leral.net | S'informer en temps réel

Moustapha Diop, ministre: "Faire de la nouvelle Lps un instrument phare de mise en oeuvre du Pse"

Le ministre délégué chargé de la Microfinance et de l’Economie solidaire, Moustapha Diop, a présidé, ce matin, l’atelier national pour la validation de la Lettre de politique sectorielle (Lps) de la microfinance et son plan d’action 2016-2020. De l’avis du ministre, la nouvelle Lsp s’inscrit dans une volonté de consolider les acquis, en vue de concrétiser la vision du Président Macky Sall.


Rédigé par leral.net le Jeudi 17 Décembre 2015 à 22:08 | | 1 commentaire(s)|

Lancée en 2013 par l’Etat du Sénégal, la Lettre de politique sectorielle (Lps) a été validée ce matin, en présence des acteurs étatiques et non-étatiques de la finance inclusive. Articulée au Pse et en parfaite cohérence avec les objectifs de développement durable, la Lps a pour but de renforcer le secteur financier du Sénégal. Selon le ministre délégué chargé de la Microfinance et de l’Economie solidaire, Moustapha Diop, le Pse fait de l’inclusion financière un des préalables majeurs de son axe n°2 intitulé « Transformation structurelle de l’économie et croissance ».

A l’en croire, l’objectif général de la Lsp est de renforcer l’accès durable de la population à des services financiers adaptés sur l’ensemble du territoire national d’ici 2025. Cet objet s’articule autour de trois axes stratégiques qui sont entre autres l’accroissement de la sécurité et la stabilité du secteur, l’amélioration de l’offre et des canaux de distribution mais aussi le renforcement de la structuration de la demande. « Pour un budget global de 100,479 milliards F Cfa, la Lps permettra au secteur de la microfinance de faire face à différents enjeux comme la participation au financement des activités des secteurs prioritaires du Pse, notamment l’agriculture, l’artisanat, la tourisme, les énergies renouvelables, la pêche et l’économie numérique », a souligné le ministre.

Le président l’Association des professionnels du système financier décentralisé (Apsfd), Lamine Guèye, a pour sa part déclaré que le taux de pénétration des instituts de microfinance est passé de 6% à 14,53%, traduisant ainsi, une amélioration significative du niveau d’accès des populations aux services financiers de base. Pour lui, le succès de la nouvelle Lps dépend des acteurs majeurs de la microfiance et de l’Etat.

Saly Sagne

Stagiaire



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Header Code Display Code