leral.net | S'informer en temps réel

Finances publiques gambiennes, comment des proches de Jammeh ont pillé la Banque centrale de Banjul

Avant son départ du pouvoir, des proches de Yaya Jammeh ont organisé le pillage en règle de la Banque de centrale de la Gambie, selon des documents fournis par le nouveau ministre des Finances du pays.


Rédigé par leral.net le Mercredi 22 Février 2017 à 11:00 | | 0 commentaire(s)|

Pas moins de 48 milliards de dalasis ont été soustraits des coffres-forts de la banque centrale par des membres du premier cercle de Yaya Jammeh. La révélation a été faite au cours d'un point de presse par le ministre gambien des Finances, Amadou Sanneh. Pour étayer son accusation, le nouvel argentier du gouvernement du Président Adama Barrow a sorti une pile de documents particulièrement accablants pour les mis en cause.

Ainsi, révèle-t-il, après que ses services ont procédé à des investigations au niveau de la Banque centrale, ils ont découvert l'ampleur du préjudice subi par l'Etat gambien avec un modus operandi bin rôdé.Selon Sanneh, le nommé Sana Jarjue, membre du cabinet présidentiel, a opéré le 15 juillet 2014, un retrait de 300 000 dollars US, puis 700 000 dollars US le 23 juillet 2014, 600 000 dollars le 23 juillet 2014 et 1 000 000 de dollars US le 11 août 2014.

Mais au cours de l'année suivante, deux autres de l'ex-cabinet présidentiel Souleymane Badgie et Nuha Williams se sont aussi distingués par des retraits toujours à la Banque centrale de l'ordre de 1 000 000, 800 000 et 704 000 dollars US. Selon le ministre des Finances, ce braquage de la Banque centrale a complètement "détruit l'économie gambienne".

A en croire les premiers éléments de l'enquête, certains des retraits d'argent ont été effectués en dalasis, avant d'être convertis en dollars US, créant immédiatement des dégâts sur les réserves de change du pays et sur le taux de change de la monnaie nationale.

Pis, des institutions comme la Caisse de sécurité sociale, l'opérateur de téléphonie Gamtel ainsi que le Carnegie Mining Project, ont été gravement affectées par les mêmes prédateurs, tous des fidèles parmi les fidèles de l'ancien homme fort de Banjul.

Ont-ils agi de leur propre chef ou sur instruction de Jammeh? Les nouvelles autorités se sont gardées pour le moment de citer nommément Jammeh comme le commanditaire de ce casse. Mais selon Amadou Camara, secrétaire permanent du ministère de l'Economie et des Finances, ces actions ne sont que la partie visible de l'iceberg.

Estomaqué par l'ampleur du sinistre causé au Trésor public gambien, le ministre de l'intérieur Mai Ahmed Faty, sans le nommer, a lancé une sorte d'avertissement à l'ancien dictateur, " l'Etat gambien fera tout son possible pour que les sommes ainsi dérobées, soient recouvrées, au besoin, avec le concours de la communauté internationale".
source: l'observateur