leral.net | S'informer en temps réel

Ngoné Ndour, directrice de Prince Arts : « On avait produit Abou Thioubalo, il a quitté le label et on lui souhaite bon vent »

Ngoné Ndour, directrice de Prince Arts : « On avait produit Abou Thioubalo, il a quitté le label et on lui souhaite bon vent ». Vêtue d’une robe noire qui cadre à merveille avec sa couleur d’ébène, la productrice de musique, de téléfilms, de spectacles et d’émissions télé a reçu l’équipe de Dakar Musique au studio Prince Arts et plus précisément dans son bureau pour s’adonner, avec le franc-parler dont elle ne cesse de faire montre, à notre jeu de questions réponses.


Rédigé par leral.net le Lundi 26 Août 2013 à 21:23 | | 11 commentaire(s)|

Ngoné Ndour, directrice de Prince Arts : « On avait produit Abou Thioubalo, il a quitté le label et on lui souhaite bon vent »
Dakarmusique.com : pouvez-vous nous éclairer sur les origines du nom de Prince Arts ? Car d’après nos sources, ce serait une déclinaison de la famille Ndour : Youssou Ndour étant le roi du Mbalax et les frères et sœurs des princes et des princesses dans leur domaine.

Prince Arts vient du nom de mes deux frères Ibou et Ndiaga. Le vrai nom de Ndiaga c’est Prince Matar Ndour et celui d’Ibou est Prince Ibrahima Ndour. Nous avons pris le nom de Prince et on y a ajouté arts mais cela n’a rien à voir avec l’appellation du nom de Youssou Ndour comme roi du mbalax. Franchement cela n’a rien à voir.

Dakarmusique.com : en 2008, vous aviez une structure événementielle du nom de Red Carpet, existe-t-elle toujours ou bien a-t-elle été fusionnée avec Prince Arts.

Au début de la création de prince arts, nous avions pensé créer une structure appelée Red Carpet pour tout ce qui est événementiel. Finalement, vu la situation économique de la musique, nous nous sommes dit qu’on va essayer d’intégrer carrément l’organisation de spectacles dans Prince Arts. C’est ce qui explique la fusion de Red Carpet avec Prince Arts.

Dakarmusique.com : actuellement quel est le catalogue de prince arts ?


Prince Arts a des artistes que nous connaissons tous tels Pape Diouf, Titi, Aida Samb, Pape Thiopet, Pape Birahim, Yacine qui n’est pas encore sortie. Il y a d’autres artistes avec lesquels nous allons aussi signer ; par exemple on est en pourparlers avec Salam Diallo, Alioune Mbaye Nder et d’autres artistes. Il ne faudrait pas oublier que le rôle principale de Prince Arts est de dénicher des artistes qui ne sont pas encore connus, de travailler avec eux pour les mettre au devant de la scène.

Dakarmusique.com : peut-on savoir où sont passés les Abou Thioubalo, Assane Gaye et autres ?


On n’a jamais produit Assane Gaye ! On avait produit Abou Thioubalo, il a quitté le label et on lui souhaite bon vent.

Dakarmusique.com : quel genre de musique produisez-vous ?


Nous produisons toutes les sortes de musique. C’est vrai que nous avons mis beaucoup plus d’accent sur le mbalax qui est notre musique nationale et que les gens apprécient beaucoup. Mais on a eu à produire beaucoup d’artistes acoustiques, on a eu à produire Oriazul qui fait de la musique du Cap-Vert il y a longtemps, etc. Ce qui vous intéresse nous intéresse et on le fait.

Dakarmusique.com : quelle est la place du hip hop dans le label ?


On a produit beaucoup d’artiste hip hop hein ! Tous les albums de Pacotille c’est nous et il fait toujours partie du label. On a eu à produire Keyti et nous avons deux autres artistes aussi à savoir Emma et N-Jah. Nous sommes très très ouverts au hip hop.

Dakarmusique.com : quels sont les critères de sélection des artistes qui intègrent le label ?


