Khalifa Sall, un prisonnier encombrant

En enfermant Khalifa Sall dans l'affaire de la Caisse d'avance de la ville de Dakar, le pouvoir vient d'ouvrir la boîte à Pandore. Car depuis l'incarcération du maire de Dakar, de plus en plus de voix s'élèvent pour demander que le chef de l'Etat aille jusqu'au bout en transmettant à la justice les dossiers des corps de contrôle qui incriminent certains de ses proches. Dès lors, Khalifa Sall devient encombrant pour le régime qui ne semble pas être dans les dispositions pour le libérer de sitôt, encore moins d'arrêter les présumés coupables dans son propre camp.


Rédigé par leral.net le Lundi 13 Mars 2017 à 19:58 | | 0 commentaire(s)|

En transmettant le dossier du maire de Dakar à la Justice, tout en maintenant le coude sur sur ceux compromettants ses proches, le Président Macky Sall est aujourd'hui dans une posture inconfortable. En effet, une bonne frange des populations estime que Khalifa Sall est victime d'acharnement politique et ses déboires judiciaires ne sont que la conséquence de sa farouche opposition au pouvoir en place.

Depuis l'incarcération de ce dernier, les vagues d'indignation et de réprobation su multiplient et l'opposition qui peinait à trouver un moyen pour unir ses forces, semble l'avoir trouvé avec la détention jugée arbitraire de Khalifa Sall.

Depuis lors, du côté du pouvoir comme de celui de l'opposition, on bande les muscles et on rivalise de discours va-t-en guerre. Une situation lourde de dangers et le Président Sall qui a promis de ne protéger personne, est tenu pour désamorcer ce qui pourrait être une bombe en latence, d'aller jusqu'au bout de sa logique en livrant à la justice tous ceux qui sont épinglés par les corps de contrôle.

Sinon, il lui sera très difficile de démontrer à compatriotes que l'emprisonnement du maire de Dakar n'a pas de soubassement politique. Une situation qui met le chef de l'Etat devant un dilemme cornélien, car livrer ses proches à la justice pourrait lui être préjudiciable, vu le tollé que cela entraînera, surtout en cette veille d'élections législatives où il a besoin de resserrer les rangs et de de crédibilité pour décrocher une majorité à l'Assemblée Nationale.

Libérer Khalifa Sall après l'avoir tant accablé serait également comme s'il se tirait une balle dans le pied car il ouvrirait un boulevard au maire de Dakar qui pourrait s'y engouffrer pour accéder au palais de la République.

Pour éviter d'éventuels troubles au pays, le Président Macky Sall doit faire montre d'équité en ne protégeant personne, c'est à dire faire en sorte que tous ses proches qui sont épinglés, rendent compte. Car l'assainissement des finances publiques était une demande populaire qu'il avait promis de satisfaire. Et tous ceux qui gèrent des deniers, doivent se soumettre à cet exercice sans exception.

source: la tribune