Leral.net | S'informer en temps réel

Le Bac avec la mention A. Bien au Bac- l’ancien talibé pensionnaire de Diambars Aly Sileymane Ly à coeur ouvert

Rédigé par leral.net le Jeudi 31 Juillet 2014 à 19:25 | | 6 commentaire(s)|

iGFM- (Dakar) Recruté à Diambars pour son talent de footballeur, Aly Sileymane Ly, un jeune talibé illettré s’est vu signifier par les dirigeants de Diambars qu’il ne pourrait pas devenir footballeur professionnel. Un rêve de footballeur brisé mais un destin d’ingénieur qui s’ouvre pour ce jeune qui vient de décrocher son Baccalauréat en Système Electronique Numérique avec la mention Assez Bien à Aras dans le Nord de la France et qui va intégrer une école d’ingénieur la rentrée prochaine. IGFM vous fait redécouvrir ce jeune surdoué.


Le Bac avec la mention A. Bien au Bac- l’ancien talibé pensionnaire de Diambars Aly Sileymane Ly à coeur ouvert
Entretien

Aly, vous venez de décrocher votre Baccalauréat avec la mention assez bien qu’est-ce que cela vous fait?

Alkhamdoulilah je remercie beaucoup le bon Dieu et son bien aimé, le Prophète (Psl) de m’avoir orienté à Diambars. C’est une fierté que je ressens car je suis le premier membre de ma famille à être bachelier. Dans ma famille, nous sommes plus orientés vers les études coraniques et tous mes frères, oncles et parents sont des guides religieux. Je suis ainsi la première personne à montrer qu’on est capable de concilier les deux à savoir maîtriser le Coran et réussir dans l’école française, ce qui me rend davantage fier.

Est-ce donc un exploit pour vous étant un jeune ‘talibé’ et illettré qui est parvenu à étudier jusqu’à l’obtention du Bac?

Je pense que c’est un exploit car comme vous l’avez dit, j’étais illettré en 2003 et 2014 je suis devenu un bachelier avec une mention Assez Bien, sachant que je n’ai pas fait le cursus normal. Je pense que quelqu’un qui était illettré en 2003 et qui en 2014 devient bachelier avec une mention, ce n’est pas chose facile et donc je peux dire que c’est un exploit.

Pouvez-vous revenir sur le Bac que vous avez obtenu et ce que vous comptez faire maintenant ?

J’ai obtenu le Bac professionnel en SEN (Système Electronique Numérique), c’est plus des mathématiques et des Sciences. Ce qui fait qu’avec ce Bac professionnel, je pourrai faire plusieurs formations en réseau informatique.

D’ailleurs à la fin de l’année j’ai réussi à un concours pour intégrer une école qui forme des futurs ingénieurs en informatique. Les places étaient limitées et il y’avait beaucoup de candidats mais par la grâce de Dieu j’ai été sélectionné.

Pouvez-vous revenir sur votre venue à Diambars et votre cursus ?

Quand je suis arrivé à Diambars j’étais dans une classe qu’on appelle f2 à savoir la classe des illettrés qui regroupe les jeunes qui n’ont jamais été scolarisés. J’y étais avec d’autres jeunes comme Saliou Ciss qui joue à Valencienne. Nous étions bien entourés par Monsieur Pape Saleh Diop que je respecte beaucoup et que je considère comme un père. Je le remercie au passage. C’est lui qui nous a appris à lire et à écrire et au bout de deux ans je commençais à parler français petit à petit.

Ensuite Mr Dramé m’a repris un an et c’est après que je me suis orienté vers la classe multimédia qui est une formation que Diambars avait mis en place pour les jeunes illettrés pour qu’ils puissent apprendre à filmer et à faire du montage. J’y étais pendant deux ans mais je rêvais de faire le cursus normal comme les autres élèves et c’est en 2010 que j’ai proposé au Préfet de Diambars de m’autoriser à faire la classe de 3ème.

