Leral.net - S'informer en temps réel

J'ai été agressée sexuellement et aujourd'hui je vis un enfer

Rédigé par leral.net le Lundi 7 Septembre 2015 à 11:34 | | 0 commentaire(s)|

J'ai été agressée sexuellement et aujourd'hui je vis un enfer
 

 
"Aujourd'hui j'ai 24 ans, il y'a 8 ans j'ai vécu l'enfer...j'ai été agressée sexuellement .  J'étais en internat à 191km de chez mes parents. Un jour je suis tombée malade, je me suis rendu à l'infirmerie du lycée, l'infirmière m'avait donc pris la température... J'avais 41 de fièvre et je ne pouvais donc pas rester au lycée. Le temps que ma mère vienne me chercher je devais attendre dans le "dortoir" (les dortoirs ne sont pas mixte ) de l'infirmerie. Au bout d'une 1h d'attente, deux élèves de ma classe ont décidé de me rendre visite. 
 
Si j'avais su ... L'un deux qui se nomme E. s'est approché de moi et m'a demandé ce que j'avais. Je lui est donc expliquer que je ne savais pas exactement mais que je me sentais pas bien et que je souhaitais être seul. À ce moment là, il s'est approché de moi et l'autre élève S. lui surveillait la porte au cas où quelqu'un arriverait. E. est venu prés de moi et ma demander de le "branler", ce que j'ai refusé mais vu qu'il n'étais pas satisfait il ma demandé une fellation, ce que j'ai également refusé mais il me l'as mis dans la bouche, je n'avais pas la force de me débattre, il est donc parti satisfait. 
 
Je n'ai rien dit mais un an après, j'ai décidé d'en parler autour de moi. D'abord à ma meilleure amie qui était dans le même internant que moi mais malheureusement, ça a fini par s'ébruiter et le bruit courrait dans le lycée que je l'ai "chauffé". Puis un jour, j'ai décidé d'en parler à mes parents qui eux ont tout de suite décidé d'aller à la gendarmerie afin que je porte plainte. 
 
E. était déjà connu par les gendarmes pour d'autre faits et stupeur, quand je leur ai raconté mon enfer, ils m'ont répondu qu'à 16 ans, on se "découvre" et peut être qu'il voulait juste sortir avec toi, pas forcément me faire du mal. Ils ont même sous-entendu si je ne lui avais pas fait du rentre-dedans. J'étais dépitais en pleurs devant ses gendarmes qui me rejetaient toute la faute. Il m'ont bien sûr demandé pourquoi je n'ai pas crié mais comme je leur ai expliqué, j'avais 41 de fièvre et je ne pouvais pas bouger ni crier,  je n'en avais pas de force. 
 
Cette plainte n'a mené à rien et je devais donc poursuivre mes études tout en le croisant chaque jour. Un professeur qui ne m'appréciais pas a même eu la bonne idée de me mettre en binôme avec lui pour un travail en groupe, je vous laisse imaginer mon cauchemar. Aujourd'hui je ne pas vivre une relation de couple correctement, si je fait une fellation je ferme obligatoirement les yeux et je le vois lui E. J'ai l'impression de vivre encore et encore cette agression et ma vie de couple s'en ressent grandement. Avez-vous des conseils pour que je traverse cette mauvaise passe qui me ronge depuis 8 ans.
beautylicieuse.com


Titre de votre page