattu son antagoniste Mamadou, avant de se tirer une balle dans la tête rapporte « L’Observateur ». Seul témoin oculaire, le taximan Ismaïla Diallo raconte le film du drame.

« Hier, dans la matinée, j’avais convoyé, à Kounoune, un client qui exerce dans le foncier, en qualité d’entrepreneur. Une fois sur les lieux, j’ai garé mon taxi pour l’attendre. Quelques instants après, j’ai aperçu, de mon véhicule, deux hommes qui se disputaient. De là, où ils se trouvaient, il m’était impossible d’entendre clairement ce qu’ils disaient, mais ils y avaient vraiment de la tension dans l’air.

Seulement, des deux, l’un (Makha Basse) semblait être le plus irrité. Il gesticulait avec conviction. L’altercation est montée d’un cran ; au point qu’ils ont failli en venir aux mains. Ensuite, tout est allé assez vite et j’ai entendu u premier coup de feu, tiré par celui qui a été présenté comme Makha Basse. Il a atteint son adversaire à la poitrine. L’instant d’après, il a retourné son pistolet contre lui et s’est tiré une balle dans la tête. La seconde d’après les deux antagonistes se sont lourdement affalés.

Je n’y comprenais rien, mais j’avais la trouille et je ne savais pas quoi faire. C’est par la suite que j’ai aperçu des individus qui ont accouru, pour venir au chevet des deux victimes inertes. C’est seulement alors que j’ai compris qu’une tragédie venait de se produire. J’ai pris mon courage à deux mains et je suis venu aux nouvelles. Sur place, j’ai constaté que tous les deux étaient morts. Il y avait beaucoup de sang tout autour et l’arme à feu était encore posée par terre, à côté des deux corps. C’est alors que quelqu’un a sommé la foule de se tenir à une distance raisonnable de la scène de crime, en attendant l’arrivée des gendarmes de la Brigade de Keur Massar, avisés. Après les constatation d’usage, les sapeurs-pompiers ont enlevé les deux corps."








Hebergeur d'image