leral.net | S'informer en temps réel

Mariages précoces en Afrqiue de l'Ouest et du Centre: Le phénomène engendre une perte de plus de 8 milliards de dollars


Rédigé par leral.net le Mardi 24 Octobre 2017 à 18:51 | | 0 commentaire(s)|

Dakar abrite du 23 au 25 une réunion de Haut niveau sur la lutte contre les mariages précoces. Cela entraine des pertes énormes pour la zone Afrique de l’Ouest et du Centre. Si les mariages précoces sont abolis, cette région d’Afrique pourrait avoir des gains financiers estimés à près de 60 milliards de dollars par an.

Selon une étude réalisée par les spécialistes Quentin Wodon, Chata Male, Adenike Onagoruwa et Ali Yedan et présentée à Dakar, lors de la réunion de Haut niveau contre les mariages des enfants, ce lundi, les pertes de revenus des femmes associées aux mariages précoces dans leur jeunesse sont estimées à 8,3 milliards de dollars dans les 6 pays qui représentent les 2/3 de la population de la région.

Par contre, l’abolition des mariages précoces en Afrique de l’Ouest et du Centre aura beaucoup de bénéfices pour cette région africaine. D’après le document d’analyse réalisé dans ce cadre par les 4 chercheurs, en 2030, les bénéfices de l’abolition du mariage précoce pourraient atteindre plus de 60 milliards de dollars par an dans la région.

En 2030, le bénéfice annuel en termes d’augmentation du Pib par tête suite à la réduction de la croissance démographique via l’abolition du mariage précoce, est évalué à 59 milliards de dollars, en parité des pouvoirs d’achat. Ce bénéfice est calculé pour 21 des 25 pays de la région Afrique de l’Ouest et du Centre. En 2030 aussi, les spécialistes estiment à 5 milliards de dollars le bénéfice annuel suite à la réduction de la mortalité et de la malnutrition parmi les enfants de moins de 5 ans.

La même étude de révéler qu’en moyenne, le taux de mariage précoce a baissé de seulement 8,2 points en près de 25 ans, passant de 46,8% pour les femmes âgées de 41 à 49 ans à 38,6% pour celles âgées de 18 à 22 ans.

Assistant à la cérémonie d’ouverture, le Premier ministre sénégalais, Mahammed Boun Abdallah Dionne a expliqué que les causes du mariage des enfants sont multiples dans notre sous-région. Demandant de «nous engager collectivement dans la recherche de solution avec les communautés à la base, avec les leaders religieux traditionnels mais aussi avec notre jeunesse éduquée», M. Dionne cite plusieurs causes des mariages précoces.

Il s’agit selon lui «du poids de la tradition et parfois les besoins de sécurité en particulier, dans les zones où les filles sont exposées au risque de violence physique et/ou sexuelle». Pour lui, «cette pratique représente certainement une importante forme de violence pour les enfants et marque la fin de leur scolarité pour de nombreux enfants».



Tidiane Diouf lejecos