leral.net | S'informer en temps réel

Fronde au sein du FSD/BJ: La députée Dieynaba Ndiaye réclame la tête de Cheikh Bamba Dièye

Cheikh Bamba Dièye ne fait plus l’unanimité au sein du parti FSD/BJ, qu’il a hérité de son défunt père. Une tendance est menée en interne avec comme tête de file, la députée Ndèye Dieynaba Ndiaye. La présidente des femmes maintient son ancrage dans la coalition Benno Bokk Yakaar et dénonce ce qu’elle appelle une léthargie totale.


Rédigé par leral.net le Mardi 28 Mars 2017 à 09:05 | | 0 commentaire(s)|

A la veille des élections législatives, la députée Ndèye Dieynaba Ndiaye a tourné le dos à son désormais ex-mentor Cheikh Bamba Dièye, qu’elle ne reconnait plus comme Secrétaire général du FSD/BJ. Pour la présidente des femmes, il urge d’insuffler un nouvel élan à cette formation politique, éradiquer la gestion solitaire, l’absence de débat démocratique, la patrimonialisation et l’inexistence d’instances régulières.

A ces anomalies, elle ajoute une opposition dans les prises de décisions, positions et discours illégitimes de la Direction du parti voire du Secrétaire général. « Il s’agit pour nous de remobiliser les militants et responsables afin qu’un Congrès se tienne pour revoir le statut et règlements intérieurs du parti, renouveler les instances régulières, décliner de nouvelles orientations, se donner de nouveaux objectifs et des perspectives », a renseigné Mme Ndiaye.

A l’en croire, « s’inscrire dans ‘’BENNO JUBEL’’ est caractéristique du citoyen imbu de valeurs et de principes de solidarité, de droiture, de probité. Ces principes et valeurs qui fondent notre démarche sont soutenus par la conviction, l’engagement dans la défense des intérêts des citoyens. Malheureusement, depuis quelques temps, un certain nombre de comportements révélateurs d’errements dans les choix politiques ont fini par dénaturer l’image, le visage de notre formation politique et pousser beaucoup de braves militants et responsables du parti à démissionner. »

« Le dernier Congrès de renouvellement s’est tenu en 2002 »

Dans la même dynamique, la présidente des femmes du FSD/BJ mentionne que les militants souffrent d’une absence de débat démocratique. Cela, dit-elle, a fini par écarter de dignes militants dont l’engagement et la loyauté ne datent pas d’aujourd’hui. « La mainmise du soi-disant Secrétaire général du FSD/BJ représente une grave régression démocratique, un monolithisme politique révolu. A cette volonté manifeste de faire du parti un patrimoine familial, s’ajoute le désir illégitime de s’éterniser au poste de Secrétaire général. Car, notons que depuis la création du FSD/BJ en 1995, le seul Congrès de renouvellement s’est tenu à l’ENDSS en juin 2002 », révèle la parlementaire.

« Ces éléments montrent à suffisance le sentiment de découragement généralisé installant dans un malaise profond notre formation politique. En plus, le coordinateur du Mouvement des élèves et étudiants ainsi que son adjoint et d’autres responsables régionaux et départementaux ont gelé leurs activités politiques.
Par conséquent, le doute n’est plus permis sur le caractère improbable, contestable voire illégitime de la direction du parti et de son avenir
», relate Ndèye Dieynaba Ndiaye.

Et pour marquer son empreinte, elle a déjà entamé une tournée pour remobiliser les troupes. « Après Dakar, Pikine, Guédia- waye, Rufisque, Déni Biram Ndao, Ndiaganiao, Khombole, Sangalkam, Mbour, Thiès etc., nous allons continuer cette tournée nationale déjà entamée pour boucler les 45 départements et montrer aux Sénégalais que cette dynamique positive qui vient d’être dégagée reflète l’adhésion et la volonté du plus grand nombre de militants qui ne sont intéressés que parle développement voire l’émergence de notre Nation », conclut-elle.

Libération










Hebergeur d'image