leral.net | S'informer en temps réel

Le Cheikh pourrait « s’exiler »

Il n’a pas assisté à son procès qui va prendre fin, bientôt. Cheikh Béthio Thioune, en France « pour des soins », pourrait être condamné à perpétuité, le maximum de la peine de complicité d’assassinat si le tribunal suit le Parquet qui est convaincu de sa culpabilité.


Rédigé par leral.net le Mercredi 1 Mai 2019 à 02:06 | | 0 commentaire(s)|

Le Cheikh pourrait « s’exiler »
Ses deux proches, Bara Sow et Ababacar Diagne, étant tués en sa présence, le Parquet a mis en avant le fait que seul un « ndigueul » (complicité par instigation) venu de sa part, pouvait aboutir à des actes aussi graves : assassinat et inhumation.

En conséquence, le Cheikh, qui pourrait être condamné par contumace, risque d’être cueilli dès sa descente d’avion.

Et cette éventualité pourrait avoir comme effet de le maintenir à l’étranger pour justement éviter la prison. Cheikh Bethio pourrait choisir « l’exil », à moins que, du fait de la coopération judiciaire, la France ne décidait une extradition à la demande du Sénégal.

Tout cela pour dire qu’en attendant que le tribunal se prononce, il n’est pas superflu de signaler que les Thiantacounes vivent des moments difficiles. Car, tout indique que rien ne sera comme avant.

Il est d’ailleurs curieux que Cheikh Bethio ait pu sortir du territoire national sans autorisation judiciaire alors qu’il est en liberté provisoire et que son procès allait s’ouvrir.

S’il est condamné, il ne sera pas de retour de sitôt.

En tout état de cause, le procès a permis de mettre le doigt sur les dysfonctionnements qui existent dans certaines formes d’organisations, qui ont toutes les caractéristiques de sectes avec leurs lois internes.

En conséquence, l’État pourrait saisir l’occasion pour remettre de l’ordre dans ces groupements, fussent-ils religieux.

La jeunesse, désemparée, n’hésite pas se laisser embrigader là où elle espère trouver un meilleur-être. Et si rien n’est fait, elle peut tomber entre les mains de personnes dont les intentions ne sont pas toujours saines.

Bien sûr, la responsabilité des parents est intacte dans ce genre de situations.

Serigne Mbacké Ndiaye, homme politique, s’est bien distingué quand un de ses fils avait été pris dans les filets d’un individu qui lui avait fait un lavage de cerveau.

Son exemple doit être suivi. Dans nos quartiers et villages, des jeunes se regroupent autour de personnes pas toujours recommandables, sortent parfois dans la rue pour quémander de l’argent en bousculant des passants sans que personne ne réagisse.

Dans un État, l’assainissement ne doit pas seulement concerner les rues, mais aussi les mœurs et coutumes. Tout ne doit pas être permis. Car, si c’est le cas, certaines personnes pourraient croire qu’elles ont droit de vie et de mort sur d’autres.








Assane Samb



Cliquez-ici pour regarder plus de videos