Ça dépend parce que tous les artistes qui ont eu à travailler avec le label Prince Arts sont venus ici, ou bien ils ont été présentés par quelqu’un, ou bien encore c’est nous qui avons entendu leur voix. Voila, ça dépend de ce que nous recherchons, nous ne produisons pas tout le monde, nous faisons une bonne sélection. La musique ce n’est pas juste savoir ouvrir la bouche et sortir un bon son. Il y a d’autres choses qui font un bon artiste. Au Sénégal, il y a beaucoup plus de chanteurs que d’artistes; un artiste est un tout englobant création artistique, belle voix, rigueur dans le travail et beaucoup d'autres choses encore. Nous on dirige les artistes, on essaie de voir si on peut prendre un jeune talent, le forger et faire de lui un artiste.

Dakarmusique.com : depuis la création de Prince Arts, quel artiste a réalisé les meilleurs ventes ? Autrement dit, qui fait la fierté de Prince Arts ?


Heureusement pour nous, tous les artistes qu’on a eu à produire ont fait tabac. En partant de Pape Diouf en passant par Aïda Samb, Titi, etc., ils sont très bien placés sur la liste des artistes qui ont le plus vendu au Sénégal. Maintenant quand on parle de vente de cd, ça n’existe plus, c’est obsolète et c’est rare de voir quelqu’un écouter de la musique avec un lecteur cd. La musique c’est les nouvelles technologies et les mp3. On est en 2013 et on a dépassé l’époque de la vente de cd parce que ça ne rapporte absolument rien. On est plus sur l’internet et les outils modernes.

Dakarmusique.com : est-ce que les artistes sont préparés pour faire cette transition ?


C’est cela notre rôle qui consiste à les informer, leur faire comprendre que le monde a changé. Nous sommes très présents sur les réseaux sociaux notamment avec notre chaîne Prince Arts sur Youtube qui marche extrêmement bien avec plus de 30 millions de vues, ce qui est énorme et 32.000 abonnés. On a signé un contrat avec google il y a un an ce qui fait que nous faisons un travail colossal là-dessus. Ça ne se passe nulle part que dans internet.

Dakarmusique.com : sur votre compte twitter, en plus d’être la directrice de Prince Arts, vous vous présentez aussi comme productrice de musique, de téléfilms, de spectacles et d’émissions télé. Peut-on en déduire que vous êtes la productrice de Sen P’tit Gallé ?

Bien sur ! Je suis la productrice de Sen P’tit Gallé et de Sen P’tit Génie également.

Dakarmusique.com : quelle est la finalité de cette émission ?


Sen P’tit Gallé est une émission de vacance dédiée aux enfants et qui leurs donnent la possibilité de chanter, de compétir et de gagner dans le fun. La population a l’occasion de découvrir des enfants de 8 à 13 ans chanter comme de grandes personnes.

Dakarmusique.com : Est-ce une pépinière de chanteur pour Prince Arts ?


Ah oui c’est clair ! C’est là où ça se passe parce que, ce qui a fait le succès de Youssou Ndour, Thione Seck et Baba Maal par exemple, c’est qu’ils ont commencé tôt, ils ont été repérés dès le bas âge. L’avantage de ces jeunes c’est qu’ils vont à l’école et d’habitude ils sont bien dans les études. Les enfants qui ont eu à participer dans l’émission Sen P’tit Gallé vont devenir médecins, avocats et peuvent devenir aussi chanteurs, artistes avec des bagages intellectuels que leurs aînés n’ont pas eu.

Dakarmusique.com : comment se porte la musique sénégalaise?

Mal, très mal même ! Les artistes ne vivent pas de leur métier et il y a énormément de problèmes. Aujourd’hui, je ne suis pas de ceux qui parlent des problèmes de la musique en soulignant la piraterie. Il faut que les gens arrêtent parce que la vente de cd n’existe plus. A l’étranger, tous les magasins de disque sont en train de fermer. La mode, c’est les téléphones, les mp3, l’internet. Il faut que les artistes et les acteurs de la musique puissent se renseigner, s’imprégner parce que c’est ça l’avenir. En tous cas, nous, au niveau de Prince Arts, nous avons mis une croix sur la vente de cd. Ce n’est pas important, la chose importante est l’installation de la nouvelle société de gestion collective qui va regrouper les auteurs, les artistes interprètes et les producteurs. Il faut que cette société puisse se moderniser afin de gérer tout ce qui est nouveauté dans le monde la musique.

Dakarmusique.com : qu’attendez-vous des autorités étatiques ?


Ce que nous attendons d’eux, c’est ce que nous attendons depuis dix ans à savoir l’installation de la nouvelle société de gestion collective et on y croit. Je fais partie du comité de pilotage pour l’installation de cette nouvelle société. Il faut juste que les choses se fassent vite parce que le monde va à la vitesse de l’éclair et cela fait longtemps que ça traîne.

