leral.net | S'informer en temps réel

Mamour Diallo, la sobriété et l’efficacité d’un «soldat» de Macky Sall

Mamour Diallo aura été celui que Macky Sall a nommé Directeur des Domaines sans l’avoir jamais rencontré. On pourra retenir pour son magistère de quatre ans (2015-2019), la discrétion et le sens de la réserve du haut fonctionnaire Mamour Diallo, qui a su se mouvoir comme Directeur des Domaines au service de la grande organisation complexe dans son organigramme qu’est la Direction générale des Impôts et des Domaines (DGID) dirigée par Cheikh Bâ. Qui a toujours témoigné de sa loyauté envers le Président Macky Sall qu’il a accompagné avec son mouvement Dolly Macky, en étant un des « ambassadeurs » du Plan Sénégal (Emergent) dans le Ndiambour.


Rédigé par leral.net le Vendredi 26 Avril 2019 à 08:56 | | 0 commentaire(s)|

C’est au sortir du Conseil des ministres du jeudi 09 avril 2015 que le Président Macky Sall avait nommé Mamadou Mamour Diallo, Inspecteur principal des Impôts et Domaines, Directeur des Domaines à la Direction générale des Impôts et des Domaines, en remplacement de Sidy Mouhammed Dakhaté, admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite.

Après quatre de bons et loyaux services, Mamour Diallo a ainsi été remplacé mercredi par El Hadj Mamadou Diao, un autre inspecteur principal des Impôts et des Domaines à la tête de la Direction des Domaines… qu’il ne faut pas confondre avec la Direction générale des Impôts et Domaines drivée par Cheikh Tidiane Bâ.

Solide d’une expérience de 27 ans dans la plus haute administration sénégalaise, Mamour Diallo, en quatre années passées à la Direction des Domaines, a opté, la sobriété en bandoulière, pour le pragmatisme opérationnel en mettant en branle plusieurs chantiers de modernisation des procédures pour optimiser le renforcement de la transparence dans la gestion des dossiers pour les usagers sur le plan domanial.


Un énarque qui respecte l’orthodoxie administrative

Le tout dans l’orthodoxie administrative dans la limite de ses attributions réglementaires et de façon collégiale, puisque l’ex-Directeur des Domaines n’a pas voulu empiéter sur la sphère de compétence de la Commission nationale de réforme foncière à la Direction générale des Impôts et des Domaines (DGID). Si on sait que la DGID est un département du Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan, maître d'oeuvre des politiques fiscale, domaniale et cadastrale. Et qu’à ce titre, elle assure l'assiette, le contrôle, la liquidation et le recouvrement des impôts, droits et taxes, ainsi que les missions d'appui technique au plan cadastral, domanial et foncier.

D’ailleurs, Mamour Diallo savait que le domanial était un pan qui devait compléter la politique fiscale et cadastrale. «La question foncière est très complexe, car, elle brasse beaucoup d’enjeux. C’est d’abord un enjeu anthropologique, car, nous sommes des Africains et nous avons un lien très fort avec la terre. On considère qu’une personne n’a pas complètement réussi sa vie tant qu’elle n’a pas construit sa maison. Cela crée évidemment une demande immense alors que l’offre, c’est-à-dire des terrains bien placés, n’est pas extensible à l’infini.

Or, quand il y a un tel déséquilibre entre l’offre et la demande, la porte est ouverte à toutes les dérives. Heureusement que la politique des nouveaux pôles urbains du Président Macky Sall va permettre de décongestionner la capitale et donc de rééquilibrer l’offre et la demande, au moins pour Dakar qui concentre l’essentiel des enjeux, et donc des litiges, sur le plan foncier
», martelait-il dans un entretien avec le journal L’Observateur.

Mamour Diallo était aussi conscient qu’outre l’enjeu anthropologique, « l’autre problème, c’est la complexité des normes et des procédures qui régissent le foncier. Nos textes ont vieilli: la loi sur le domaine national date de 1964 et le Code du domaine de l’Etat remonte à 1976. Or, ce sont les deux textes les plus importants. Nous avons donc un système complexe, pas toujours adapté à nos réalités socio-économiques, surtout celles du XXIème siècle, de surcroît dans un pays où il y’a beaucoup d’analphabètes ».

Malgré tout, Mamour Diallo a su apporter sa pièce à l’édifice d’une mise en œuvre coordonnée d’une politique fiscale, domaniale et cadastrale à la DGID aux côtés de Cheikh Tidiane Bâ. «Sur la modernisation des normes, j’ai des idées très précises tirées de mes 27 années d’expérience administrative. Mais, je dois rappeler que le président de la République avait institué, bien avant ma nomination, une Commission nationale de réforme foncière chargée du même chantier. Je n’ai donc pas voulu prendre des initiatives qui auraient donné l’impression d’une concurrence entre la Direction des Domaines et la Commission dirigée par le Professeur Sourang, un homme pour qui j’ai la plus grande estime.

Nous avons préféré, nous les techniciens de l’administration domaniale, contribuer le plus utilement possible aux travaux de cette commission. Toutefois, dans un registre plus opérationnel, j’ai lancé plusieurs chantiers de modernisation des procédures, dans la limite de mes attributions réglementaires, avec pour optique de renforcer la transparence dans la gestion des dossiers et de faciliter la vie des usagers
», précise Mamour Diallo.

Il faut aussi signaler la fameuse affaire des 94 Milliards, où Mamour Diallo, en tant que directeur des Domaines n'était ni payeur, ni ordonnateur, ni signataire. Certaines sources renseignent que l’inspecteur Ousmane Sonko avait ainsi juste attaqué Mamour Diallo, car ce dernier avait justement refusé de lui signer une notification d'un terrain de 384 M2 que le patron de Pasteef aurait caché sciemment.

Macky Sall est «un leader exceptionnel» selon Mamour Diallo

A côté de sa carrière technocratique, Mamour Diallo a su sortir des sentiers battus et de son confort personnel de sa carrière pour s’engager aux côtés de Macky Sall. Pour Mamour Diallo, Macky Sall est d’ailleurs «un leader exceptionnel qui est en train de mener le Sénégal vers un horizon très prometteur. A le regarder faire, j’ai eu envie moi aussi de rejoindre le champ de bataille et d’apporter ma contribution à ce combat qui est le plus noble des combats: celui pour l’émergence économique et sociale de notre nation ».

Né en 1968, Mamour Diallo, âgé aujourd’hui de 50 ans, est un chevronné haut fonctionnaire sénégalais qui est, par ailleurs, le président du mouvement Dolly Macky et un éminent responsable politique l’Alliance pour la République. Après l’obtention de son baccalauréat série B, Mamour Diallo poursuit ses études à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où il obtiendra une maîtrise en économie et en gestion. Elève et étudiant brillant, le Lougatois qui est passé par le lycée Peytavin de Saint-Louis, réussit avec succès le concours du Centre de formation et de perfectionnement administratif, l’Enam (Ecole Nationale D’Administration et de Magistrature) B.

Le fils de El Hadj Baba Diallo en sortit Major de sa promotion. Il débute sa carrière en 1990 dans la ville de Kaoloack. Puis, il retourne à l’Enam et devient inspecteur des Impôts et des Domaines et ne cesse de gravir les échelons de l’administration depuis lors jusqu’à sa nomination en avril 2015 comme Directeur des Domaines à la Direction générale des Impôts et des Domaines.





Leral.net



Cliquez-ici pour regarder plus de videos