Il m’avait fait comprendre qu’on ne pouvait pas se lever un bon jour et faire la 3ème mais il m’avait proposé de m’inscrire en classe de 5ème et qu’ensuite en fonction de mes notes il verra.

Je me suis retrouvé avec 16 de moyenne, ce qui l’avait surpris et c’est par la suite qu’il a accepté de m’amener en 3ème.

En fin d’année 2011, j’ai réussi au BFEM.

Comment a été votre vie à Diambars et comment vous êtes parvenu à vous habituer?

Ma vie à Diambars n’était pas facile au début. J’ai eu quelques difficultés au niveau du foot car j’ai été recruté en base footballistique et je rêvais de devenir pro.

Aujourd’hui ce rêve ne s’est pas réalisé mais je ne regrette pas d’être venu à Diambars.

M’habituer n’était pas facile car sur le plan des études j’avais beaucoup de retard mais aujourd’hui je peux dire que tout est bien qui fini bien machallah.

Vous étiez destiné à l’école coranique. Donc était-il facile de convaincre vos parents qui voulaient que vous continuiez à apprendre le Coran?

Au début mes parents ne voulaient pas que je vienne à Diambars car ils voulaient que je continue les études coraniques pour que je puisse devenir un grand guide religieux mais avec l’aide de mon oncle Alioune Ndiaye que je remercie de passage et qui leur a expliqués que le but de Diambars c’est juste former des jeunes pour qu’ils puissent devenir des hommes demain en sachant que cela ne va rien changer de leur foi vers Dieu et de leur religion.

C’est ainsi qu’ils ont compris et ont accepté de me laisser partir. Le plus important est qu’ils ne regrettent pas de m’avoir laissé partir car aujourd’hui ils sont contents de me voir en train de réussir les études et c’est ça qu’ils souhaitaient.

Qu’est-ce que vous pensez de Diambars et de la formation reçue là bas?

Je pense que Diambars fait partie des meilleurs centres ou même est l’un des meilleurs centres au monde.

Vous savez, les centres de formation ici en France dès qu’ils sentent une diminution des performances au foot, ils te virent sans chercher à comprendre si tu es bien à l’école ou pas. En Europe, des milliers de jeunes sont confrontés à ces difficultés hors qu’à Diambars c’est différent.

Dès que tu arrives, ils te font savoir que tout le monde ne peut pas réussir dans le football mais à travers les études oui.

A Diambars tu as plusieurs voix pour réussir car on te met toujours dans de bonnes conditions pour que tu puisses atteindre ton objectif.

Des centres comme ça, il n’y en a presque plus, ce qui me fait dire que Diambars est l’un des meilleurs centres au monde.

J’ai reçu une bonne formation car dès le début ils m’ont mis dans les bonnes conditions pour que je réussisse tout en respectant les valeurs de Diambars (rigueur, travail et discipline).

Recruté à Diambars pour vos talents footballistiques, vous avez réussi dans les études et non dans le football. Est-ce que vous-vous y attendiez?

Franchement quand je venais d’arriver au centre, je ne m’attendais pas à réussir dans les études car je rêvais de devenir un grand footballeur mais ce rêve n’a pas pu se réaliser. Ainsi, quand j’ai senti que ça ne serait pas facile dans le foot, je me suis concentré sur les études, ce que je ne regrette pas.

Quelles sont vos perspectives ?

La suite dans mes études c’est de continuer à persévérer et je veux devenir ingénieur en informatique. Mon autre rêve c’est aussi d’aider les talibés ou faire partie des personnes qui vont résoudre les problèmes des talibés dans notre pays.

Je demanderai aussi aux jeunes, surtout aux talibés de croire en eux. Ce n’est pas facile mais il faut toujours savoir que seuls le travail et la volonté paient.

Recueillis par Coumba DIA gfm

COUMBA DIA



Titre de votre page Titre de votre page