leral.net | S'informer en temps réel

Mutuelle de sante des agents de l’Etat: Deux organisations réclament un audit financier


Rédigé par leral.net le Vendredi 31 Décembre 2021 à 09:48 | | 0 commentaire(s)|

La Mutuelle de santé des Agents de l’Etat traverse des jours sombres. De graves manquements ont été notés dans la gestion de ladite mutuelle. A en croire le Collectif des adhérents pour la sauvegarde de la Msae et le Cusems, la Mutuelle de santé des Agents de l'Etat connaît de graves problèmes de gouvernance, du fait de la violation des dispositions législatives et réglementaires régissant les mutuelles de santé (Règlement n°07/2009/cm/UEMOA portant réglementation de la mutualité sociale au sein de l'UEMOA, loi n° 2003-14 du 4 juin 2003 relative aux mutuelles de Santé et son décret d'application), du détournement de ses missions, du blocage dans le fonctionnement et des malversations dans la gestion des fonds.

En effet, ces deux organisations liées à la Msae depuis 2010 par un protocole d’accord, étaient devant la presse hier, après l’interdiction par le préfet de Dakar de leur sit-in, qui devait se tenir devant le siège de la Msae. Elles accusent le président de ladite mutuelle de transgresser les dispositions de la structure. Tirant la sonnette d’alarme sur la situation alarmante qui menace la survie de cette mutuelle d'envergure nationale, le Cusems et le Collectif ont demandé auprès des autorités, la mise en place d'un Comité Ad'hoc ainsi que l'organisation d'un audit financier et administratif de la MSAE, en application des dispositions juridiques en vigueur, relatives aux mutuelles de santé.

Par ailleurs, indique "Rewmi", d’après lesdites organisations, les transgressions du président de la Msae se rapportent à une course effrénée vers l'achat de terrains entachée d'irrégularités manifestes et sans aucune autorisation préalable des instances habilitées, conformément aux textes règlementaires. Le collectif des adhérents pour la sauvegarde de la Msae et le Cusems ont dénoncé un dépassement dans les autorisations de dépenses.

« Le cas édifiant des fonds décaissés pour la construction du siège de la MSAE. Initialement fixé à 285 955 750 FCfa, pour un immeuble de 3 niveaux, ce montant se retrouve à 846 309 950 FCfa pour un immeuble de 4 étages plus terrasse, à l'issue de la signature d'un avenant de 560 354 200 FCfa, sans aucune autorisation de l'AG qui est l'instance habilitée », accusent-ils, non sans révéler des dépenses effectuées hors budget et pour des montants douteux et très élevés, entre autres, dont le principe du cantonnement et du respect du taux de sinistralité.

En plus de ces malversations financières, les deux organisations dénoncent d’autres irrégularités. « Le Président Babacar Ngom et son bureau ont entamé le renouvellement des bureaux des sections sur la base de convocation faites, dans la plupart des cas, à l'insu des bureaux sortants et dans une nébulosité totale (pas de publicité selon les canaux appropriés, aucun contrôle pour vérifier l'identité des participants, une ingérence manifeste des membres du BE pour orienter les décisions. Le Président et son bureau se sont arrogé le droit d'exclure 4 administrateurs, en ignorant totalement les dispositions règlementaires », ont-ils accusé.

Pis, relèvent-ils, l'aboutissement des différentes violations a été la tentative de réunir une AG nationale ordinaire hors de Dakar, qui abritait traditionnellement cette instance, alors que toutes les sections n'avaient pas encore élu leurs délégués.

« Le Président sortant Babacar Ngom, malgré l'interdiction de la tenue de l'AG par le sous-préfet de Sindia, a tenté de passer outre, obligeant le Commissaire de police de la localité à effectuer une descente pour disperser les personnes qu'il avait regroupées autour de lui nuitamment, en catimini », signalent le collectif et le Cusems.

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page