leral.net | S'informer en temps réel

Lettre ouverte au président suite au forum économique Afrique – Inde (Par Moussa Traoré)

Je suis tombé sur un Compte Rendu d’un marocain sur sa participation au forum économique Afrique – Inde. Cela m’a vraiment inspiré, voici un extrait :


Rédigé par leral.net le Dimanche 1 Novembre 2015 à 12:00 | | 30 commentaire(s)|

« J’ai notamment rencontré (à 40 km de Delhi en 2h15 de route …) les dirigeants de NIIT, N°1 de la formation en Inde, + 1 Md $ de CA, 1 millions de personnes formées par an …, qui après avoir décroché des contrats d’outsourcing de la formation des plus grandes multinationales, prend en charge à présent la formation de pays tout entiers « Nous avons récemment signé un contrat d’exclusivité avec l’état du Bouthan pour la formation de 7 millions de jeunes en 5 ans » Grand silence dans la salle … 
Qui a dit qu’on ne pouvait pas outsourcer l’Education Nationale d’un pays ? »

J’ai dû relire plusieurs fois la dernière phrase, comme quoi il faut oser s’asseoir sur les dogmes pour avancer !

Mon avis est que rien qu’avec le digital, discipline qui ne demande que du bon sens, il y a de quoi faire une révolution.
Xavier Niel a créé l’école 42 dont le bac n’est pas un pré-requis, dès la 2e et 3e année les jeunes sont pré-réservés par les grandes entreprises et courtisés par la silicon valley. A l’entrée on vous demandera d’être motivé et doté plein de bon sens : « …On trouve aussi bien des détenteurs d’un CAP – certificat d’aptitude professionnelle – cuisine qu’une kinésithérapeute, un agrégé de philosophie ou un normalien. Quant à la moyenne d’âge, elle est d’environ 22 ans. »
Je suis convaincu que l’école de la 2e chance fera émerger le capital humain un de nos meilleurs atouts pour relever les nombreux défis de la mise en œuvre du PSE et booster l’attractivité de notre Pays.
Un plan sur un quinquennat, vous faites rentrer une bonne partie de la diaspora IT, mais aussi de la compétence locale pour dispenser ces cours et en bout de chaîne vous dotez le pays d’un vrai génie du logiciel.

Pour essayer de macro chiffrer cela :
Prenons le cas de l’école 42 : Pour accompagner les 1.700 élèves, l’équipe pédagogique compte 15 personnes et 900 iMac
Une projection simplisme : 5 équivalent école 42 = soit 8500 élèves, 75 enseignants et 4500 iMac
1 iMac disons 1,3k€ + chaque professeur salaire de 800k FCFA/mois = 2,2 M€ (sur 5ans)
Frais de bouche des élèves + lessive sur 5ans : budget 5k fcfa par élève et par jour = 2,3 M€ 
Frais de fonctionnement hors masse salariale = je ne sais pas, mais ajoutons 10% au total

L’Etat mets à disposition des bâtisse pour abriter ces écoles de l’avenir.
Le « Total Cost » (somme de toute approximation) à pour ordre de grandeur 97 M€ soit 64 Milliard FCFA = 2% du budget du Sénégal 2015 (2 869 milliards de f CFA), je reste convaincu qu’il y aura une panoplie de bailleur qui prendront part à ce financement à défaut que notre richesse nationale ne puisse le financer à 100%.

« En plus comme c’est sur 5 ans, pas besoin de sortir les 64 Milliards d’un coup, on sort 20% chaque année, soit 0,4% du budget nationale chaque année »
Assurément le Sénégal va devenir un hub d’outsourcing IT, la silicon valley de l’Afrique, en tout cas c’est 8500 emplois réels et surtout notre footprint dans un monde globalisé drivé par le digital.

UN ELEVE NE COUTE QUE 7,5 MILLIONS SUR LES 5ANS / 630.000 FCFA PAR AN

Un ami et compatriote qui travaille à l’union européenne, très pointu dans ces domaines en pense cela :


« Tout à fait Moussa, je pense qu’il faut changer de paradigme et savoir reconnaître ses échecs et en tirer des leçons. La formation profession professionnelle ne fonctionne pas en Afrique à cause, entre autres, d’un manque de toute sorte de capacités, y compris les capacités des formateurs. Cela se traduit en une inadéquation criarde avec les besoins réels. A défaut de privatisation, comme le Bouthan cité dans ton post, de bons partenariats public privé pourraient bien faire l’affaire. Pourtant des exemples existent, je pense notamment au Maroc qui a une politique dans le domaine et à travers ses OFPPT. Ce n’est donc pas un hasard si l’industrie automobile (Renault déjà et Ford à venir) et aéronautique s’installe dans ce pays, c’est le résultat d’une politique volontariste. »

« C’est juste pour conforter ton idée car, c’est exactement ce genre de projet que le gouvernement devrait s’approprier et supporter dans le cadre du trust fund que l’UE va lancer d’ici peu pour s’attaquer aux sources de la migration. De plus, il y aurait moyen de mutualiser avec les moyens d’autres bailleurs pour faire vraiment quelque chose de gigantesque du genre un pole IT à Diamniadio. Des moyens existent, y compris dans des pays que hélas le Sénégal ne sollicite pas assez, je pense aux norvégiens, suédois, etc. Je vois des pays anglophones comme le Ghana qui utilisent à fonds ces possibilités. Il y a peut-être la barrière de la langue (souvent anglaise pour ces pays), mais comme tu dis, il suffirait d’utiliser intelligemment les ressources de la diaspora.

http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/what-we-do/policies/european-agenda-migration/background-information/docs/2_factsheet_emergency_trust_fund_africa_en.pdf

J’espère que ce post aura un écho attentif auprès des décideurs de la destinée de notre cher Pays.

Moussa TRAORE
Entrepreneur Social au Sénégal
https://www.facebook.com/mousstra1512



Cliquez-ici pour regarder plus de videos