Formation du nouveau gouvernement d’union nationale, ça coince du côté du PDS

La reconduction du désormais ex-Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, est annoncée pour ce mercredi. Le président Macky Sall semble jouer sur le temps. Un retard qui serait dû à certaines exigences pour un gouvernement d’ouverture.


Rédigé par leral.net le Mercredi 6 Septembre 2017 à 14:39 | | 0 commentaire(s)|

Selon une source, la société civile devrait même faire son entrée aussi. Une manière pour le chef de l’Etat de concrétiser son appel au dialogue lancé le 2 septembre 2017 en marge de la prière de la fête de Tabaski. Toutefois, c’est au niveau du Parti démocratique sénégalais (PDS) que ça coince. Le président Macky Sall veut tout faire pour avoir ce parti dans son gouvernement. Car, un gouvernement d’union sans la participation du Parti de Me Abdoulaye Wade n’en serait pas un, nous souffle notre source.

Mahammad Boun Abdallah Dionne, vers une autre station? 

Sur un autre point, notre source souligne même que Mahammad Boun Abdallah Dionne qui est pourtant annoncé pour aujourd’hui à la tête du gouvernement peut prendre une autre direction. Notre source indique « que la demande à Moustapha Niasse de se retirer de l’Assemblée nationale trouverait des résistances ».

Notre source indique que le désormais ex-Premier ministre est en partance vers une autre station. La preuve, le protocole ne s’est pas vérifié. « Mais, où, on ne sait pas encore. Certains parlent de l’Assemblée nationale mais il y aurait une certaine résistance », a martelé notre interlocuteur.

Se voulant précis, il informe qu’il n’y a pas eu de protocole hier lors que le Premier ministre remettait sa démission. « Hier, il n’y a pas eu de symbole. C’est quoi le symbole ? En fait, il n’avait pas besoin de cette cérémonie officielle et protocolaire pour une lettre de démission », note-t-il.

Selon lui, il n’a pas besoin de lettre. « Il doit venir dire Monsieur le président :  je vous présente la démission du gouvernement. Mais, là, il a fait une lettre suivie d’une déclaration », a-t-on renseigné.

Et de détailler : « en général, on dit le président l’a remercié pour ses efforts, lui a renouvelé sa confiance et lui a demandé de constituer un nouveau gouvernement ».
C’est dire que rien n’est encore clair pour la direction de la nouvelle équipe gouvernementale.
 
Le gouvernement assure l’intérim

Par ailleurs, notre interlocuteur ne partage pas le même avis que ceux qui soutiennent que le Sénégal est « sans gouvernement, et par conséquent, rien ne fonctionnera ». « Il faut arrêter de dire que le Sénégal se retrouve aujourd’hui sans gouvernement. Ni Assemblée. Le gouvernement fonctionne. Il assure l’intérim parce qu’il est démissionnaire. Certes, il ne peut pas prendre certaines grandes décisions qui engagent la Nation mais, il fonctionne encore jusqu’à la passation de service. C’est de la même manière pour un président battu et qui attend de recevoir le président élu pour faire la passation de service. C’est le même scénario pour l’Assemblée parce que si par extraordinaire, il se produisait une catastrophe, c’est elle qui serait convoquée », a-t-il détaillé.
La rédaction de Leral.net