leral.net | S'informer en temps réel

Massacre à Borofaye: Les causes lointaines d'une boucherie


Rédigé par leral.net le Lundi 8 Janvier 2018 à 10:12 | | 0 commentaire(s)|

Pourquoi cette nouvelle tragédie en Casamance ? Cette question, qui ne se l'est pas posée après ce drame qui a fait 13 morts et sept blessés ? Il est naturellement difficile de décrypter le message qui se cacherait derrière cet acte ignoble des hommes armés, auteurs de cette tuerie de masse, samedi dans la forêt de Borofaye.

A Ziguinchor, certains n'ont pas manqué de créer un lien entre la main tendue du chef de l'Etat qui a réitéré sa volonté de trouver rapidement une issue heureuse à cette crise et cet événement douloureux. Sauf qu'il est difficile de définir la relation. De la même manière qu'une supposée démarche exclusive de l'Etat dans la recherche de solution.

Pour les tenants de cette hypothèse, le camp de César Atoute Badiate aurait perpétré le massacre de Borofaye, pour se faire remarquer dans un contexte où Salif Sadio semble mis sur la sellette. Soit, mais, le statut des victimes de samedi oriente la réflexion ailleurs. On se souvient qu'en 2011 à Diagnon, les rebelles indépendantistes de Casamance ont monté une expédition punitive contre les trafiquants de bois.

Dix personnes avaient été froidement abattues par des assaillants qui voulaient, selon toute vraisemblance, lancer un message aux populations autour de la question de l'environnement. Samedi, le mode opératoire a été le même et peut-être le message, aussi. Depuis longtemps, les rebelles, par la voix de César Atoute Badiate, ont lancé une "fatwa" contre les pilleurs de la foret. Malgré cela, ces derniers ont redoublé de vigueur dans leur boulimie. Ce qui a poussé les populations de Toubacouta et environs, à monter un comité pour lutter contre le trafic de bois.

Les membres de cette structure finirent par se retrouver un jour dans un tourbillon judiciaire, suite à une plainte déposée en novembre dernier par des trafiquants pour coups et blessures. Quatre responsables dudit comité sont arrêtés, traduits en Justice et condamnés à 1 mois de prison ferme, malgré la forte mobilisation des populations de la localité et les interventions. Cet épisode a créé un véritable malaise dans la zone. "On protège les bandits et on sanctionne les victimes", se sont plaints beaucoup de gens, choqués par l'attitude de la Justice.

Ces récriminations ont certainement atteint le maquis, qui verrait à travers cette sentence jugée injuste, une prime à la destruction de la foret Casamançaise surtout par des "étrangers". Si tant est que les auteurs du massacre de Borofaye sont du camp de Kassolole, il ne serait pas saugrenu de considérer cet événement, comme une action punitive ou un acte de représailles pour laver l'affront d'une décision de Justice, qui a fini de faire un mélange des genres et qui a été très mal perçu quelque part dans la foret. De là à tuer autant de personnes, il y a un pas horrible que les hommes armés ont franchi samedi dernier, dans la forêt de Borofaye, non loin du village de Borofaye Bainounck, provoquant la condamnation unanime d'un acte qui ne saurait se justifier.





Walf Quotidien