Dakarmusique.com : quelle est la part de responsabilité des acteurs culturels vu que les polémiques autours de cette nouvelle société de gestion collective commencent déjà ?

Je me dis que c’est le plus grand problème de ce secteur c'est-à-dire que « sou fouki nitt di gass, fouki nitt di soul, dou demm » (si les uns tirent à hue et les autres à dia ça ne marchera pas) on ne peut pas vouloir une chose et son contraire. Cette nouvelle société de gestion collective est bien pour tout le monde. Il faut savoir que le BSDA ne gère que les droits d’auteurs alors que la nouvelle société va gérer également les droits voisins. Cette polémique n’a pas lieu d’être parce que ce qui est important c’est de se donner la main et se battre pour que les choses changent. Demain cette nouvelle société de gestion collective appartiendra aux artistes et il faut se battre pour cela.

Dakarmusique.com : Abdou Guité Seck disait hier que le mbalax se porte très bien au Sénégal et très mal à l’extérieur. Qu’est ce qui peut l’expliquer ?

A mon avis, on ne peut pas combattre le mbalax parce que c’est notre musique nationale, ça coule dans nos veines et c’est plus fort que nous. Il y a eu beaucoup d’artistes qui ont eu à proposer d’autres choses y compris Youssou Ndour avec d’autres rythmes et d’autres sonorités. Mais ces albums n’ont pas plus cartonnés au Sénégal que le mbalax. Tout le monde en est conscient. Maintenant quand on exporte quelque chose pour le présenter à l’étranger, il faut peut être amener une autre dose, changer un peu. J’ai assisté à beaucoup de concerts d’artistes venant du Sénégal, j’ai assisté à des concerts de Youssou Ndour et je sais que quand il est devant un public « toubab » il ne va pas jouer par exemple « Ndakarou » avec beaucoup de « sabaar » mais avec une musique beaucoup plus légère.
Ce qu’il faudrait dire c’est que les artistes ne travaillent pas. Faire de la musique ne consiste pas à rester chez soi et à attendre qu’on te trouve un contrat pour aller chanter ou bien sortir un album et s’en arrêter là, faire deux à trois interviews et aller à la télé. La musique est un métier, il faut répéter tous les jours, se former et créer. Les titres de Youssou Ndour, de Baba Maal, de Thione Seck, etc., resteront éternellement parce qu’ils ont compris que la musique est un métier. Ce n’est pas le fait de porter de beaux habits, de conduire une belle 4x4, d’avoir une belle femme mais elle se vit. Les artistes et les jeunes d’aujourd’hui ne s’enferment pas, ne travaillent pas et ne composent pas. La plupart des artistes, quand ils font un album, vont au studio sans une composition. Après, quand les gens se démerdent pour faire l’album, ils s’en glorifient. Il faut travailler pour récolter le fruit de son travail, c’est de la sorte que je vois les choses. C’est ce qui explique le fait qu’un artiste soit au top pour six mois, ensuite vient un autre artiste et ainsi de suite.

Dakarmusique.com : un message à l’endroit des artistes ?


De plus travailler comme le disait Mr Abdoulaye Wade, de beaucoup travailler et toujours travailler. Il faut s’enfermer, arrêter de faire le show, de vouloir plus le paraître que l’aspect artistique.

Dakarmusique.com : mot de la fin !


Félicitation à Dakar Musique ! Déjà j’aime beaucoup le nom, c’est bien et c’est nice. Je vous soutiens et vous encourage.

Par Abdoulaye Diaw, Dakar Musique
via vippeople.com



1.Posté par mor le 26/08/2013 22:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

elle est belle n'goné!

2.Posté par fansabyndour le 26/08/2013 23:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tu ne respectes pas les artistes quand tu dis qu'ils ne travaillent pas. C'est ton frère Youssou qui ne travaille pas puisqu'il a préféré lacher micro et aller rejoindre Macky (ce qui n'est pas mal). Mais dire que les artistes ne travaillent pas c'est insulter les efforts consentis par ces artistes qui night and day ne font que créer. J'ai une question Ngonè: est ce parce que l'artiste a choisi une autre maison de production que vous et vos frères lui en voulez?

