leral.net | S'informer en temps réel

Invendus de l’huile raffinée d’arachide : L’Etat prend le contrôle

Le Directeur général de la Sonacos, Pape Dieng reste d’avis que la plateforme née d’un consensus, permettra de prendre en charge l’huile raffinée d’arachide et d'éviter des invendus. Il a fait cette déclaration à l’occasion de la signature du protocole d’accord sur la commercialisation de l’huile raffinée d’arachide.


Rédigé par leral.net le Lundi 15 Octobre 2018 à 19:06 | | 0 commentaire(s)|

La prise en charge de l’huile raffinée d’arachide devient désormais, une réalité. L’Etat du Sénégal a matérialisé ce lundi, un engagement, allant dans le sens de réduire au maximum les invendus de l’huile raffinée d’arachide. « On est dans un schéma auquel, il faut vendre l’huile et les totaux pour pouvoir payer la banque. Si, l’huilier n’est pas en mesure de vendre, la banque ne pourra pas être payée. Déjà, avec l’huile, nous avons 5 620 tonnes d’invendus, dont les 5 200 sont de la Sonacos. Ce stock d’invendus, représente 7 milliards de FCfa », a estimé le Directeur général de la Sonacos, Pape Dieng.

Ce dernier, signale que son entreprise dispose une capacité de 400 tonnes. « Les autres huiliers font 2 000 tonnes. Le total cumulé fait 6 000 tonnes pour un besoin mensuel de 15 000 tonnes. Les 9 000 autres tonnes seront importées. Voilà, un peu comment ce protocole organise le marché de l’huile au Sénégal », a détaillé le patron de la Sonacos.

S’offrant le plaisir de faire, un exposé détaillé, Pape Dieng soutient que l’huile d’arachide, passant du simple au double, est cotée sur le marché mondial à 1 300 dollars le litre. Alors que l’huile de palme est de 690 dollars. Celle de soja et de tournesol est de 750 dollars sur le marché mondial. « Est-ce qu’on peut comparer le litre d’huile d’arachide à celui de palme. Ce sont des huiles qui ne sont pas de la même qualité. C’est pourquoi, on ne peut pas fixer le prix pour ces différentes huiles. Le Sénégal est un pays où l’Etat décide du prix de l’arachide. Faire un effort à notre niveau va être difficile. Puisqu’on ne peut pas agir sur le prix », se démarque-t-il. Et, il indique que si l’Etat dit qu’il fixe le prix du Kg d’arachide à 201 FCfa, soit il subventionne pour dire aux huiliers, « nous fixons le prix et payons le complément ».

Au contraire, il reconnaît que le Sénégal a une huile d’arachide à bon marché, comparativement à ce qui se passe dans les autres pays du monde. Et pour la relance et le positionnement, le patron de la Sonacos promet une diversification des produits de son entreprise. « Nous allons essayer de revenir petit à petit pour reprendre la ligne de l’aliment de bétail, du vinaigre etc. Nous allons diversifier les produits et faire des réformes pour que la Sonacos redevienne ce qu’elle était avant », a-t-il promis.

O WADE Leral