leral.net | S'informer en temps réel

Kilifeu libre: Y en a marre toujours déterminé à poursuivre la lutte


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Décembre 2021 à 09:41 | | 0 commentaire(s)|

Y en a marre n’abdique pas. Malgré la libération de Kilifeu, Aliou Sané et Cie poursuivent la lutte jusqu'à ce que justice soit rendue dans cette affaire, sans aucune ingérence. Kilifeu est libre, mais cela ne décourage pas le Mouvement Y en a marre. « Nous prenons acte de cette liberté provisoire acquise de haute lutte, car il a fallu la jonction d'un combat judiciaire et d'un combat médiatique pour faire reculer le régime en place, dans sa volonté de garder arbitrairement le plus longtemps possible Kilifeu en prison», constate d’emblée, le mouvement citoyen dans une note dont nous détenons copie.

« La lutte va continuer jusqu'à ce que la justice soit rendue dans cette affaire, sans aucune ingérence », préviennent Aliou Sané et Cie. Pour Y en a marre et le FRAPP, la justice doit être au-dessus des contingences partisanes et ne doit pas être un instrument au service d'un régime. Le FRAPP et Y en a marre attendent de la justice qu'elle soit à la hauteur des enjeux et des aspirations légitimes du peuple sénégalais: une justice impartiale, indépendante et libre. «Une justice qui lutte contre la pauvreté en protégeant par exemple les deniers publics détournés à La Poste, au Trésor, à la Lonase...»

D'après "Rewmi", Y en a marre et le FRAPP réaffirment « leur ferme volonté de contribuer avec tous les acteurs inquiets, à mettre au cœur du débat politique sénégalais, la problématique de la justice ».

Des jurys citoyens sur la justice

Dans cette perspective, après avoir rencontré Jammi Réew mi, la Cnts/FC, Yewwi Askan Wi, la coalition Wallu et après avoir organisé un rassemblement "Yoon a ngi jeng!"...le FRAPP et Yen a marre vont poursuivre les rencontres avec les forces vives de la nation sénégalaise, engager une réflexion populaire profonde autour d'assises nationales de la justice ou d'État généraux de la justice.

FRAPP et Y en a marre vont organiser des jurys citoyens sur la question de la justice. Ce système où la justice est une caisse de résonance du présidentialisme, va être "traduit à la barre". Ils disent être préoccupés par les longues détentions préventives, la gestion des libertés provisoires, des contrôles judiciaires et des grâces présidentielles à géométrie variable; les détournements de procédure judiciaire; la politique du mandat de dépôt systématique; la gestion anti-democratique des travailleurs de la justice ; la présence de l'exécutif dans le Conseil supérieur de la Magistrature..

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page