leral.net | S'informer en temps réel

Parcelles Assainies: Moussa Sy éconduit Zator Mbaye

Pape Diallo dit Zator Mbaye, candidat de Benno à la mairie de Mermoz / Sacré-Cœur, a encore au travers de la gorge, l’accueil que son camarade de coalition lui a réservé. Il n’a pas pu s’empêcher d’en parler, hier, au siège de l’Afp, lors de la présentation de son programme.


Rédigé par leral.net le Lundi 10 Janvier 2022 à 09:55 | | 0 commentaire(s)|

C'est la grosse frustration de Zator Mbaye, candidat à la mairie de Mermoz Sacré Cœur pour le compte de Benno Bokk Yakaar. Il n’a pas apprécié l’accueil que son camarade de coalition lui a servi lors du meeting d’ouverture du candidat Abdoulaye Diouf Sarr, aux Parcelles assainies. «On est venu pour participer au meeting d’ouverture du candidat à la ville de Dakar, mais il (Moussa Sy) nous a éconduits. Nous y sommes allés pour appuyer, pas semer une quelconque zizanie», affirme Pape Diallo, lors d’une rencontre au siège de l’Afp, en vue de présenter son programme pour les élections locales, rapporte "Walfnet".

Visiblement frustré, il ajoute : «Il nous a dit que nous n’allons pas monter sur le podium. On est parti. Je ne peux pas vous dire les raisons de ce rejet que je déplore et qui ne devrait pas se passer ainsi. Car c’est un meeting départemental, et on était tous co-responsables de l’organisation».
Choqué, Zator Mbaye fait la morale à Moussa Sy. «L’hospitalité est une bonne chose. Quand les gens viennent, on les accueille correctement. Malheureusement, je n’étais pas le seul à avoir des problèmes avec lui. Cela prouve fondamentalement que c’est lui qui a un problème, parce que nous avons été trois ou quatre candidats à vivre la même chose. Ce qui n’est pas acceptable».

Pourtant à l’en croire, « c’est Macky Sall qui a donné des instructions à tous les candidats communaux, de battre campagne dans la paix, la tranquillité, dans la quiétude, autour de notre candidat départemental, le ministre Abdoulaye Diouf Sarr ».

Candidat de la coalition Bby qui a la lourde tâche de débouter Barthélémy Dias, il espère que ce qui s’est passé est un «épiphénomène».

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page