leral.net | S'informer en temps réel

Expulsion de Farba Senghor et de Pape Samba Mboup du PDS, la fin d'un cycle

Les exclusions de Farba Senghor et de Pape Samba Mboup risquent de tout bouleverser dans la vie de la formation libérale et, partant, de la vie politique sénégalaise.


Rédigé par leral.net le Mercredi 29 Mars 2017 à 11:10 | | 0 commentaire(s)|

Sans Farba Senghor, l'homme de devoir d'Abdoulaye Wade, sans Pape Samba Mboup, le bouclier de Wade, le monde s'effondre au PDS. C'est Wade qui tire les ficelles. Après un communiqué imposé à la direction du parti, il a corsé la note. Wade est un politicien, tout acte qu'il pose est calculé.

Depuis les premières heures de sa réélection en 2007, il travaille pour son fils Karim Wade. Sa défaite aux municipales à Dakar ne l'a pas empêché de le promouvoir ministre d'Etat ni d'en faire le centre de gravité du gouvernement et à ce titre, Farba Senghor a, pour la première fois, dit ce que nombre de libéraux et de collaborateurs du père pensent, à savoir la défaite du PDS à la présidentielle de 2012 est la conséquence du rejet de Karim Wade par les Sénégalais.

A quelques encablures des Législatives, il y a urgence. Les petites formations cherchent à se faire remarquer pendant que les grandes multiplient les alliances pour engranger le maximum de voix. Le choix du PDS de se départir de ténors, pose dès lors problème. Est-ce un choix suicidaire ou stratégique?

Comparé au parti socialiste, le choix de la direction libérale ressemble plus à une stratégie tendant à baliser la voie à Karim Wade. Le fils aura-t-il le même accueil que le père à son retour d'exil voulu à la présidentielle de 2000? Difficile de répondre par l'affirmative puisque les conditions de la déportation nocturne de Karim Wade après son élargissement de prison perturbent les Sénégalais. Pis, que réserve le Conseil Constitutionnel au candidat "fantôme" du PDS?

Aujourd'hui, la bataille de l'héritage est lancée. Pape Samba Mboup et Farba Senghor ont un dénominateur commun, le fait d'être des réservoirs de secrets. Ils connaissent trop bien Abdoulaye Wade, ils ont été témoins de plusieurs événements, ils savent être néfastes, ils sont teigneux, ils ont le courage de leurs idées. Ils seront prêts le moment venu à détruire la maison du père. Blessés, ils risquent de verser dans le déballage.
source: la tribune