leral.net | S'informer en temps réel

Graves accusations d’Abdoulaye Bâ Nguer, Sones: « la SDE a saboté nos installations pour créer les pénuries d’eau »

Le problème de la grève de l’eau entamée par la Sénégalaise des eaux (SDE), prend les tournures d’une guerre entre acteurs du secteur de l’eau. C’est en tout cas ce qu’a révélé Abdoulaye Bâ Nguer, délégué syndical et cadre de la Sones qui a révélé, hier, que les travailleurs de la SDE ont saboté certaines de leurs installations, pour provoquer les coupures d’eau notées dans certains quartiers de Dakar depuis 3 jours.


Rédigé par leral.net le Jeudi 5 Décembre 2019 à 12:35 | | 0 commentaire(s)|

« Il y a eu des actes de sabotage et de vandalisme sur nos installations, notamment à la zone de captage, à Mékhé…qui ont provoqué le manque d’eau noté dans certains quartiers de Dakar », a-t-il dit lors d’une émission sur la TFM.

Et de poursuivre, « nous demandons à l’Etat de prendre toutes ses responsabilités, parce que dans le contrat d’affermage, la continuité de la distribution de l’eau est garantie. C’est une question de sécurité nationale. Et je rappelle que nous continuons de payer une dette 8 milliards FCFA par an pour l’installation de ces ouvrages ».

Rappelant que la SDE, la SONES et l’ONAS étaient regroupées au sein d’une même entité, la Société nationale des eux et d’exploitation du Sénégal (Sonnes), avant la réforme de 1995, Abdoulaye Bâ Nguer, souligne que l’Etat avait accordé 5% des parts à l’ensemble des acteurs à l’époque, mais la SDE avait tout accaparé.

Soulignant que la SDE est une société privée appartenant à des Français, il ajoute que dans le cadre du nouveau contrat d’affermage attribué à Suez, ce sont 10% des parts de la nouvelle société qui sont attribuées aux acteurs dont 6% à la SDE, 2% à la Sones et 2% à l’Onas. Une répartition que rejette donc la SDE, réclamant 15% des parts de ces actions.

Toutefois, précise-t-il, « l’attribution de ces parts ne peut pas être une revendication syndicale, c’est une offre gracieuse de la part de l’Etat ».
Revenant sur l’attribution du nouveau contrat d’affermage à Suez, Abdoulaye Bâ Nguer souligne que « les appels d’offres ont été jugés par des experts indépendants et l’offre de Suez était techniquement la meilleure ».



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page