leral.net | S'informer en temps réel

Entourage du Chef religieux: Origine de "Beuk néeg" dans la communauté mouride

Mame Thierno Birahim Mbacké, jeune frère du fondateur de la confrérie mouride, est le précurseur. Serigne Mame Mor Bassirou Mbacké rapporte: “Khadim Rassoul, le fondateur de la voie mouride, n’en avait pas. Si dans son entourage immédiat, on peut désigner quelqu’un comme son “beuk néeg’’, du fait des rapports et de la proximité qu’ils entretenaient, c’est son jeune frère, Mame Thierno Birahim Mbacké.


Rédigé par leral.net le Dimanche 26 Septembre 2021 à 10:23 | | 1 commentaire(s)|

Entourage du Chef religieux: Origine de "Beuk néeg" dans la communauté mouride
Avant le dispatching de l’héritage de Serigne Mame Mor Anta Sally, son fils Cheikh Ahmadou Bamba, qui avait renoncé à sa part d’héritage, avait suggéré aux cadis charger d’exécuter l’héritage, de laisser une part pour un enfant de sexe masculin, alors que personne ne s’y attendait.

D’aucuns l’ont même raillé, faisant croire que le Cheikh, tentait de se faire garder sa part. Avant même la fin des procédures, Sokhna Faty Isseu, accoucha d’un garçon qui allait être baptisé du nom de Mame Thierno Birahim. C’est son grand-frère Cheikh Ahmadou Bamba qui le prit en charge.

L’histoire immortalise cette épisode de la vie de Mame Thierno Ibra Faty, à travers ces paroles : “Bamba koni baa, Bamba ko ni bayil”. Mame Thierno Birahim vouait un amour sans borne à son frère et s’évertuait à servir ses moindres désirs.

Ainsi, des disciples dévoués se sont mis au service de leur maitre spirituel, pour recevoir bénédictions et agreement. Ainsi naquit la fonction de "beuk néeg" dans la communauté mouride.

Mouride Niang, nom d’emprunt de notre interlocuteur, un ex "beuk néeg", confie : “Vous savez, les temps ont changé et je ne peux que vous dire un peu de ce que je sais de cette activité que j’ai exercée dans les concessions des chefs religieux.

La personne qu’on désigne par le terme “beuk néeg’’ joue le rôle de secrétaire, de gestionnaire, souvent de porte-parole voire de griot. Il doit être intelligent, méthodique, rigoureux dans son travail. Cependant, le “Beuk néeg” doit avoir foi en la personne qu’il sert. C’est fondamental voire primordial, pour bien s’acquitter de sa tâche. En tout cas, moi, j’ai exercé ce métier au plus haut niveau, mais, j’ai la conscience tranquille et je garde tous mes contacts avec les gens que j’ai connu durant cette période
’’.

Aujourd’hui, dans chaque cour ou concession de chef religieux, il y’a des "beuk néeg". Il y a le principal, toujours à côté du chef religieux, et une cour de sous “beuk néeg’’, affectés aux courses et à la réglementation des audiences du chef religieux. Il y a des "beuk néeg" chargés de la gestion des “adyas”, de la gestion des biens de consommation, du transport des disciples, de la réception des personnalités, des fidèles, entre autres activités.

Il y a aussi le “beuk néeg’’ du “beuk néeg’’. En effet, dans la concession des chefs religieux, les intérêts divergents font que les beuk néeg ne sont pas en équipe et chaque grand "beuk néeg" constitue une équipe de sous beuk néek. Ces derniers sont abonnés aux petits boulots qui consistent à veiller aux intérêts de leur protecteur.







Enquête



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page