leral.net | S'informer en temps réel

Facilitation des échanges sur le corridor Dakar-Bamako : Des commerçants étalent leurs besoins

Dans le cadre du programme de facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest (Peao), la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad) veut accompagner les commerçants intervenant sur le corridor Dakar-Bamako. Pour cela, l’institution consulaire, en collaboration avec les partenaires techniques et financiers, avait commandité une enquête auprès des membres d’organisations de commerçants, afin de recueillir leurs attentes, leurs besoins prioritaires.


Rédigé par leral.net le Dimanche 17 Octobre 2021 à 10:30 | | 0 commentaire(s)|

Facilitation des échanges sur le corridor Dakar-Bamako : Des commerçants étalent leurs besoins
Entre autres, ils ont listé un accompagnement en termes d’éducation financière, d’appui pour l’amélioration des emballages, surtout pour les emballages qui sont spécifiques aux produits halieutiques. Ces commerçants, interrogés à travers les régions de Dakar, Kaolack, Louga, Kolda, Diourbel…, veulent aussi être appuyés pour un meilleur accès au financement, une normalisation des produits ; mais aussi dans le domaine de l’élaboration de business-plan.

A l’instar des transporteurs, les commerçants dénoncent aussi le nombre et la multiplication des postes de contrôle, la durée des attentes aux frontières. Ils souhaitent que des solutions soient trouvées à ces tracasseries.

L’ensemble de ces préoccupations seront compilées dans un rapport et soumises aux multiples partenaires, afin qu’un projet d’accompagnement soit élaboré, selon le Secrétaire général de la Cciad.

Mbaye Chimère Ndiaye précise : «En donnant la parole aux personnes morales des organisations, mais aussi aux membres, afin qu’ils expriment leurs attentes en termes de renforcement de capacités et les services fournis par leurs associations, les acteurs du programme souhaitent par la suite apporter des réponses adéquates aux besoins identifiés.

En ce qui concerne les problèmes spécifiques au passage des frontières, la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar accompagne un processus devant aboutir à une fluidification du transport routier dans les corridors en tant que caution nationale du régime ».
Le quotidien


Titre de votre page Titre de votre page