leral.net | S'informer en temps réel

Ndoye, la force tranquille

Hors des sentiers battus, Cheikh Ndoye a su se forger une carrière professionnelle et enraciner sa grande carcasse dans l'entrejeu d'Angers-SCO. Sans s'affoler. Jamais. Et surtout pas avant une demi-finale de Coupe de France, à jouer, mardi contre Guingamp.


Rédigé par leral.net le Lundi 24 Avril 2017 à 23:03 | | 0 commentaire(s)|

Ndoye, la force tranquille
À première vue, Cheikh Ndoye c'est avant tout un physique. Une puissance que toute la Ligue 1 redoute et une réputation établie en l'espace de deux petites saisons. Mais, du haut de son mètre 92, le capitaine du SCO en impose surtout... par son calme et sa sérénité. Néanmoins, l'homme refuse toute étiquette de « sage du vestiaire » ou de « grand frère » au sein de l'effectif angevin. Celui qui a découvert l'élite du football français à seulement 29 ans préfère la jouer modeste. Le garçon est carré et avoue sans problème que sa « patience », son « travail » et son « sérieux » l'ont amené là. Rien d'autre. 24/04/2017 Ndoye, la force tranquille ­ Football ­  

« Chacun son destin » Lorsqu'on évoque sa progression et son parcours, Ndoye esquisse un sourire. Par fierté. Son départ du Sénégal en 2009. Son arrivée à Épinal alors en CFA. La suite à Créteil. La Ligue 2 et ses 21 buts inscrits en deux exercices. Puis l'appel du SCO et de la L1. Une fois de plus, le milieu défensif ne s'emballe pas. « Chacun son destin », rétorque-t-il, laconique, avant de glisser : « La L1, c'était un rêve de tous les jours car je rêvais du haut niveau. Aujourd'hui, je suis très content d'y être arrivé ». À peine débarqué à Angers, Ndoye est propulsé capitaine. Lui le novice. Preuve que sa personnalité et son abattage sur le terrain ont séduit. Sans tarder, il trouve vite sa place dans un club « qui lui convient ».

« On veut voir le Stade de France » Pour son retour en L1, Angers avait étonné. Estampillée équipe athlétique, le SCO ne s'est pas dépêtré de cette image. Après tout, à quoi bon ? « Cela ne nous gêne pas, répond Ndoye. Si au foot, tu n'es pas costaud physiquement et mentalement, tu ne t'en sors pas ». Cette saison, l'effet de surprise s'est atténué. La formation de Stéphane Moulin n'est plus un simple promu et passe une partie de l'hiver dans la peau d'un relégable. « On était conscient de notre situation, se remémore Cheikh Ndoye. On savait qu'il ne nous manquait que la réussite ». Depuis février, le SCO respire mieux. Un regain qui coïncida avec le retour de la Coupe d'Afrique des Nations de son international sénégalais. Guingamp l'a appris à ses dépens le 18 mars dernier (défaite 3-0). Mais pas question pour les Angevins de s'appuyer sur ce succès pour préparer la demi-finale de Coupe de France, ce mardi. « Chaque match est différent. On doit oublier cette victoire et se concentrer sur nous-mêmes pour être préparés au mieux ». Il prévient également ses adversaires costarmoricains : « On veut voir le Stade de France mais on sait que ce ne sera pas facile.

Guingamp est une équipe qui nous ressemble, qui est à fond tout le temps. Ce sera un bon match à jouer ». Le colosse n'élude pas pour autant l'objectif premier de son club : le maintien en L1, désignant la Coupe de France comme un « plus dans la saison ». Cela n'empêchera pas l'En Avant de regoûter à la fameuse « Dalle Angevine », dont Ndoye est devenu un porte-drapeau. Gare à une nouvelle indigestion...

source:letelegramme



Cliquez-ici pour regarder plus de videos