leral.net | S'informer en temps réel

LA MAISON FAMILIALE DE SEMBENE DEVENUE UN DEPOTOIR D'ORDURES


Rédigé par leral.net le Mercredi 11 Août 2021 à 22:47 | | 0 commentaire(s)|

LA MAISON FAMILIALE DE SEMBENE DEVENUE UN DEPOTOIR D'ORDURES
Si feu Ousmane Sembène, l’écrivain et cinéaste de renommée internationale disparu en 2007, était encore en vie, il aurait actuellement 100 ans. Hélas, ce monument de la culture est aujourd’hui en train d’être banalisé, voir oublié dans son propre pays. Tenez ! Sa maison familiale sise au quartier Santhiaba, en plein Centreville de Ziguinchor, est tombée en ruines sous le regard indifférent des autorités de ce pays. Sur le site, il ne reste plus qu’un amas de tôles rouillées et de débris sous le regard indifférent des autorités étatiques et municipales. Certains riverains utilisent même le site comme un dépotoir d’ordures

Une situation qui indigne de nombreux Ziguinchorois et particulièrement ceux qui ont connu le grand cinéaste. Le professeur Amadou Fall, chercheur et enseignant à l’Université de Ziguinchor, ne mâche pas ses mots pour dénoncer cet oubli de celui qui apparaît comme l’une des plus grandes vitrines de la culture africaine des temps modernes.

Le professeur Fall assimile à une tragédie l’état de délabrement de la maison où vécut l’homme qui a donné aux lettres ainsi qu’au septième art sénégalais leurs lettres de noblesse. ‘’Cet oubli de Sembène, je le ressens comme une tragédie, c’est une tragédie. C’est pourquoi je ne badine pas avec les mots parce qu’il y a rien de plus de tragique que l’innocence punie. Et la grande question c’est toujours qu’a fait Sembène, qu’a fait-il de mal pour qu’aujourd’hui cette maison-là qu’il a voulu acheter pour en faire un patrimoine et même un don pour la commune de Ziguinchor... soit aujourd’hui un tas de ferrailles, un tas de boue. Un endroit où, comme vous le voyez, on dépose des immondices... Et c’est ça la tragédie africaine !’’, clame le professeur Fall qui dit s’être occupé de ce grand monument. ‘’Moi, je suis quelqu’un qui s’est beaucoup occupé de Sembène, de ses actes culturels, sociaux et politiques. J’ai eu un rapport très étroit avec son neveu Abdourahmane Ndiaye Dimitri qui m’a avoué beaucoup de faits.

Par exemple que même à un an de sa mort, il était revenu avec toute une équipe de cameramen prendre des photos de sa maison natale pour dire qu’il s’est entêté à vouloir acheter cette maison pour en faire un patrimoine et même un don pour la commune de Ziguinchor. Mais malheureusement, voilà un peu l’Afrique, les collectivités locales, nous n’avons pas des gens qui soient à la hauteur de ce que nos patrimoines doivent être. Fleurir dans l’espace, disons non seulement africain mais mondial pourquoi pas ? Parce que nous avons du tonus contre-culturel, de la consistance culturelle, de la consistance intellectuelle, de la consistance sociale. C’est sous ce rapport justement que Sembène s’est placé pour vouloir faire de sa maison familiale un monument où il devait pouvoir faire éclore tous les talents de la Casamance, au-delà de la Casamance, du Sénégal et de l’Afrique’’, peste le professeur Fall.

Et de s’interroger : ‘’Qu’est-ce qui a conduit à ce que la maison de Ousmane Sembène, un monument, soit laissée comme ça à l’air libre, qu’elle se soit effondrée d’elle-même sous le poids de l’âge, mais aussi sous le coup d’une architecture traditionnelle qui n’a pas résisté au temps ? Je dois dire que cette maison n’appartenait pas à la famille de Sembène. Et donc, dès que Sembène a pris conscience, il est revenu à ses sources pour l’acheter parce que nous avons eu beaucoup d’informations de la part de ses proches et surtout de son neveu Abdourahmane Ndiaye Dimitri qui fut entraîneur national adjoint de Bonaventure Carvalho pour les Lionnes de basket, décédé l’année dernière qui connaissait bien l’attachement et l’engagement que j’avais, pour participer avec d’autres, à la revalorisation de ce patrimoine mondial qu’est Ousmane Sembène’’. Selon notre interlocuteur, le grand cinéaste a passé son enfance dans ce vieux quartier de Santhiaba où il a encore des amis qui ont vécu avec lui.

Une enfance vécue à Santhiaba

‘’Ousmane Sembène a passé son enfance ici à Santhiaba Ziguinchor. J’ai des sœurs de mon père dont l’aînée l’a bien approché, l’a bien connu. J’ai discuté avec elle, il y a à peine quatre ans, en lui demandant si elle connaissait Sembène Ousmane. Et tout de go, avec un geste véritablement affectif et radical, elle m’a avoué que ‘mais oui, c’était un ami bien qu’il était un peu plus âgé que moi’. Elle m’a avoué qu’elle a effectivement bien connu l’homme qui était, en son temps, un jeune turbulent.

Et Sembène n’a cessé de dire effectivement ce trait de caractère de sa personne qu’on a pu lire, qu’on a pu voir étant même adulte, cet homme engagé, décidé à aller au bout de ce qu’il pense être véritablement salutaire pour l’Afrique. Vous voyez donc cet homme qui a produit, du point de vue de la littérature, beaucoup d’ouvrages dont Le dernier de l’Empire où il s’attaque véritablement au président Senghor comme personne. Il a produit ‘’les Bouts de bois de Dieu’’, ‘’0 Pays mon beau peuple ‘’où il fait son autobiographie. Il a produit dans sa filmographie ‘’Ceddo’’, ‘’Guelewar’’, ‘’Emitay’’, vous voyez, tous ces éléments à marquer... Il a collaboré avec d’autres cinéastes sur ce que l’Afrique avait de réel, de beau à conserver pour que nos élites dirigeantes puissent s’abreuver à cette source originelle et construire des États réellement viables et non ce que l’on voit aujourd’hui.

