leral.net | S'informer en temps réel

[Enquête] Salaires de misère, absence de couverture sociale et intimidations: Des enseignants racontent leur calvaire

C’est la galère pour certains enseignants de l’enseignement privé laïc. Pendant les vacances, ils peuvent rester trois mois sans salaire.


Rédigé par leral.net le Mercredi 13 Octobre 2021 à 18:56 | | 0 commentaire(s)|

[Enquête] Salaires de misère, absence de couverture sociale et intimidations: Des enseignants racontent leur calvaire
Malgré les énormes sommes d’argent que brassent les écoles privées, les enseignants n’en profitent pas. Entre salaires de misère, intimidation, exploitation, absence de prise en charge médicale, ils joignent difficilement les deux bouts.

Durant les trois mois de vacances, de nombreux enseignants sont sans salaire, confirme Khadijatou Badji, qui offre ses services dans un établissement à la Cité Fadia. « Quand vous m’avez appelée, j’étais dans un véhicule, en provenance du tribunal du travail », confie la jeune dame. Très amère, Mme Badji soutient que les enseignants ont travaillé jusqu’au 16 juillet dernier, raison pour laquelle ils doivent empocher une rémunération. L’enseignante perçoit un salaire de 75.000 FCfa par mois.

Cyriaque Diatta a, lui, été licencié à la fin de l’année, avec comme prétexte « l’alcoolisme ». Ce qui est à son avis, faux. Le vrai problème, explique l’enseignant, c’est qu’il a osé dénoncer le traitement salarial « dérisoire ». « Pour avoir porté au tribunal nos revendications, j’ai été licencié. Le responsable de l’établissement veut ainsi intimider les autres enseignants qui seraient tentés de se rebeller », relate M. Diatta, qui servait dans un établissement privé à Guédiawaye où il a fait plus de 12 ans.

Titulaire d’un master 2 en Histoire, Djibril Kébé a échoué au concours de la Faculté des sciences et technologies de l’éducation et de la formation (Fastef), mais il enseigne dans des établissements de Grand-Yoff et des Hlm. « Nous n’avons pas de contrat. Pendant les vacances, c’est la galère. Pourtant, les parents d’élèves paient la mensualité du mois de juillet », dénonce M. Kébé. Selon ce dernier, dans le moyen-secondaire, les enseignants sont payés par heure. « Dans certains établissements, on paie 1500 FCfa/heure. Pour les classes d’examen, c’est 2000 FCfa », note l’enseignant qui ajoute que, parfois, des écoles paient 1000 FCfa l’heure ou moins.

Le contrat de travail, un luxe

« Dans beaucoup d’écoles privées, les enseignants n’ont pas de contrat de travail. On ne s’en sort pas, car les salaires sont très faibles. Pis, pendant les vacances, on ne nous donne rien », dénonce Yacine Diagne, professeur de francais et d'histoire-géographie. Mme Diagne qui fournit ses services dans le même établissement depuis 2008, affirme avoir même honte de dévoiler le montant qu’elle gagne par mois, tellement il est dérisoire.

L’État interpellé

Enseignant dans une école franco-arabe de la commune de Fissel (département de Mbour), Cheikh Tidiane Sarr déplore, à son tour, la cupidité des chefs d’établissement. « Nous travaillons sans contrat avec des salaires dérisoires », déplore M. Sarr. Très amer, il se demande comment s’en sortir avec un salaire de 50.000 FCfa par mois, en plus d’être laissé en rade pendant les trois mois de vacances. Il invite l’État à accorder une oreille attentive aux enseignants, surtout aux arabisants qui sont dans une situation critique.

Selon Khadijatou Badji, dans la plupart des écoles privées, il n’y a pas de prise en charge médicale ni de cotisation à l’Ipres, à la Caisse de sécurité de sociale (Css) non plus . « Quand on tombe malade, il n’y a aucune prise en charge. Certains chefs d’établissement n’hésitent pas à ponctionner votre salaire à la fin du mois », selon le nombre de jours d’absence pour des raisons médicales, déplore Mme Badji.

