leral.net | S'informer en temps réel

Enseignants décisionnaires: Une marche de protestation tenue à Mbour pour exiger de meilleures conditions

Les enseignants décisionnaires du Sénégal s’estiment lésés dans leur plan de carrière. Pour crier à l’injustice, ils s’étaient donnés rendez-vous à Mbour, pour une marche nationale à l’appel du CENFE (Collectif des Enseignants non-Fonctionnaires de l’Etat). Une occasion pour eux d’exiger la suppression pure et simple de ce corps et en lieu et place, leur alignement comme fonctionnaires pleins.


Rédigé par leral.net le Mercredi 1 Décembre 2021 à 08:48 | | 0 commentaire(s)|

Enseignants décisionnaires: Une marche de protestation tenue à Mbour pour exiger de meilleures conditions
A l’issue de la procession qui a abouti à l’IEF de Mbour 1, une déclaration a été lue par le coordonnateur dudit collectif, en présence de trois secrétaires généraux nationaux de syndicats venus soutenir une cause jugée très légitime.

Enseignants décisionnaires, c’est le terme utilisé pour désigner les enseignants non fonctionnaires de l’Etat. Ils servent dans l’élémentaire ou dans le moyen-secondaire. Ils ont un dénominateur commun, ils sont traités différemment de leurs autres collègues quand bien même ils ont été recrutés dans les mêmes conditions, ayant subi la même formation et abattant le même travail que ces derniers.

C’est pourquoi, réunis autour d’un Collectif des Enseignants non-fonctionnaires de l’Etat (CENFE), ils ont crié à l’injustice à travers une marche nationale qui s’est tenue samedi dernier à Mbour. Partie du rond-point Mamadou Diop et arpentant l’imposante avenue Demba Diop, la procession rouge a vibré aux rythmes du slogan « Non aux décisionnaires, il est temps de mettre fin à cette injustice », scandé par des marcheurs venus de plusieurs localités du pays.

Au point de chute, après près d’une demi-heure de marche, une déclaration a été lue sur l’esplanade de l’Inspection de l’Education et de la Formation (IEF) Mbour 1. Une seule phrase du coordonnateur national du collectif les regroupant pour résumer la situation de ses collègues, « les enseignants non-fonctionnaires communément appelés décisionnaires, sont lésés dans leur plan de carrière ».

Il ajoute que les enseignants décisionnaires qui changent de corps, commencent par le grade initial, c’est-à-dire au bas de l’échelle. Pendant ce temps, leurs collègues fonctionnaires de même classe, bénéficient de 40% de leur ancienneté. De ce fait, ils bénéficient d’un rappel conséquent. « Pour les décisionnaires, le rappel est une chimère », s’est-il indigné.

Enfonçant le clou, il dira qu’à la retraite, le décisionnaire qui dépend de l’Institution de Prévoyance Retraite du Sénégal (IPRES), va devoir attendre qu’on lui compte des points relatifs aux années de cotisations, pour bénéficier d’une pension « dérisoire » qui dépasse rarement 60.000 francs par bimestre, là où, son collègue fonctionnaire, ayant eu le même parcours que lui, recevra son dernier salaire amputé des indemnités et cela, tous
les mois.

Au vu de ce tableau sombre pour cet agent de l’Etat désigné sous le vocable de décisionnaire, le CENFE qui fédère la lutte de ce corps d’enseignants « discriminés », a posé quatre exigences sur la table des autorités du pays.







Le Témoin


Titre de votre page Titre de votre page