Pour résumer, Sembène a été entier, il a été un critique littéraire, politique et social à tous points de vues, il a dérangé. Et notre État sénégalais, il l’a considéré comme néo-colonial. Il a critiqué nos us et coutumes qui ne seyaient pas avec l’évolution de nos États modernes. Voilà un peu ce qu’était cet homme, un autodidacte, quelqu’un qui s’est frayé un chemin à force de travail, d’acharnement et qui est aujourd’hui au ‘’Panthéon’’. Mais malheureusement, comme nous le disions, c’est une tragédie Sembène. C’est un monument qui s’est effondré, et qu’on a laissé s’effondrer en essayant quelque part de faire une censure par le silence en l’oubliant’’, tempête le professeur Fall. Il se console en constatant que s’il est ignoré chez lui, Sembène est célébré à travers le monde entier. Dans cet oubli, M. Fall impute une part de responsabilité à nos collectivités locales.

LA MAIRIE DE ZIGUINCHOR POINTEE DU DOIGT

Dans cette situation d’abandon de Sembène, la mairie de Ziguinchor est pointée du doigt. ‘’Nous confions nos collectivités locales à des gens qui ne s’émeuvent pas devant la puissance de notre patrimoine matériel et immatériel. Alors, là est un des maux les plus denses, les plus tragiques de l’Afrique. Et nous pensons que des communes, des collectivités locales comme la nôtre et comme d’autres, elles doivent être confiées... ou en tout cas il doit y avoir des commissions chargées de répertorier l’ensemble du patrimoine matériel et immatériel pour pouvoir en faire quelque chose de consistant, de solide et qui puisse permettre de promouvoir ces localités. Malheureusement, vous voyez, qui d’entre ceux-là qui nous dirigent au niveau communal, au niveau de nos collectivités connaît réellement Sembène ? Ce n’est qu’à partir de nos expressions, nos productions qu’ils connaissent sa vie, comment il a été, qu’ils connaissent ses proches issus de l’enfance, ce qu’il a pu dire de son patrimoine de la Casamance ou autre qu’il a vécu intensément’’, s’emporte le professeur Amadou Fall.

De l’avis du professeur à l’Université de Ziguinchor, Sembène Ousmane s’est taillé une place de choix dans la littérature mondiale, à travers notamment son célèbre roman ‘’Les Bouts de bois de Dieu’’ qui demeure une référence dans le monde littéraire. Notre interlocuteur de souligner qu’il avait eu, en son temps, la présence d’esprit de prendre des photos de la maison du cinéaste quand elle était encore debout parce qu’aujourd’hui elle est un tas de ferraille, un tas de boue où l’on dépose des immondices. Il signale que lui et des amis s’efforcent aujourd’hui de réhabiliter l’homme de culture qu’est Sembène car l’oublier c’est oublier la Casamance. ‘’Nous, avec d’autres, nous essayons encore de réhabiliter cet homme parce que c’est un patrimoine.

Oublier Sembène, c’est oublier la Casamance, c’est cela aussi mon slogan. Parce que Sembène a symbolisé la Casamance, Sembène a matérialisé les us et coutumes, les valeurs traditionnelles qui ont fait l’homme casamançais, qui ont fait l’Africain dans son intégralité un homme de respect, un homme qui fait un serment et qui respecte justement la parole donnée. C’est cela Sembène et sous ce rapport il dérange’’. Youssouf Conté, un voisin, estime que le spectacle qu’offre aujourd’hui le site qui abritait la maison familiale de Sembène est tout simplement écœurant. C’est à peine qu’il a pu sortir des mots de sa bouche tellement sa gorge était serrée. ‘’Au Burkina, il y a une statue qui représente Sembène Ousmane à Ouagadougou pour montrer son importance dans le cinéma africain. Ici à Ziguinchor aujourd’hui, quand on vient devant son ancien domicile qui est devenu un dépotoir comme on le voit là, c’est déprimant quoi. Je ne comprends pas. Vraiment, moi, je crois que les autorités devraient se lever un peu et surtout le maire’’ souligne Youssouf Conté.

La mairie annonce une réhabilitation

Interpellé par nos soins, Taïbou Diédhiou, adjoint au maire de Ziguinchor chargé des affaires culturelles, assure que l’institution municipale envisage d’organiser un mémorial du grand cinéaste pour le réhabiliter car il est une très grande fierté pour Ziguinchor. Répondant à ceux qui accusent la mairie d’inaction face à l’effondrement de la maison de M. Sembène, il rétorque qu’il n’appartient pas à son institution de reconstruire une maison privée de quelqu’un fut-il un grand artiste de la trempe de Sembène. ‘’Le maire Abdoulaye Baldé est en train de réfléchir pas pour reconstruire une maison de Ousmane Sembène mais quand même pour sa mémoire, voir comment on peut organiser un mémorial parce que la reconstruction d’une maison revient à son propriétaire. Donc, on est en train de travailler avec le maire pour voir comment organiser un mémorial dédié à Ousmane Sembène. Car il est quand même une fierté pour Ziguinchor, une fierté pour le Sénégal’’. En attendant que des bonnes volontés réagissent éventuellement pour rebâtir cette maison, en plus des tas d’immondices évoqués plus haut, des herbes sauvages commencent à recouvrir le site sous l’effet de l’hivernage.
LeTémoin



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page