leral.net | S'informer en temps réel

L’état des routes en question (reportage photos)

Nids de poule, routes cassées pour faire passer des câbles électriques ou canalisations, eaux stagnantes, ordures, gravats, trottoirs et accotements cassés, voilà ce qui orne les routes de Dakar et de sa banlieue. Les régions aussi n’échappent pas à cette règle. Certaines routes sont tristement célèbres par leur état de dégradation avancée : celles qui mènent vers Fatick, Kaolack, Richard Toll...par exemple. On aurait dit qu’il n y a personne dans ce pays pour les entretenir. Les allées sont envahies, les trottoirs et accotements sont cassés.


Rédigé par leral.net le Mardi 15 Décembre 2009 à 12:18 | | 5 commentaire(s)|

L’état des routes en question (reportage photos)
Ce phénomène de routes délabrées s’observe partout dans Dakar et sa banlieue. Colobane semble remporter la palme d’or puisque l’état des routes y est tout simplement catastrophique. Il suffit de parcourir cette ville, depuis le marché jusqu’aux deux voies qui passent devant la maison du Parti socialiste pour s’en rendre compte. La route qui mène au monument de l’indépendance aussi, est jonchée de nids de poule. En contournant le Rond point de Colobane pour emprunter l’autoroute, en direction du service des mines ou de la Patte D’Oie, là aussi, on remarque deux énormes trous.

La Route des Niayes en direction Thiaroye est tout simplement pitoyable. L’une des deux voies est presque entièrement détruite et ce sont des ordures qui occupent les lieux.

Finalement que l’on aille à Fass, Médina, Castors, Pikine (Tally Boumack, tally Boubess, Tally icotaf, Rue 10), Derklé, Point E, Hlm, Grand Yoff, Yeumbeul, Thiaroye… le décor est le même. Aucun quartier n’échappe désormais à cette règle. Certaines routes construites par le colon n’ont jamais été réfectionnées. Tout se passe comme si l’entretien des routes consistait à juste mettre du gravât et un peu de goudron au dessus pour boucher les trous. C’est sans doute un moindre mal, mais dès que l’hivernage arrive, la route se casse à nouveau.

Ce qui signifie qu’on est dans une logique de bricolage. Et pourtant, il doit bien y avoir des fonds alloués à la rénovation des routes ? Il semble aussi qu’avant de réaliser de grands travaux, la logique aurait été de maintenir les acquis d’abord, avant de réaliser d’autres ouvrages. Même les nouvelles routes posent problème. Le tunnel de Soumbédioune, par exemple, à t-elle à peine été construite, qu’elle suscite déjà pas mal d’interrogations. Sur les autres nouvelles routes, on sent à peine la couche de goudron. Si on devait demander aux sociétés de BTP, de reprendre des routes, ce serait sans doute toutes les routes qui devraient l’être.

L’état des routes en question (reportage photos)

L’état des routes en question (reportage photos)

L’état des routes en question (reportage photos)

L’état des routes en question (reportage photos)

L’état des routes en question (reportage photos)

L’état des routes en question (reportage photos)

L’état des routes en question (reportage photos)

L’état des routes en question (reportage photos)



1.Posté par AATR responsable à ne disant pas la vérité aux autoritéz inc le 22/12/2009 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

