leral.net | S'informer en temps réel

Mandat de dépôt requis contre Daouda Mbow


Rédigé par leral.net le Jeudi 12 Juillet 2018 à 12:21 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Le patron de la Nouvelle Vision de l’automobile (NVA) est dans le viseur du parquet de Dakar. Selon Libération, le ministère public a requis le mandat de dépôt contre lui pour blanchiment en bande organisée. Le parquet, qui a ouvert une information judiciaire contre Mbow, a également ordonné la saisie provisoire de tous ses biens.

Le mis en cause nie les faits qui lui sont reprochés, objets d'un rapport de Cellule nationale de traitement des informations judiciaires (CENTIF), a été inculpé le mardi 10 juillet avant de bénéficier d’une liberté provisoire.

Pour rappel, l’affaire a débuté lorsque Daouda Mbow porte plainte contre un certain Ibrahima Guèye pour escroquerie sur un terrain. Dans sa plainte, il affirme avoir remis à ce dernier une voiture et 10 millions de FCFA pour l’achat d’un terrain qu’il ne verra jamais.

Après une longue traque, Ibrahima Guèye est arrêté par la DIC. Avant d’être déféré au parquet, il révèle aux enquêteurs s’être rendu compte que la voiture que lui avait remise Daouda Mbow, était déclarée volée en France. Les enquêteurs décident d’y voir plus clair et mettent la main sur le véhicule. Ce qui confirme les dires du sieur Guèye puisque le véhicule était signalé par Interpol. Daouda Mbow est cueilli par les enquêteurs qui décident, dans un premier temps, de faire une descente dans son parking. Les vérifications effectuées sur place ont permis de saisir plusieurs véhicules dont des Range et des Ml volées en France. Une autre perquisition est effectuée chez Daouda Mbow à la Zone A (Dakar).

Sur place, la DIC découvre l’existence d’un parking souterrain dans lequel était parqué un autre lot de voitures recherchées en France. Au total, 8 véhicules et 10 motos volés en France ont été saisis lors des deux opérations. Placé en garde-à-vue en même temps qu’un de ses collaborateurs, Daouda Mbow a reconnu les faits. Des sources renseignent qu’il a admis que les véhicules étaient volés avant de donner des noms.

Affaire à suivre.