leral.net | S'informer en temps réel

Macky Sall interpelé: Le FRAPP demande la réclusion d'une juge du Conseil constitutionnel

Le Secrétariat exécutif national (SEN) du FRAPP interpelle le Président Macky Sall. Mme Aminata Ly Ndiaye, membre du Conseil constitutionnel, a-t-elle des intérêts dans une société pétrolière dénommée OSMOZ ? Si oui, comment cela se fait-il ? Si oui, comment le président Macky Sall a-t-il pu nommer au Conseil constitutionnel, un juge ayant des intérêts pétroliers, s'interroge FRAPP, dans un communiqué parvenu à Leral.


Rédigé par leral.net le Mardi 16 Novembre 2021 à 13:13 | | 0 commentaire(s)|

Le document d'ajouter: "Si oui, est-ce pour mieux la manipuler et ainsi voir son illégale et illégitime 3e candidature à la présidentielle de 2024 validée par le Conseil constitutionnel ? Si cela est avéré, le FRAPP demande au Président Macky Sall de sortir immédiatement Mme Aminata Ly Ndiaye du Conseil constitutionnel.

Le Président Macky Sall ne peut pas se réfugier derrière "on m'a demandé de signer" pour justifier des décisions, comme la grâce accordée à un trafiquant de faux médicaments. C'est comme cela que le Président Macky Sall signe des accords de pêche, des accords de partenariat économique avec l'Union Européenne...qui sont en tout défavorables au peuple du Sénégal et à l'Afrique".

"Le FRAPP note que la gendarmerie a été mobilisée dans le cadre de l'enquête relative à l'attaque de la base de la société chinoise China Road And Bridge Corporation. Que justice soit rendue. Le FRAPP déplore cependant que les agissements du patronat chinois au Sénégal dans les entreprises Twyford et Huawei, qui licencient arbitrairement les travailleurs, exploitent impunément, piétinent le droit du travail, ne poussent pas l'État du Sénégal à protéger les travailleurs et à imposer le patronat chinois au Sénégal et au-delà, à respecter le droit du travail.

Le FRAPP exprime sa solidarité au peuple frère du Mali, victime de pressions internationales inacceptables. Le FRAPP condamne ces pressions inacceptables. Le FRAPP conseille à la CEDEAO, qui est plus un syndicat de chefs d'État illégitimes qu'une CEDEAO des peuples, à être aussi intransigeante contre les 3e candidatures et 3e mandats illégaux et illégitimes
", a conclu le communiqué du FRAPP de ce mardi.

Mr Ndao B

Titre de votre page Titre de votre page