Cette situation de précarité est telle que beaucoup d’enseignants ont peur d’intégrer les syndicats, pour éviter d’être licenciés, poursuit-elle. « Nous n’avons pas de prise en charge. Si on tombe malade et on n’a pas de certificat médical, on vous coupe les jours d’absence. C’est difficile », se plaint Djibril Kébé. Des débuts d’organisation pour mettre fin à la précarité sont en cours avec le Syndicat indépendant des enseignants du privé du Sénégal (Sieps).

SOCÉ FALL, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU SIEPS

« Les enseignants du privé n’ont pas de salaires, mais des bourses dérisoires »

Les enseignants qui interviennent dans le privé laïc, sont très mal payés. À la place d’un salaire, on leur donne des bourses dérisoires. Pis, pendant les vacances, ils ne perçoivent rien. L’information est de Socé Fall, Secrétaire général du Syndicat indépendant des enseignants du privé du Sénégal (Sieps).

Les enseignants qui interviennent dans les établissements privés laïcs, broient du noir pendant les vacances. Pendant cette période, ils ne perçoivent pas de salaire, ce que le Secrétaire général du Syndicat indépendant des enseignants du privé du Sénégal (Sieps), qualifie d’ailleurs de bourses dérisoires.

« À mon avis, il n’y a pas de salaire dans les écoles privées laïques du Sénégal. On peut parler tout simplement de bourses scolaires qu’on nous octroie. Aujourd’hui, que ce soit à Dakar ou dans les régions, les enseignants sont très mal payés et les 90% ne reçoivent ces bourses dérisoires que pendant huit, neuf ou dix mois dans l’année », confie Socé Fall dans cet entretien. Et plus grave, affirme-t-il, certaines écoles ne payent que six mois intégralement et la moitié du traitement financier des mois d’octobre et de juin.

Le syndicaliste précise que ces écoles ne paient pas les mois de juillet, août et septembre. Selon M. Fall, le seul argument qu’elles servent est que l’enseignant n’a pas commencé au début du mois d’octobre et n’a pas terminé le mois de juin. À son avis, il est clairement dit dans la convention collective ,que l’enseignant en position de contrat à durée déterminée (Cdd), doit percevoir sa rémunération d’octobre à juillet. Au Sénégal, regrette Socé Fall, « chaque promoteur d’école privée décrète son propre calendrier scolaire, ses propres horaires de travail à la vue et au su du corps de contrôle, sans aucune conséquence ». Le Secrétaire général du Sieps de souligner qu’il n’y a que le Chef de l’État qui a la prérogative de fixer le calendrier scolaire.

« Prenons l’exemple de cette année 2020-2021. Le Président a émis un décret qui fixe la fin de l’année scolaire au 14 août, mais il n’y a eu aucun responsable d’école qui a l’intention de payer ce que j’appelle la bourse à son personnel qui bénéficie de Cdd. Certains, pour éviter de payer, ont refusé de signer des contrats ou se sont permis de proposer des contrats-maison ou verbaux. Ils emploient toutes sortes de subterfuges possibles pour ne pas respecter les droits. Au moment où je vous parle, beaucoup d’écoles n’ont pas payé le mois de juillet, alors que les élèves ont payé de novembre à juillet, voire même le mois d’août dans certains cas », dénonce M. Fall. Il dit pouvoir affirmer que dans plus de 90% des écoles du privé laïc, les enseignants ne sont pas en vacances, mais en chômage.

Il soutient que la situation est pire pour les enseignants du moyen-secondaire. Déjà que pendant l’année scolaire, poursuit le leader du Sieps, il peut arriver qu’ils reçoivent 25 000 FCfa quand il y a une fête dans le mois. « Même quand les élèves organisent leurs journées culturelles, ces valeureux enseignants ne sont pas rémunérés alors que leur présence est obligatoire à ces manifestations. Dans l’élémentaire, c’est humiliant. Certains travailleurs perçoivent des sommes en-deçà du Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) qui est de 58 000 FCfa. On a des collègues dans la banlieue et à Grand-Dakar, qui perçoivent des salaires en-deçà de 50 000 FCfa, dénonce Socé Fall. Il se demande comment peut-on utiliser des enseignants pendant neuf mois, avec toute la pression et le stress qu’ils subissent et les laisser végéter sans moyens de survie pendant trois à quatre mois.






leSoleil



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page