3.Posté par s le 27/08/2013 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

fanshabindour tu es hors sujet toi et ton aby

4.Posté par Ahmad-Mohamed le 27/08/2013 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette femme est plus intelligente que belle tout en sachant que les femmes préfèrent être plus belles qu'intelligentes. Il suffit de lire entre les lignes de ses déclarations. En plus, elle est plus nature dans ses contacts avec les autres : simple et modeste. Je sais de quoi je parle.

5.Posté par Fandembalax le 27/08/2013 13:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est bien dit Mme et tout cela est vrai.
Nos musiciens, à part quelques uns (oui ce qui respectent ce métier), ne travaillent pas comme il faut sinon leurs œuvres ne seraient pas aussi éphémères, oui ils préfèrent le paraître, n'en déplaise à fans-AbyNdour. Moi contrairement aux autres je crois au Mbalax et je dis que ce n'est pas au mbalax de s'adapter aux autres mais c'est plutôt l'inverse; certes pour parvenir à ce que les autres puissent comprendre le temps, le rythme et les sonorités du mbalax il faut faudra beaucoup y travailler j'allais dire "travailler l'oreille des autres" et tout doucement (il faudra adoucir le rythme parfois saturé du mbalax, l’aérer, le faire passer par d'autres voies comme l’acoustique etc.) L'Europe a fait un siècle avant de comprendre la Salsa la musique antillaise ou la musique asiatique, elle commence juste à aimer ces sonorités là; c'est qu'un certain travail a été fait à ce niveau. C possible pour notre musique mais ce n'est pas uniquement l'aspect commercial qui doit nous préoccuper mais c'est plutôt l'aspect culturel et artistique qu'il faudra mettre en avant; Gueum sougnou bopp, c'est ça la voie mais pourvu qu'on le comprenne.

6.Posté par le pro le 27/08/2013 18:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ngoné moi je suis amoureux de toi.

7.Posté par Holy Cow le 27/08/2013 18:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai eclate de rire... Prince Mactar ak Prince Ibou... WAYY sama ndeye.. jai trop rigole

8.Posté par soumah le 27/08/2013 23:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

moi je parle de (nder) l'hypocrite ques qu'il n'a pas dit sur yousou ndour quant il est devenu ministre, meme avant, il lui lancait des piéres et de rivaliser avec le roi, il fesait semblant d'etre contre lui alors que c feux il pensé que apres you c lui mais il c rendu conte qu'il est loin derriere,g suivie l'emission ngonal je n'en revenais pas, quelle hypocrite, nder t'vraiment 1hypocrite et les hypocrite n'iront jamais loin.... wor ak fecchi koloré no dou deem

9.Posté par roux le 28/08/2013 14:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Soumah
ne t'en fait pas , on avait deja compris cette facette de NDER

10.Posté par arm le 28/08/2013 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"« Sen petit maison » ou le travail des enfants déguisé : Quand une certaine télévision fait du business sur le dos des enfants

Le visage médiatique sénégalais change alors que la téléréalité n’a pas encore fini de faire des dégâts en France. On se rappelle du suicide de François Xavier, candidat à l’émission « secret story ». Au lendemain de son suicide, Emilie, une des participantes à l’émission nous en donne la raison : « Elle [la production] nous utilise, puis elle nous jette dans la nature, sans aucun suivi ».
La téléréalité, source de déséquilibre psychologique, même pour les adultes à cause des mirages de succès, a fini de prendre forme sur le petit écran sénégalais. Malheureusement, le format repris au Sénégal par une certaine télé propose des candidatures infantiles. C’est le drame qui sévit dans nos « gallés » que l’on a finit de rendre « petits ». Il faut s’en offusquer.
De quoi s’agit-il? Le concept organise des concours de chants pour enfants au niveau des régions, parmi ceux qui désirent devenir chanteurs. Les « meilleurs » sont sélectionnés par la suite et acheminés à Dakar où ils seront logés dans un « luxe insolent pour leur préparation ». Pour combien d’heure par jour ? C’est ensuite le tour pour eux d’animer des concerts de musique télévisés pour enfants et adultes, à but lucratif. Les « meilleurs » sont choisis dans le groupe des enfants et les autres éliminés et retournés vers leurs pauvres parents sans aucune assistance psychologique. Le vainqueur final, lui sera récompensé. Une fois de retour aux siens, il est accueilli en « stars ». Le mot n’est pas de trop. Il est sorti de la bouche d’un des animateurs.
Le spectacle se joue ainsi entre quatre forces inégales : l’affamé Groupe de télé, les impitoyables sponsors et le cupide réalisateur en face d’innocents enfants. Comment des enfants mineurs vont-ils évoluer parmi ces trois « loups » ? Que vont-ils devenir après les vacances ? Comme le vainqueur de la 1ère édition qui ne fréquente plus l’école ? Cette business est moralement condamnable.

