leral.net | S'informer en temps réel

Navetanes, un fléau à éradiquer !


Rédigé par leral.net le Mardi 7 Décembre 2021 à 10:17 | | 0 commentaire(s)|

Navetanes, un fléau à éradiquer !
Lors de la relance du « Betup settal » le weekend dernier, le président de la République a décidé de donner les pleins pouvoirs à un pur produit des Navétanes, le ministre de l’Urbanisme et de l’Hygiène publique, Abdoulaye Saidou Sow.

Ce dernier a le pouvoir aujourd’hui d’enlever tout ce qui encombre la voie publique. Il peut s’appuyer sur toutes les forces de sécurité, mais aussi obtenir les moyens nécessaires pour son travail de lutte contre les saletés et les encombrements inutiles. Seulement avec la récurrence des violences dans les stades comme hier à Rufisque, où il y a eu un mort et de nombreux blessés graves, Macky Sall doit aussi donner comme mission à Abdoulaye Saidou Sow, de balayer les écuries des navétanes qui ont été complètement dévoyées.

D'après "Le Témoin", les navétanes ont fini d’échapper à tout contrôle parce qu’en pensant que c’est un moyen de contenir la furie des jeunes pendant les vacances, les autorités et dirigeants des navétanes ont totalement échoué. Un mouvement qui est un business lucratif pour son président Amadou Kane et Cie, notamment les ministres Matar Bâ et Abdoulaye Saidou Sow, qui en ont profité pour faire carrière jusqu’à se retrouver au niveau des institutions. Ce n’est évidemment pas eux qui vont faire « du settal navétanes ».

Les navétanes ont toujours constitué des tremplins pour ces eux. Tous les trois occupent aujourd’hui des postes de responsabilités dans le sport et plus particulièrement le foot sénégalais. Amadou Kane et Cie ont multiplié les artifices possibles pour rester aux postes de l’ONCAV, avec une véritable absence de démocratie, mais surtout de transparence. Rien n’est connu de l’argent des navétanes et surtout que cet argent n’a jamais servi au sport. Aucune réalisation issue de l’argent des navétanes n’a été vue jusqu’ici. Les dirigeants des navétanes, la plupart des chômeurs chroniques, n’existent que le temps des compétitions.

Le reste de l’année, ils assiègent le plus souvent le domicile du président Amadou Kane à la Sicap Amitié, où sont cuisinés chaque jour de grosses marmites de riz pour « les lèche-bottes » du président de l’ONCAV. Chaque jour, c’est du « guenté » toubab.

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page