leral.net | S'informer en temps réel

Mauvais accueil, insalubrité, insuffisance de lits et de salles: Les maux persistants des hôpitaux sénégalais (Cicodev-Afrique)

L’institut Panafricain pour la Citoyenneté, les Consommateurs et le Développement (Cicodev-Afrique), a publié les résultats de son enquête d’observation effectuée en 2020 et portant sur l’accueil classique, l’accueil des urgences, l’accueil des malades hospitalisés et le comportement du personnel des structures. Même s’il y a de petites améliorations comparativement à la dernière enquête de 2015, le mal persiste toujours.


Rédigé par leral.net le Lundi 15 Mars 2021 à 13:25 | | 0 commentaire(s)|

Mauvais accueil, insalubrité, insuffisance de lits et de salles: Les maux persistants des hôpitaux sénégalais (Cicodev-Afrique)
Ce n’est pas un secret de Polichinelle que les structures de santé sénégalaises rencontrent des difficultés énormes. A quel niveau ? C’est ce que l’institut Panafricain pour la Citoyenneté, les Consommateurs et le Développement (Cicodev-Afrique), a essayé de savoir à travers une enquête réalisée au courant de l’année 2020.

L’observation s’est faite sur 48 structures de santé (dont 15 hôpitaux, 18 centres de santé et 15 postes de santé) dans les 14 régions du Sénégal. Elle a concerné 345 patients et accompagnants et 48 agents d’accueil.
L’analyse des résultats montre que même s’il y a une amélioration de l’accueil classique, l’identification des guichets d’accueil reste toujours problématique dans 29,17% des structures visitées. L’accueil des malades hospitalisés et le comportement du personnel envers les usagers et accompagnants, restent aussi toujours préoccupants.

Globalement, l’enquête a révélé que 39,58% des structures observées ne disposent pas de panneaux d’orientation comprenant des images ; 29,17% des structures observées ne disposent pas de guichets d’accueil ou ne sont pas identifiables.

L’étude a permis également d’avoir une idée sur l’hygiène et la salubrité dans les structures sanitaires. Il indique ainsi que 10,42% des structures n’étaient toujours pas propres au moment de la visite des enquêteurs.

Dans 25% d’entre elles, note-t-on, les observateurs ont été accueillis par les mauvaises odeurs. «25 % des toilettes publiques des structures n’étaient pas propres au moment des observations. 18,75% des toilettes des salles d’hospitalisation étaient dans un état similaire d’impropriété lors de la visite des observateurs», lit-on dans la note parvenue à «L’As».

La note précise par ailleurs que neuf (9) des 33 hôpitaux et centres de santé observés ne disposent pas encore de guichet d’accueil d’urgence soit 27,27%. L’enquête-observation a aussi révélé que 25,8% des patients et accompagnants interrogés ont déclaré avoir peur de se rendre dans une structure de santé à cause de la qualité de l’accueil.

Au même moment, apprend-on, 21,74% ont déclaré avoir subi un acte de favoritisme de la part du personnel. Non sans relever que 19,13% des enquêtés attestent s’être disputés avec le personnel d’accueil à cause du mauvais comportement de ces derniers.

Au total, souligne-t-on dans le document, 54,17 % des structures observées n’ont pas de système de réclamation et plus de la moitié 56,25% des agents d’accueil interrogés ont déclaré n’avoir pas reçu une formation en accueil.

Il a été également noté que dans 37,5% des salles d’hospitalisation, les lits n’étaient pas en quantité suffisante alors que les draps pour 37,5% des lits des salles d’hospitalisation n’étaient pas propres. Aussi, il est relevé que dans un des hôpitaux (Sédhiou) observés, il n’existe pas de service de restauration.

Recommandations de Cicodev- Afrique

Cela étant, l’institut Panafricain pour la Citoyenneté, les Consommateurs et le Développement (Cicodev-Afrique) n’a pas manqué de faire des recommandations pour remédier à cette situation.

A en croire l’organisation, nous dit « L’As », il faudrait assainir l’environnement hospitalier, surtout en cette période de pandémie de Covid-19. Elle exhorte de ce fait les autorités sanitaires à faire de la propreté et de l’hygiène des priorités sans compromis dans toutes les structures sanitaires, tout en veillant au respect strict des mesures édictées pour limiter la propagation du coronavirus.

Elle invite également les autorités à reprendre le service de restauration de l’hôpital de Sédhiou ; et à faciliter l’orientation des usagers à l’entrée des structures sanitaires et particulièrement, ceux qui ne savent pas lire en complétant les panneaux d’orientation avec des images.

Pour optimiser l’accueil et les soins d’urgence pendant la pandémie de la Covid-19 qui risque de se prolonger, Cicodev pense qu’il faudra plus que du matériel, des infrastructures, une formation et un soutien pour les agents de santé. Et pour ce faire, ajoute-t-elle, il est important d’introduire ou renforcer dans tous les parcours de formation initiale et permanente des personnels de santé, des modules sur l’éthique professionnelle, sur la notion de service de qualité dû aux usagers, sur la relation d’aide et à l’écoute, sur le traitement équitable des usagers…

En définitive, note « L’As », Cicodev propose la mise en place d’un système de réclamation dans les structures de santé ; et l’affichage dans les structures de santé des tarifs des différents services et de ceux qui sont officiellement gratuits.



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page