leral.net | S'informer en temps réel

Pape Mahawa Diouf, BBY : «Khalifa Sall doit moralement perdre son mandat»


Rédigé par leral.net le Mardi 4 Septembre 2018 à 12:04 | | 0 commentaire(s)|

Pape Mahawa Diouf, BBY : «Khalifa Sall doit moralement perdre son mandat»

Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Par ailleurs, estime-t-il, « si Karim est candidat, il sera battu à plate couture.. »
il est inacceptable qu’un maire condamné pour une affaire d’escroquerie et de détournement de deniers publics soit maintenu à son poste.


C’est la réaction du coordonnateur de la cellule de communication de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) sur le décret présidentiel, révoquant Khalifa sall de ses fonctions de maire de Dakar. Pape Mahawa Diouf parle de sérénité de l’Etat dans cette affaire qui a été à son avis politisée par une opposition en mal d’offre valable.

Par ailleurs, Pape Mahawa Diouf a étalé toute sa frustration quant à une éventuelle non participation de Karim Wade à la prochaine présidentielle. il reste convaincu que son candidat ne ferait pas de détails face à Karim Wade qui n’a "aucune légitimité politique". Coordonnant la cellule de communication de la coalition «Benno Bokk Yakaar», Pape Mahawa Diouf ne s’embarasse pas de fioritures pour lapider Khalifa Sall.

«On ne peut pas accepter que quelqu’un qui a été condamné par les juridictions de ce pays puisse continuer d’être le maire d’une ville. Du point de vue de la morale, la République serait en faute de condamner d'un côté un administrateur de l’Etat décentralisé et de l’autre côté le laisser continuer à faire la gestion», a-t-il assené.

"Les textes disent clairement que dès la saisine de l’Ige et qu’il ait été constaté des manquements dans la gestion de la ville de Dakar, l’Etat était dans ses droits déjà à l’époque de suspendre le maire de Dakar. Compte-tenu de la politisation affirmée et de la position de l’opposition d’en faire une affaire politique, il semble que l’Etat a été prudent et, a montré des signes de responsabilité et de sérénité depuis la commission de l’Ige jusqu’au jugement de la Cour d’Appel.Le Code des Collectivités territoriales est clair sur ce principe. Il est dit que toute condamnation, nonobstant toute voie de recours, implique immédiatement la révocation du maire pour’ la protection de la ville", argumente pape Mahawa Diouf.

Le directeur à l’aéroport international Blaise Diagne (aiBD) a aussi commenté le non verdict de la Cour suprême qui s’est déclarée incompétente sur la requête de Karim Wade, candidat déclaré du pds, suite à sa non inscription sur les listes électorales. "C’est une grosse déception pour moi. J’aurais souhaité que Karim Wade soit candidat et qu’on le batte à plate couture. De toute façon, il n’a aucune légitimité politique dans le pays. Simplement, cette mascarade doit cesser. Il n’y a rien qui empêche à Karim Wade de venir dans le pays. Un jour, il nous annonce son retour, le lendemain, il nous dit qu’il est en prison. Il faudrait bien qu’on sache ce qui le retient là où il est dans son Palais doré du Qatar", a commenté le patron de la communication de Benno Bokk Yakaar.
 
«La vérité, c’est qu’il n’a aucune proposition pour le pays, il se trompe d’époque. Le Sénégal n’est pas une République bananière, encore moins, une République de bénis oui-oui. On aurait souhaité que Karim Wade qui n'a pas de base politique soit bien là et qu’on le massacre politiquement.

Quelqu’un qui était le Ministre du Ciel, de la Terre et des Eaux et qui n’a pas su gagner son bureau de vote, alors qu’il était Ministre, je ne sais pas comment, il peut nous inquiéter aujourd’hui», a ajouté pape Mahawa Diouf.

Etienne Ndiaye (correspondant le Témoin à Mbour)