leral.net | S'informer en temps réel

Drame Demba Diop : Les autorités coutumières indexent l’Etat du Sénégal

Les Ouakamois en détention à Rebeuss, suite au drame de la finale de la coupe de la ligue au Stade Demba Diop ont entamé une grève de la faim. En conférence de presse, hier mardi, en présence des autorités coutumières, dont le Jaraf Youssou Ndoye, des familles des détenus entre autres, les dirigeants de l’USO ont déploré la longue détention de ces jeunes Ouakamois.


Rédigé par leral.net le Mercredi 5 Septembre 2018 à 10:51 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Depuis un an à la Mac de Rebeuss, suite aux incidents du 15 juillet 2017 lors de la finale de la coupe de la ligue entre l’US Ouakam et le stade de Mbour, les jeunes Ouakamois ont entamé une grève de la faim pour dénoncer leur longue détention.

En réunion d’urgence mardi, à la grande mosquée du village, les autorités Ouakamoises ont déploré le ‘’Silence absurde des responsables du football Sénégalais’’ et pointé du doigt l’Etat du Sénégal. « Aujourd’hui (mardi), on était parti rendre visite nos frères détenus. Mais, il s’est trouvé qu’ils ont entamé une grève de la faim, vu leurs conditions difficiles à Rebeuss. C’est ce qui a suscité notre colère e,t nous a poussé à convoquer cette rencontre avec toutes les autorités de Ouakam pour informer de la situation », éructe Daouda Diop, membre du comité directeur de l’Us Ouakam.

Il poursuit : « Cela fait maintenant un an et un mois que nos frères ont été arrêtés et depuis lors, rien n’a bougé. Si on accuse une personne, la moindre des choses à faire, c’est de la fixer sur son sort. Jusque-là, on nous parle d’enquête. Mais, je précise que la fédé et la ligue pro devaient être les premiers à être interpellées sur cette affaire. Car, ce n’est pas l’Us Ouakam qui avait organisé la finale. On s’adresse directement à l’Etat du Sénégal pour que nos frères, détenus puissent être jugés et relaxés pour retourner chez eux et vaquer à leur occupations », fait savoir le porte-parole du jour qui donne rendez-vous dimanche prochain pour un autre rassemblement.

« On va se retrouver dimanche prochain. Mais, pour le moment on ne compte pas dévoiler toutes nos stratégies. Il est maintenant temps que toute la population Ouakamoise se lève pour faire face à cette situation. Trop, c’est trop ! On a beaucoup attendu ! Soit, on les juge, soit on les laisse regagner leurs familles ! », a clamé Daouda Diop.

Record