leral.net | S'informer en temps réel

Le mercenaire « Jeune Afrique » s’attaque au Sénégal, la presse locale demande du « Wari »


Rédigé par leral.net le Vendredi 20 Mai 2016 à 13:24 | | 0 commentaire(s)|

Kabirou Mbodje est un Sénégalais, bien patriote. Pour preuve, malgré le fait d’avoir vu le jour à Lyon, il quittera la France à l’âge de 16 ans pour venir poursuivre ses études secondaires au Sénégal et s’y ressourcer. Une démarche inédite, pour qui sait que c’est le sens inverse qu’empruntent bien des fils à papas. Son diplôme d’ingénieur, acquis en France, il ira aux Etats-Unis d’Amérique pour une spécialisation en Finances. C’était pour revenir servir son pays et mettre son expertise au service du continent-mère, l’Afrique. Ainsi a-t-il réussi à concurrencer des multinationales étrangères avec la création et le lancement du Groupe Wari : un service financier digital, ayant tellement réussi dans le transfert d’argent qu’il fait des émules. Wari, parti de 2 employés en 2008 du Sénégal, travaille maintenant avec une centaine de banques et structures financières de référence, sa plateforme relie plus de 1000 entreprises, administrations et institutions. Le groupe est maintenant présent à travers une soixantaine de pays, avec plus de 500 000 points de services. Soucieux d’apporter de la valeur ajoutée aux populations, le groupe a créé un Fonds de solidarité contre le virus Ebola en 2014 ; ceci dans le cadre de la responsabilité sociétale de l’entreprise, qui profite à l’éducation, en particulier. C’est cet élan qui valorise l’expertise continentale que l’autre groupe, abusivement proclamé « jeune Afrique » cherche à briser pour le compte des multinationales étrangères, que Wari dérange. Le groupe fondé par Bechir Ben Yahmed est partout connu comme une bande de brigands maniant la plume pour s’enrichir par le chantage et le dénigrement. Récemment, il s’était encore négativement singularisé en s’attaquant à l’inégalable Serviteur du Prophète Mouhamed (Psl), Serigne Touba. Ce groupe après avoir pondu un article télécommandé d’un adversaire contre Wari, s’était même permis de se jouer du Droit de réponse qui lui fut envoyé par celui qu’il attaquait. Ce qui a obligé le Groupe Wari à introduire une action judiciaire contre le journal « Jeune Afrique », pour diffamation. Hélas, en lieu et place de défendre Kabirou Mbodje et son groupe, bien sénégalais, en tant que double drapeau du pays et du continent, la presse locale n’en parle qu’à la condition d’être motivée, sous forme de publireportage. Ce que refuse et dénonce Xibar, qui suivra et relayera cette affaire par devoir professionnel, patriotisme et panafricanisme. Car, Kabirou, au-delà de sa personne, représente des milliers d’emplois et est une des rares expertises sénégalaises bien prisée hors de nos frontières. Il n’est pas à laisser en pâture à des mercenaires apatrides et à leurs commanditaires.


xibar.net



Cliquez-ici pour regarder plus de videos