AATR responsable à ne disant pas la vérité aux autoritéz incultes .
Jeter un coup sur les tapis d'enrobés qui sont mis en oeuvre en ce moment à Dakar : c'est simplement ahurissant et indigne .
Les auteurs ne sont même plus capable de faire une composition correcte ni construire une couche de base digne de ce nom .
Ci-dessus un article sur Soumbédioune .
"NON et NON Messieurs les In- génieux de CDE, vous n’avez pas le droit !!!
La première chose à clarifier est qu’il ne faut surtout pas parler de « tunnel » pour le cas d’espèces de cet ouvrage inachevé , incohérent , mal exécuté et surfacturé de Soumbédioune.
Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un passage dénivelé .
La définition d’un tunnel, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, obéit à une règle d’or : l’ouvrage doit être couvert dans ses trois dimensions géométriques gauche, droite, haut et bas soit par la roche ou le milieu continu que l’on traverse (Les mécaniciens des fluides savent de quoi il s’agit).
A y regarder de plus près on se rend compte qu’il ne s’agit pas de fuite tout à fait normale comme dit le directeur de projet de CDE. Ce qui se passe est beaucoup plus grave à la limite même dramatique que l’on veuille nous le faire croire. Il s’agit ni plus ni moins que de l’envahissement de cet ouvrage par deux sortes d’eau : l’eau de l’océan atlantique et les eaux usées provenant du canal de la gueule tapée. Ce canal faut-il le rappeler était destiné à l’origine aux eaux pluviales et quitte le quartier de Fass aux environs du Monument vers la Direction des HLM et l’ex Direction des Services techniques communaux ( nostalgie des temps où l’Etat et une mairie existaient !!!!) pour aboutir à la station de relèvement de Soumbédioune où une vis d’Archimède a été installée et réhabilitée en 1995 .
Ce sont donc les eaux salées et saumâtres provenant de la mer et des eaux usées qui envahissent journalièrement ce passage dénivelé de soumbédioune .
Ceci veut dire que ce sont des eaux réputées corrosives , nocives et toxiques qui s’attaquent à cet ouvrage .
Donc lorsque j’entend des gens qui se disent ingénieur ( mais qui ont oublié jusqu’au premier chapitre de leur cours de résistance de matériaux et de géotechnique ) dire que dans tous les ouvrages et tunnels du monde il y a des fuites et que c’est tout à fait normal , je n’ai pensé ni plus ni moins qu’à aller leur rendre visite et leur retirer leur diplôme et les poursuivre devant les juridictions pour parjure , mensonge , calomnie , usurpation de fonction , détournement d’objectifs et de biens , et j’en passe .
Dans les tunnels du monde , les seuls cas où il a été aménagé ce que l’on appelle « des points d’équilibre piézométrique » sont les cas où la pression interstitielle est trop importante . Et pour éviter les dégradations dues à la pression de l’eau provenant généralement d’une nappe phréatique ou de la masse d’eau aux alentours (mer , fleuve ou cour d’eau) l’eau est drainée et évacuée sans incidence sur le trafic et la structure est sauvegardée dans ces cas précis.
Or dans le cas de Soumbédioune , on se rend compte que les parois et le « plafond » suintent de partout , que la chaussée se déforme et se dégrade chaque jour d’avantage , que depuis quelques jours on voit ces pauvres ouvriers de CDE rafistoler avec un mélange qui semble être du ciment CHF .
Ce qui laisse présager que ces chers messieurs de CDE et de l’ANOCI ont omis de prévoir qu’ils travaillaient dans un milieu marin particulièrement agressif aussi bien vis-à-vis de l’ossature et des armatures de l’ouvrage en béton armé que de la composition bitumineuse de la chaussée !
La vérité est qu’il n’y a pas eu d’études préalables . Ce travail a été fait au pifomètre . C’est en cours de travaux que des soit disant spécialistes ont été appelés à la rescousse et n’ont servi que de faire valoir .
Non et non messieurs de CDE et surtout de l’ANOCI , vous n’avez pas le droit et surtout vous ne pouvez pas vous en sortir à aussi bon compte !!
Non et non messieurs de CDE , surtout de l’ANOCI et dans une très grande mesure de l’AATR , vous n’avez pas le droit et vous ne devez pas !!
Non et non messieurs les ingénieurs de ce pays , vous ne pouvez pas et surtout vous n’avez pas le droit ! Les ingénieurs du monde sont vos collègues et vos « Nawlé » , vous avez appris les mêmes sciences et surtout ce cher Sénégal a payé très cher vos études !!
Non et non messieurs de CDE et de l’ANOCI dites nous plutôt que « la pression » a été forte et que les commissions et autres pourboires ont été trop importants ( 1 milliard et 200 millions à deux des décideurs) et payés dès que la commande a été passée sans attendre la perception des avances de démarrage du chantier !!
Non et non messieurs de CDE , dites nous plutôt que le bon ciment CHF qui devait être utilisé à soumbédioune a été détourné derrière les mamelles pour construire cet immeuble loué à cet organisme international et qui a été aussi mal dimensionné et inadapté !!
Non et non messieurs de CDE, vous ne pouvez pas et le génie protecteur (djinné) de soumbédioune est salé et sera bientôt saumâtre et nauséabonde et ce sera le jour où ce sera ce que les médecins appellent la métastase, les physico-chimistes entropie (C= 0) et les mécaniciens du sol et les ingénieurs Béton Armé rupture !! C’est vous qui aviez construit ce canal de Gueule Tapée et en 1995 vous aviez conforté la station de Soumbédioune par une nouvelle Vis d’Archimède !!
Non et non messieurs de CDE pensez qu’un jour prochain et pas lointain il faudra détruire tous ces ouvrages incongrus, mal conçus, inadaptés pour reconstruire ce qui est normal pour une corniche digne de ce nom et respectant les normes environnementales et techniques !!
ENFIN non et non MESSIEURS de la « NOCE CI », de CedDo lEu , et aussi de CSE , vous n’avez pas le droit !! Une corniche par définition est faite pour donner l’occasion aux utilisateurs de contempler , apprécier , profiter , observer et bénéficier d’un paysage ,un fleuve , une mer ou tout autre élément de la nature , tout en maintenant des conditions de trafic sûres convenables , conformes et convenantes !!! Les seuls cas où on devrait creuser sur une corniche sont les cas où l’on veut aménager deux niveaux topographiques de trafic ou l’on veut traverser la roche !!!!
Non et non messieurs c’est sans rancune et sans calcul politique , c’est notre PATRIE et notre ARGENT !!!!

2.Posté par rima le 19/02/2010 13:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cet article set extraordinairement pertinent mille merci

3.Posté par révolté le 07/03/2010 11:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans le Djollof, personne ne devrait voter. Ils (nos gouvernants) n'ont aucune considération pour nous. Il n'y a aucune route pour aller au Djollof.

Pour marquer le coup, boycottons les prochaines élections. Nous n'acceptons plus le 'Daba dakhé'

4.Posté par bacar le 07/03/2010 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pourquoi nas ton pas appel aux specialiste comme Aly lakhoun du Ceereq ,le jeune Mamadou faye chef antenne regional de l´Atr a thies, docteur khadim gueye au lieu de contracter dews ingenieurs qui sont plus administratifs que technique.
ce nimporte quoi avec le regime de wade et son fils

5.Posté par la le 16/06/2010 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pour nous podorois nous sommes les oublier de la republique. pas de routes .ni rient

nous ne mangeons pas de poissons .par manque frigo.dakar seulement nè pas le sènègal avec le p.s on a eu des routes mè avec les liberals 10 ans rient a podor.
de grace penses apodor

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Cliquez-ici pour regarder plus de videos