Jean Paul Dias se lâche : "tant que Khalifa Sall n’est pas libéré, il n’y aura pas de dialogue"

L’appel au dialogue émis par les tenants du pouvoir ne trouve pas d'écho favorable dans les rangs de l’opposition sénégalaise. Au moment où le ministère de l’Intérieur file, droit dans ses bottes, pour tenir à date échue (le 21 novembre) les concertations sur le processus électoral, Jean Paul Dias écarte toute possibilité de dialoguer, "tant que le député-maire de Dakar reste maintenu illégalement en prison".


Rédigé par leral.net le Vendredi 17 Novembre 2017 à 10:38 | | 0 commentaire(s)|

Jean Paul Dias se lâche : "tant que Khalifa Sall n’est pas libéré, il n’y aura pas de dialogue"
« Il ne faut pas confondre le dialogue avec une éventuelle invitation du ministre de l’Intérieur à une rencontre. Ce que le ministre de l’Intérieur envisage de faire, je signale que nous, jusqu’à présent au Bcg, nous n’avons pas reçu d’invitation à un échange, à des déclarations, un brainstorming en quelque sorte, ce n’est pas un dialogue national.

Or, il est de tradition que le ministre de l’Intérieur nouvellement nommé, s’adonne à cet exercice. Si c’est cela, sur le principe, il n’y a pas de raison que le Bcg n’y aille pas. Nous sommes un parti souverain. Ce n’est pas parce qu’il a appartenu à une coalition donnée, qu’il n’y va pas. Là où le Bcg est en phase avec la coalition Manko Taxawu Senegaal, c’est que tant que Khalifa Sall n’est pas libéré, il n’y aura pas de dialogue.

Ça, je suis ferme là-dessus. Mais s’il y a une invitation avec des termes indiquant que ce n’est pas un dialogue, mais des échanges, le Bcg, en tant que parti souverain, ira à la rencontre. Nous n'irons pas à un dialogue, tant que Khalifa Sall n’est pas libéré, parce qu’il est retenu en incarcération de manière tout à fait anticonstitutionnelle, illégale, anormale et anti démocratique. Là-dessus, ce n’est pas négociable ».


Enquête