leral.net | S'informer en temps réel

Parrainage : «Macky, l’arroseur arrosé»


Rédigé par leral.net le Jeudi 26 Mai 2022 à 11:01 | | 6 commentaire(s)|

Le patron de BBY serait pris au piège de la loi sur les parrainages électoraux, laquelle est loin de faire l’unanimité. Comme quoi, le vieil adage disait peut-être vrai… "Tel est pris qui croyait prendre." À force d’imposer le parrainage censé «assainir la démocratie», malgré les injonctions de la Cedeao qui a demandé qu’on l’enlève du dispositif électoral du Sénégal, Macky Sall s’est retrouvé au piège du parrainage», rit sous cape Mamadou Lamine Diallo. Surnommant Macky Sall «El tactico» du clientélisme politicien sénégalais, le député raille le chef de l’Etat : « il a inventé son système de parrainage pour choisir ses adversaires aux élections législatives et présidentielle, dès que le Sénégal a découvert du gaz naturel ».

« Testé en 2019 avec le soutien de la société dite civile menée à la baguette par l’ONG 3D soutenue par l’USAID, Macky Sall a décidé de le maintenir pour ces Législatives », dit-il, non sans s'en prendre à la société civile. « Et pourtant, la Cour de Justice de la CEDEAO a condamné ce système de parrainage et demandé qu’on l’enlève du dispositif électoral du Sénégal. Macky Sall et sa société dite civile, ont décidé de foncer pour les Législatives », martèle-t-il. Avant de rappeler: « l’article 149 alinéa 3 du code électoral fixe le maximum de parrainages à déposer auprès de l’administration et ce chiffre a été établi à 55 327. Pas un de plus, avait rappelé le Conseil constitutionnel à Malick Gackou de Guédiawaye en 2019 ».

« BBY et ses 3 000 cadres qui prétendent tout savoir, ont déposé un de plus, 55 328. La loi, c’est la loi ! BBY est donc disqualifiée pour participer aux législatives. L’arroseur arrosé. Les ambitions de troisième mandat et d’émirat gazier s’effondrent. »

Il se demande si BBY va tenter un coup d’Etat électoral, avec l’aide du Conseil constitutionnel. «L’avenir démocratique du Sénégal est entre les mains de Pape Oumar Sakho, tout seul face à l’histoire ; ses deux frères Ibou et POS, de vrais démocrates cultivés, ayant achevé leurs missions sur terre. »

« Qu’Allah vous assiste, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel quand vous allez recevoir le recours de Yewwi Wallu après la publication des listes par le ministre AFD », conclut-il.







Rewmi

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page