leral.net | S'informer en temps réel

Moustapha Mbengue (Apr): "L'investiture d'Aliou Sall serait un bon discours de campagne pour l'opposition"


Rédigé par leral.net le Lundi 13 Février 2017 à 13:39 | | 0 commentaire(s)|

Moustapha Mbengue (Apr): "L'investiture d'Aliou Sall serait un bon discours de campagne pour l'opposition"
Moustapha Mbengue (Apr): "L'investiture d'Aliou Sall serait un bon discours de campagne pour l'opposition"
Moustapha Mbengue ne décolère pas contre Aliou Sall. Pour ce cadre apériste de Guédiawaye, si le frère du président de la République se présente comme tête de liste départementale, l'opposition aura là une aubaine.

"Elle aura un discours de campagne qui pourrait bien desservir le camp présidentiel". Pour notre interlocuteur, les prétentions du maire de Guédiawaye sont en train de réduire à néant tous les efforts consentis par les responsables "déterminés à faire triompher l'Alliance pour la République (Apr)". "L'ostentation avec laquelle il sort des moyens colossaux pour un achat de confiance sans précédent, heurte tout le monde", explique-t-il avant d'ajouter: " Nous allons vers un vote sanction massif si le président, notre leader à nous tous, ne réagit pas pour stopper cette manière de faire la politique que les Sénégalais ont bannie".

"Nous tous savons que si Me Wade a été désavoué, c'est en grande partie à cause de son fils Karim Wade qui était omniprésent. La même situation risque de se reproduire. On ne peut pas sous le prétexte d'une quelconque recherche d'une légitimité populaire, verser dans de tels excès en distribuant des véhicules de façon inimaginable
". Pour M. Mbengue, "les populations de Guédiawaye, au- delà même des militants de l'Apr, s'organisent pour ne pas être le laboratoire de ce qui, à bien des égards, ressemble à une dévolution qui ne dit pas son nom".

"Nous espérons vraiment que le Président en homme clairvoyant, va prendre la bonne décision avant qu'il ne soit trop tard. Nous devons apprendre du passé récent de notre pays pour ne pas commettre certaines erreurs qui pourraient être fatales lors des législatives et à la présidentielle de 2019", assure-t-il.
"Aucun sacrifice ne sera de trop pour s'opposer à cette forfaiture qui conforte malheureusement ceux qui sont d'avis que le népotisme est en train de gagner du terrain dans le parti et dans la patrie".

La Tribune