leral.net | S'informer en temps réel

Le Syndicat des Travailleurs du Pétrole et des Énergies s’oppose à la cessation du financement des projets d’énergie fossile et invite les autorités à prendre leurs responsabilités

La décision des pays du Nord de mettre un terme au financement de projets d’énergie fossile de l’étranger, n’agrée pas le Syndicat national des Travailleurs du Secteur du Pétrole et des Énergies (SNTSPE). Ledit syndicat dénonce cette décision.


Rédigé par leral.net le Lundi 6 Décembre 2021 à 10:01 | | 0 commentaire(s)|

« Lors de la conférence internationale sur le climat COP 26 tenue à Glasgow, des pays du Nord ont annoncé mettre un terme d’ici la fin 2022, au financement à l’étranger de projets d’énergie fossile sans techniques de capture de carbone.

Ce plan inclut pour la première fois, gaz et pétrole et promet de réorienter cet argent vers des énergies renouvelables
», informe-t-on dans un communiqué dont Leral a reçu copie.


Le SNTSPE estime que cette décoince unilatérale est engagée par les 19 pays, dans le but d’anéantir l’élan des pays du Sud comme le Sénégal pour tirer profit des ressources du pétrole et du gaz. « Ces pays, qui ont pollué pendant des années la planète, sont uniquement responsables de la situation du réchauffement de la terre et veulent empêcher l’Afrique de profiter de ces ressources pour garantir son envol économique et social », regrette Pape Bakary Traoré et Cie.

Le communiqué souligne également que le Sénégal s’est ainsi engagé avec l’accompagnement de ses partenaires techniques et financiers, vers d’importantes réformes aussi bien structurelles que juridictionnelles pour une bonne gestion de ces ressources, avec un alignement de sa contribution déterminée au niveau national actualisé, pour répondre au contexte de production future d’hydrocarbures, dans le respect des accords de Paris dont elle est signataire (zéro torchage de routine dans les projets en développement au Sénégal).

D’après Pape Bakary Touré et Cie, les découvertes de gaz et de pétrole dans notre pays ont induit un changement de paradigme important dans la politique énergétique du pays, par le développement d’une stratégie « gas to power ». Celle-ci déjà incluse dans la stratégie économique du pays permettrait un développement inclusif du pays, grâce à la démocratisation d’un accès à une énergie de qualité en quantité suffisante et plus respectueuse de l’environnement.

Ils exhortent ainsi les autorités à prendre avec courage leurs responsabilités, pour que ces ressources pétro-gazières soient exploitées au plus grand bonheur des populations. Et que le Sénégal ait cette opportunité de se développer et booster sa croissance grâce aux ressources naturelles et à l’énergie fossile.

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page