Silence, les enfants travaillent ! La qualification des tâches exécutées par ces enfants est sans risque de se tromper considérée par la loi comme un travail. Car ces enfants s’adonnent à des répétitions à longueur de journée pour assimiler des chansons et des pas de danse dans le seul but de prester le jour j. Un enfant ne doit pas être utilisé pour divertir d’autres enfants en y mêlant un sponsoring et des animateurs présentateurs. Pourquoi ne pas choisir des adultes à la place des enfants mineurs ? Pourquoi ne pas organiser une compétition des jeunes chanteurs pour les primer en fin de compte ? C’est une forme de travail et cela est inacceptable. On me dira que ces enfants ont une autorisation parentale mais elle n’est pas suffisante dans le cas d’une télé réalité pour mineur. Ce domaine est clairement réglementé par la loi.

Que dit la loi ? Le code du travail en son article L145 indique que les enfants ne peuvent être employés dans une entreprise, même comme apprentis, avant l’âge de quinze ans. Et pour le cas de « sen petit maison », non seulement les enfants sont mineurs mais ils travaillent pour la télé pendant les vacances. Si l’article L145 admet des dérogations, les travaux exécutés dans « sen petit maison » n’en font pas parti.
Dans l’arrêté ministériel n°3750 du 6 juin 2003 fixant la nature des travaux dangereux interdits aux enfants et jeunes gens, il est interdit d’employer des enfants âgés de moins de 16 ans dans les représentations publiques, dans les théâtres, salles de cinéma, cafés, cirques ou cabarets pour l’exécution d’exercices périlleux. Dans le cas d’espèce, il s’agit bel et bien d’une représentation publique et la nature de la compétition peut se révéler périlleuse en cas d’échec. Donc l’interdiction s’applique.
En plus, le Sénégal a ratifié toutes les conventions pertinentes de l’Onu et celles de son organe chargé des questions liées au travail, l’OIT. Ce sont les conventions n° 138 sur l’âge minimum d’admission au travail et celle n° 182 sur les pires formes du travail des enfants. Ces normes internationales interdisent de faire travailler les enfants ou de les utiliser sous une forme quelconque dans un but lucratif.
La convention n° 138 de l’Oit sur l’âge minimum est claire. Les Etats membres doivent inclure dans leur législation un âge minimum d’admission à l’emploi qui ne devra pas être inférieur à l’âge auquel cesse la scolarité obligatoire. Cette disposition est bien prise en compte dans la législation sénégalaise qui fixe cet âge minimum à 15 ans. Le respect de ces outils est nécessaire pour une protection de l’enfance au Sénégal.
Qu’est il advenu des candidats de l’an dernier? La question mérite d’être posée car nous autres téléspectateurs aimerions savoir comment les candidats déchus de l’an dernier ont-il supporté le choc de se voir écarter d’une compétition qui cache son vrai visage. La vérité est que les promesses faites à ces enfants pour les attirer vers ces émissions de téléréalité ne sont jamais tenues. Une défaite et une promesse de succès non tenues sont très dures à supporter pour un enfant surtout après une publicité à la télé devant toute la nation. A mon avis, il va falloir arrêter l’émission, situer les responsabilités et sanctionner.
Et en plus de cela, une émission de téléréalité pour quoi faire ? Utiliser des enfants, gagner la confiance des sponsors, vendre leur image et faire le buzz. Dans quel show biz’ness sommes-nous ? Ces enfants vont-ils se relever de la téléréalité ? La télé leur donne t-elle leur « chance » ? Non, ils vont exister, travailler durement pour le compte de la télé et faire le buzz tout au plus. C’est une drôle de façon de faire des vacances pour les enfants ! Cela est inacceptable."
#by Khalifa Mbodj

11.Posté par laka le 29/08/2013 16:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ngoné ya saleté

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Cliquez-ici pour regarder plus de videos