Le CUSEMS regrette et dénonce la duplicité et le manque de volonté politique du gouvernement

Texte liminaire du point de presse du 21 septembre 2017


Rédigé par leral.net le Vendredi 22 Septembre 2017 à 17:42 | | 0 commentaire(s)|

Le CUSEMS regrette et dénonce la duplicité et le manque de volonté politique du gouvernement
Mesdames, Messieurs les journalistes, nous vous avons conviés à ce point  de presse, en marge du CONSEIL SYNDICAL NATIONAL du CUSEMS de ce jeudi 21 septembre 2017, au collège Sultan Yavuz Selim, pour alerter l’opinion sur un ensemble de points potentiellement conflictogénes dont la non-prise en charge diligente, risque de nous valoir une perturbation majeure du système.

En effet , le Conseil syndical  constate pour le regretter, la duplicité du gouvernement qui d’un côté appelle à un apaisement et de l’autre, pose des actes, des jalons qui sapent cet appel. Cette duplicité se caractérise par une lenteur dans la délivrance des actes, le retard de la formation des professeurs titulaires de de diplômes spéciaux, la remise en cause de la gestion démocratique, le non recrutement de professeurs : la FASTEF a formé 77 Professeurs niveau CAEM seulement, et 165 professeurs de retour de formation alors que les besoins s’estiment à près de 1488 professeurs toutes disciplines confondues.

Par ailleurs, le Conseil National dénonce la :
●Rupture de l'égalité des enseignants devant la loi avec les détachements
●Politisation de la nomination des intendants,
●Remise en cause du droit à la position de stage pour les enseignants de certaines disciplines,
● Rupture du consensus de Saly avec la prise en compte de sanctions arbitraires pour disqualifier des camarades aspirants à des postes de responsabilités.

Assurément donc,  les autorités en plus de manquer à leurs engagements, posent des actes attentatoires à des acquis de haute lutte. C'est le lieu de dénoncer leur duplicité, leur manque de volonté politique pour prendre à bras-le-corps, les problèmes qui traversent le système.

Aussi le CUSEMS, soucieux de la stabilité de l'espace scolaire, alerte l'opinion sur les risques que cette attitude des autorités fait peser sur le système.

Le CUSEMS, les syndicats d'une manière générale, après avoir donné des gages de leur bonne volonté, ne se laisseront pas distraire  par des discours dont les auteurs ont déjà démontré qu'ils n'avaient aucune considération pour leur parole.

Le gouvernement est attendu sur le respect intégral des accords, sur l’ouverture immédiate de négociations sur l’alignement de l’indemnité du logement. 

Le CUSEMS alerte également l'opinion quant aux risques que l'obstination à vouloir tuer  Yavuz Selim, à céder ses biens gratuitement à des tiers, fait peser sur le système.

Il invite le Ministre Serigne Mbaye Thiam, si prompt  à invoquer la centralité de l'élève,  à prouver sa bonne foi, à respecter le droit à l'éducation des élèves déjà inscrits à Yavuz Sélim, à respecter l'offre éducative choisie par les parents qui ont fait confiance à cette institution.

Le CUSEMS invite les autorités à reconsidérer leur position sans quoi, elles seront comptables d'un embrasement général du système car, nous défendrons le droit à l'éducation des enfants dans la structure de leur choix.