leral.net | S'informer en temps réel

Insuffisance rénale: 85 malades en attente de dialyse après la fermeture de leur clinique

Les insuffisants rénaux sont dans le désarroi total. Et pour cause, la clinique qui s’occupait de leur séance de dialyse, a fermé ses portes. Une situation que les malades déplorent,tout en faisant appel aux autorités avant que l’irréparable ne se produise.


Rédigé par leral.net le Vendredi 22 Octobre 2021 à 10:12 | | 0 commentaire(s)|

Insuffisance rénale: 85 malades en attente de dialyse après la fermeture de leur clinique
Les 85 malades atteints d’insuffisance rénale n’ont que leurs yeux pour pleurer, après la fermeture de leur clinique pour leur séance de dialyse. Joint au téléphone, leur porte-parole, Astou Ndiaye indique que les malades insuffisants rénaux sont dans une situation très critique. « Certains sont entre la vie et la mort », regrette-t-elle.

Elle déplore ainsi l’attitude des autorités qui tardent à réagir. « Après 48h, la seule chose que le gouvernement nous a proposée, après m’avoir demandé la liste des malades, est d’essayer de leur trouver de la place dans les cliniques privées, chose impossible », peste-t-elle.

Et de renchérir: « Ce qu’ils ne savent pas, est que les malades ne sont pas dans les cliniques parce qu’ils le veulent, mais ils n’ont pas le choix. »

Elle laisse entendre que les machines à soins pour les insuffisants rénaux dans le public s’arrêtent avant 15h, d’où l’urgence pour elle de faire un troisième branchement.

«En tout cas, une centaine de vies dépendent d’eux et les insuffisants rénaux souffrent », lance-t-elle. Leur porte-parole a tenu à rappeler que la clinique est fermée depuis dimanche, donc la dernière séance de dialyse s’est déroulée le vendredi et depuis, les malades sont à l’attente.

« Certains font des séances de 25 000 FCfa et d’autres de 65 000 FCfa pour deux séances dans la semaine, c’est un coût énorme pour ceux qui peinent à joindre les deux bouts », alerte-t-elle. En ce qui concerne le public, elle renseigne que les malades qui se sont inscrits dans la liste d’attente de l’hôpital Le Dantec depuis 2018, peinent à recevoir des soins.

« Actuellement, certains malades ont peur de manger pour ne pas faire augmenter leur taux de toxicité et le directeur de la Prévention nous avait dit qu’il allait prendre 30 malades, mais depuis lors, rien n’a été fait », tonne-t-elle.






Rewmi


Titre de votre page Titre de votre page