leral.net | S'informer en temps réel

Parrainage de l’élection présidentielle 2024: Ces chiffres fantaisistes des collecteurs

Les chiffres affichés par les responsables des parrainages, donnent le tournis. Des leaders ayant mordu la poussière aux Locales ou aux Législatives, étalent une subite capacité de mobilisation à l’allure plutôt fantaisiste.


Rédigé par leral.net le Lundi 27 Novembre 2023 à 14:55 | | 1 commentaire(s)|

Parrainage de l’élection présidentielle 2024: Ces chiffres fantaisistes des collecteurs
Une rude bataille des chiffres semble s'engager par les candidats de la présidentielle de février 2024. Chaque camp affiche fièrement son butin de guerre. Il s’agit d’un gros paquet à la taille d’une rame de papiers blancs remis parfois dans une grosse ambiance. C’est le cas à Thiès, où Habib Niang, leader du mouvement And Suxallu Sénégal, promu le 17 novembre dernier, conseiller du Premier ministre Amadou Bâ avait, devant une foule en délire, annoncé avoir récolté 30 000 parrainages pour le candidat Mahammed Boun Abdallah Dionne.

Le chef des services fiscaux de Guédiawaye a fait défection. Il a tout simplement décidé de regagner Amadou Bâ, candidat de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby). La performance de Habib Niang est loin d’être un record. Chaque jour, des préposés à la collecte affichent fièrement leurs prouesses, relayées, il est vrai, par des Unes de journaux. Au moment fatidique des revues de presse sur la bande FM, les présentateurs ne se font pas prier pour amplifier « le fabuleux résultat ».

D'après le journal "Point Actu", ces chiffres sont pour l’essentiel vraisemblablement fantaisistes. « C’est le fruit de l’imagination fertile des politiciens », analyse cet enseignant du moyen secondaire, ayant souhaité garder l’anonymat. Prié d’étayer son point de vue, notre interlocuteur nous invite à interroger le fichier électoral. « Les chiffres épinglés cumulés dépassent les inscrits du fichier électoral dans certaines zones », précise-t-il. Il y a, en effet, de quoi être prudent sur les chiffres que les politiciens exhibent dans une ambiance de quasi-victoire. Nombre de ces leaders qui bandent les muscles pour avoir réalisé un record, ont été battus dans leur propre localité. Ainsi, tant aux Législatives qu’aux Locales, ces responsables ont mordu la poussière.

Déjà, à Benno Bokk Yakaar, on annonce le chiffre de 3 millions de parrainages engrangés. « Des chiffres inventés de toutes pièces », raille Mimi Touré, qui se demande si Amadou Bâ est plus populaire que Macky Sall. Le phénomène à l’allure fantasque, n’est pas propre au seul camp présidentiel.

Le coordonnateur national des parrainages du PRP de Déthié Fall, a laissé entendre qu’«au niveau national, dès le 12 novembre, nous avons pu collecter 127 453 parrainages, ce qui fait, 116% de plus que les objectifs fixés. Nous allons déposer au Conseil constitutionnel, au minimum 3 500 parrainages issus de 9 régions. Dans les 14 régions, nous avons récolté le minimum requis (2 000 parrainages) et dans la diaspora, 2 000 personnes ont accepté de nous parrainer ».

Bien curieux pour le Parti Républicain pour le Progrès/Diisóo ak Askan Wi de Déthié Fall, créé le 30 mars 2021 et dont l’implantation effective sur le territoire national est sujette à caution. C’est la même circonspection pour certains, en voyant des partis membres de Yewwi Askan Wi affirmer, avoir, à eux seuls, récolté le nombre de parrains requis ou l’avoir même dépassé.
Difficile toutefois de mettre dans le même lot, des leaders comme Bougane Guèye. Le leader de Gueum sa Bopp a déployé une logistique impressionnante, qui augure de sa campagne électorale à l’américaine. Dans son entourage, on avance avoir déployé 2 700 superviseurs et facilitateurs. Le dispositif mis en place par Bougane Guèye, témoigne de sa volonté de ne laisser rien au hasard, dans la phase de parrainage.

Ainsi, dans son quartier général dédié à l’opération, il y a une salle destinée à la réception et au tris des lots de parrainages reçus, une autre pour la saisie, une troisième pour le contrôle, une quatrième s’affaire à l’archivage et une dernière s’occupe de la centralisation. « Aujourd’hui, le compteur affiche à la salle de centralisation, 459 860 parrains, avec un objectif d’un million de parrains à saisir », déclare le responsable du dispositif.

A l’ex-Pastef, dès l’annonce du plan B, Bassirou Diomaye Faye, les militants patriotes se sont signalés bruyamment, notamment dans les réseaux sociaux, où de longues files sont observées au niveau des points de collecte des parrainages.

Pour nombre de candidats, c’est la discrétion totale. Un « géant » comme Idrissa Seck, par exemple, n’est visible nulle part, même si, a priori, le folklore des parrainages est loin d’être un baromètre fiable. A l’évidence, ces chiffres fantasques passent plus pour une bataille de communication.

Ousmane Wade