leral.net | S'informer en temps réel

L'éclatement du syndicat du viol, du vol, du crime et du mensonge (Par Abdoulaye Mamadou Guissé)

Ma conviction est que le Sénégal ne mérite point ces "dealers", ces hors-la-loi, manipulateurs des émotions patriotiques d'un peuple qui a donné son sang et sa jeunesse le 3 Mars 2021 dernier, avec un bilan si lourd de 14 jeunes tués à la suite d'un appel à un mortel combat par Ousmane Sonko, qui était allé à une quête de jouissance impure.
L' oligarche des impôts et domaines devenu "Oppossant" le plus contraductoire de l'histoire, de la mauvaise histoire politique du pays de Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade, et Macky Sall,
avait sciemment décrété dans ses mensonges horribles la mort par un fusil sniper les présidents Abdoulaye Wade , Abdou Diouf, et Senghor.


Rédigé par leral.net le Mercredi 18 Mai 2022 à 07:12 | | 0 commentaire(s)|

L'éclatement du syndicat du viol, du vol, du crime et du mensonge (Par Abdoulaye Mamadou Guissé)
N'est-ce pas lui-même Ousmane Sonko qui refusait de répondre à l'appel téléphonique de Karim Wade depuis Qatar, sous prétexte que celui-ci en est le leader et l'incarnation d'un système.

Ousmane Sonko jurait de combattre de mettre fin au problème systémique du Sénégal.

Finalement avec ces Législatives, le monstre engendré hors mariage par le père et la mère du système ( Khalifa Sall et Aida Mbodji) est devenu le ventre mou du système chronique. Ousmane Sonko est perturbé par la peur de disparaître, Ousmane Sonko n'a qu'un choix :" se plier à la volonté de Karim Wade".

Comme le général De Gaulle, Karim Wade organise désormais la résistance depuis Qatar et non, Londres.

Le fils du système Karim Wade gère la coalition Wallu Yewwi depuis Doha et l'enfant naturel, Ousmane Sonko, du même système, n'a plus le temps pour ses patriotes du Pastef.

Ousmane Sonko, Khalifa Sall, et Malick Gackou ferment avec indignité, le cercle des impurs de notre époque et notre société sénégalaise.

Face à la Direction générale (DGE), ils ont menti, ils ont menti partout aux Sénégalais bien avant ce clash Dethié / Saliou.

Permettez-moi de saluer la DGE, cette institution qui centralise l'excellence à l'image de la Justice sénégalaise, de la police sénégalaise, de l'armée sénégalaise, de la femme sénégalaise et de la nation sénégalaise.

Je disais à l'aune de la sortie de notre parti, le Mouvement Culturel pour le Salut du Sénégal Fulla ak Fayda de cette coalition YEWWI ASKAN WI au lendemain des Locales du 23 janvier 2022 que :" On ne peut pas tromper tout le peuple, tout le temps" et j'ajouter à cette certitude qui a toujours été la mauvaise marque déposée de YEWWI ASKAN WI:" on peut tromper une partie du peuple, une partie du temps".

Sonko et cie ont trompé une partie du temps, une partie du peuple, ils ont trompé une partie de nos belles filles, ils ont engrossé une partie de nos filles, ils ont réussi à endormir une partie de cette presse, prêt à porter, facile à transporter.

Finalement, Macky Sall a eu raison sur nous, cette partie des Sénégalais qui avance les yeux fermés, la haine dans le ventre, contre un président qui cultive la suprématie de l'acte, la bonne action et les réalisations dans l'ère des grandes victoires Africaines comme le disait le président Abdoulaye Wade, lors de l'inauguration de son Stade dans l'antre de Diamniadio.

Qu'on le veuille ou pas, Macky Sall a un respect profond pour les Sénégalais, en acceptant de subir et de changer de cap pour se conformer aux ondes positives du peuple sénégalais, qui aspire au Développement réel.

Macky Sall est dans le réel hors des saisons opaques et des coalitions syndiquées dans le mensonge.

Le syndicat du viol, du crime, du vol, et de la manipulationn nous a longtemps menti, et voila qu'aujourd'hui, une partie du peuple se réveille de son très long sommeil.

Il est temps de restaurer l'autorité de l'état, il est temps que notre police, notre Justice et nos institutions, symboles de l'excellence, soient respectées par cette racaille aux antipodes de la démocratie, des cultures républicaines et des reflexes patriotiques.

A suivre...

Le président Abdoulaye Mamadou Guissé
Fulla ak Fayda

Mr Ndao B

Titre de votre page Titre de votre page